Articles tagués marche

Moi, je ne suis pas pro-vie

Photo Hélène Epaud

Je ne suis ni pour ni contre la vie. Ni pour ou contre la mort. J’essaie de faire avec, et au mieux !

C’est sûr (!) je ne marcherai pas dimanche auprès de ceux qui s’autoproclament défenseur-es de la vie, qui réclament les droits des enfants non-nés, au nom de LA vie, mais plus exactement au nom de ce qu’ils appellent Dieu. Je propose plutôt de continuer à lutter pour la défense de l’IVG, pour faire pression, comme l’ont fait les associations en début de semaine, pour que la loi soit appliquée, que des moyens y soient mis, et qu’on ne continue pas à reculer. Pour qu’on arrête de culpabiliser les femmes qui veulent avorter dans les délais légaux, pour qu’on s’occupe plutôt de favoriser l’information, pour permettre au maximum de femmes d’avoir le choix. (Il faut savoir que les mêmes qui marcheront dimanche se plaignent qu’on fasse de l’éducation sexuelle dans nos écoles républicaines-).

Pour moi, la vie, ce n’est pas un cadeau. C’est une condamnation à mort. Prendre la responsabilité de faire un enfant QUAND ON A LA CHANCE D’AVOIR LE CHOIX, c’est un acte presque insensé de foi. De foi en notre capacité et sa capacité future de vivre des joies et d’avoir du bonheur de vivre, et de passer au travers autant que possible des atrocités humaines et de l’incapacité des vivants d’accepter leurs semblables tels qu’ils ou elles sont. C’est une responsabilité gigantesque, un devoir qui s’impose à nous d’exercer notre autorité parentale dans la plus juste acception du terme : le ou la protéger face à une société agressive, lui ouvrir le champ des possibles, lui donner les moyens de mener sa vie par lui ou par elle-même.

Donner la vie, ce n’est donc pas dire qu’un embryon vivant, sous prétexte qu’il a été conçu, doit vivre et a des droits. Donner la vie, c’est tout faire pour qu’on puisse avoir d’abord le choix de mettre un enfant au monde, ensuite les moyens de l’aider à vivre, dans une société qu’on essaie de bâtir moins cruelle pour les dominés. C’est tout faire pour se débarrasser des systèmes de domination qui écrasent les être humains.

Manifester en faveur d’UNE vie (pas de LA vie) meilleure, plus juste, pour tous et toutes, et donc par voie de conséquence (et non par une "essence" naturelle ou divine) pour celles et ceux qu’on mettra au monde, c’est donc manifester pour le droit d’avoir le CHOIX, c’est donc manifester pour le droit à disposer de son corps, c’est donc manifester pour le droit à l’IVG.

SANDRINE GOLDSCHMIDT

(une contre manif aura lieu dimanche à 14H30 àOberkampf)

, , , ,

7 Commentaires

"Etre femme expose, être femme et jeune surexpose"

Cette phrase est tirée de l’Insee, enquête sur les violences faites aux femmes de 2008. Une autre jeune femme est morte, il y 9 jours, à Montreuil-sous-Bois. Aline a été tabassée à mort par son conjoint puis brûlée dans sa voiture. Elle avait 30 ans.

Aline, après Coralie, victime de la violence conjugale, dans la ville même où se tient ce week-end le forum de la marche mondiale des femmes, dont un des grands thèmes est la lutte contre les violences que subissent les femmes. Après les hommages du week-end dernier organisés par la maison des femmes de Montreuil, un autre hommage lui sera rendu samedi 12. Rendez vous à 14 heures au 14, rue Berlioz, pour marcher jusqu’à la mairie de Montreuil.

En cette année 2010, censée être celle où cette lutte contre les violences est grande cause nationale, c’est le moment de crier haut et fort "ça suffit"!. D’autant que l’inscription de la loi contre les violences, (déjà votée à l’Assemblée) à l’ordre du jour du Sénat a été obtenue in extremis le 22 juin. C’est le moment de faire pression, pour faire avancer les choses.

-Il faut aussi toujours rappeler les chiffres, comme le fait Auréline Decorne sur son blog.

-Rappeler un simple numéro de téléphone, le 39 19, numéro national Ouvert du lundi au samedi de 8h à 22h, les jours fériés de 10h à 20h.

-Et prendre conscience, au delà des faits,  mis en exergue dans l’enquête de l’Insee, que la violence envers les femmes n’est pas un fait divers, n’est pas une affaire privée. Mais un fléau national et mondial, conséquence des rapports de domination d’un sexe sur l’autre dans la société patriarcale.

Ainsi, dit l’Insee, il y a :

Et voici en complément un tableau extrait de l’enquête qui fait froid dans le dos… Il ne s’agit pas des violences au sein du ménage, il n’y a donc pas les violences commises par le conjoint. Seulement celles en dehors du ménage… (Voir en particulier les colonnes "agressions physiques, menaces, viol").

Auteurs de vols ou d’agressions physiques ou verbales commis en dehors du ménage sur des femmes
Lecture : lors de la dernière agression physique commise contre une femme en 2005-2006, l’auteur était un ex-conjoint dans 27,9 % des cas, un membre de la famille dans 13,1 %, un inconnu dans 40,1%.
1. Il s’agit de l’auteur de la dernière agression pour un type d’agression donné durant la période.
2. Les résultats de cette colonne ne concernent que les femmes comprenant le français (source).
Champ : femmes de 18-59 ans victimes en 2005-2006.
Source : Insee, enquête Cadre de vie et sécurité 2007.
en %
Auteurs1 Vol avec violence Vol sans violence Agression physique Menaces Injures Viol2
Ex-conjoint 1,7 0,6 27,9 9,9 3,3 22,6
Membre de la famille 1,1 1,3 13,1 4,3 3,2 2,1
Ami 0,0 4,1 1,8 3,8 2,7 16,1
Connaissance du travail ou des études 0,0 5,4 4,6 7,0 4,2 0,0
Autre personne connue personnellement 0,0 2,1 1,8 5,7 5,0 10,5
Autre personne connue seulement de vue 4,8 4,2 10,8 16,4 13,4 18,5
Inconnu 92,4 82,3 40,1 52,9 68,3 30,1
Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0

, ,

2 Commentaires

%d bloggers like this: