L’après 8 mars : dès le 9, on libéralise les femmes!

Bon. Je ne suis pas très 8 mars. Mais c’est un passage obligé de la visibilité des thèmes essentiels de la lutte pour l’égalité entre les femmes et les hommes. Et il s’y passe de bonnes choses : Valérie Létard a convié Isabelle Germain, Natacha Henry et Isabelle Fougère, trois journalistes de l’AFJ (Association des femmes journalistes) à remettre leur livre « Respect, les filles », un petit guide à l’usage des filles en train de devenir des adultes, pour leurs 18 ans. Un guide percutant et juste, pour les aider à devenir des femmes qui savent ce qu’elles veulent et qui osent faire, demander, vouloir.
Autre bon cru de ce 8 mars, l’accent mis sur le difficile accès à l’égalité professionnelle, qui, malgré son inscription dans plusieurs lois, est encore un objectif lointain et sur la nécessité d’envisager -enfin- des sanctions pour les entreprises réfractaires à la mettre en oeuvre.

Mais on a aussi lu ceci, dans le journal qui symbolise le plus, par son titre, « la femme ». « Elle » s’interroge : « le féminisme est-il ringard ? ». Et commence son article par trois citations mêlant contresens et backlash :
– « je ne suis pas féministe. Je ne me reconnais pas du tout dans cette agressivité des vieilles chiennes de garde« . Il faudrait un jour faire la part des choses : qui est agressif ? Un homme violent ou une femme qui en a marre de jouer les « gentilles » ?
-« L’égalité avec les hommes, c’est ridicule. Je ne suis pas, et je ne veux pas être, comme un homme« . Là, deux remarques : d’abord égal n’a jamais voulu dire même. Ensuite, personne n’oblige quelque femme que ce soit à être comme un homme. Ni ne l’empêche, si c’est ce qu’elle veut…
-Enfin, « aujourd’hui, c’est presque plus dur d’être un homme, on dirait qu’ils sont tétanisés par le pouvoir gagné par les femmes ». La faute à qui, pour ceux des hommes chez qui cette phrase se vérifie ? Aux femmes, ou à eux, qui n’arrivent pas à renoncer à certains privilèges, ou tout simplement à partager ?

Mais le summum du blues du 9 mars, ce n’est ni dans « Elle » ni dans le fait qu’il faille maintenant faire avec 364 jours masculins avant de retrouver une journée des femmes que je l’ai trouvé, c’est plutôt à la une de ce journal gratuit, qui, une fois n’est pas coutume est consacrée à une « femme » . Quelle femme ?
Barbie! Cétait l’anniversaire de Barbie, 50 ans, et cela vaut la une…et une double page intérieure.
50 ans d’une icône commerciale qui n’hésite pas à se parer des atours des traditions les plus contestées pour se vendre (on trouve des Barbie voilées), elle a les honneurs d’une interview d’une pédiatre, qui affirme que les fillettes s’identifient en jouant avec elle à une femme surpuissante (mais elle garde de souligner qu’elle est irréelle, et anorexique).
Mieux, elle a les honneurs d’un long article, qui nous révèle, par un « inter » (tête de paragraphe en langage journalistique) qu’elle est le symbole de la…libéralisation de la femme!
Ainsi, quand « Elle » nous affirme que les jeunes générations n’en peuvent plus des féministes d’arrière garde, ici, on nous ramène aux vraies valeurs actuelles, celles du libéralisme forcené ! Féminine, blonde et soi disant parfaite (mais une poupée qui ne pourrait pas tenir debout si elle était femme peut-elle être la femme idéale ?), ce qui compte avec Barbie, ce n’est pas qu’elle libère les femmes, mais qu’elle libéralise ces objets, je ne parle pas des poupées, non, mais bien des femmes qu’elles représentent, un bien de la société masculine qui s’échange bien souvent comme un autre… ? à moins que je n’aie pas compris, qu’il s’agisse d’une simple coquille (libéralisation aurait malencontreusement remplacé libération ?), ou plutôt d’un simple lapsus… mais de si beau et si signifiant, dans la presse, je ne suis pas sûre que j’en avais encore lu…
Sandrine Goldschmidt
.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s