Soutenons Rayhana, dramaturge algérienne auteure d’une pièce féministe, agressée à Paris hier.

L’événement me fait penser à la phrase de Benoîte Groult : « le féminisme n’a jamais tué personne, le machisme si ». Heureusement, les agresseurs de Rayhana ne sont pas arrivés à leurs fins et il semblait ce matin que l’actrice et écrivaine allait bien. J’espère en savoir plus dans la journée. Dramaturge algérienne qui présente actuellement sa pièce « a mon âge, je me cache encore pour fumer » à la maison des métallos dans le 11ème arrondissement de Paris, elle a été agressée par un ou plusieurs hommes qui lui ont jeté de l’essence sur le visage et ont jeté sur elle une cigarette allumée (cf ci-dessous)(Associated Press). C’est la deuxième fois en un mois que l’actrice, qui signe ici sa première création en français, est agressée, la première fois verbalement, la seconde fois physiquement.

Pour la soutenir, il faut aller voir si possible la pièce (mais elle affichait déja complet), et dire partout haut et fort notre indignation. J’aimerais si certains et certaines d’entre vous ont vu la pièce, collecter des témoignages sur son travail et les publier ici. Merci de me les envoyer à cette adresse sandrinegoldschmidt@yahoo.fr

Voici le communiqué de la maison des métallos :

Depuis le 8 décembre, 9 comédiennes montent chaque soir sur la scène de la Maison des métallos, Etablissement culturel de la Ville de Paris, pour interpréter A mon âge, je me cache encore pour fumer. Elles incarnent 9 figures de la féminité aux prises avec le refoulement et la violence, réunies dans un hammam à Alger.

A la suite d’une première intimidation verbale en décembre, Rayhana, auteure de ce texte et comédienne, a été aspergée d’essence en se rendant à la représentation du mardi 12 janvier. Ses agresseurs lui ont ensuite jeté une cigarette allumée au visage, qui n’a fort heureusement pas enflammé leur victime. Les paroles de ses agresseurs laissent peu de doutes sur le lien existant entre cette tentative d’homicide et les représentations en cours d’A mon âge, je me cache encore pour fumer.

Après concertation, la Maison des métallos et la Compagnie ont décidé de poursuivre les représentations jusqu’à leur terme, la barbarie de cette agression venant confirmer à leurs yeux la pertinence et la justesse de ce texte.

Signataires : la Maison des métallos et la compagnie Orten

Née à Bab el Oued, le quartier le plus populaire d’Alger, Rayhana habite depuis plusieurs années en France. Après une formation à l’École des Beaux-arts puis à l’Institut national d’art dramatique et chorégraphique d’Algérie, Rayhana se joint à la troupe nationale de Béjaïa comme comédienne et plus tard, comme metteure en scène. Elle a obtenu plusieurs prix d’interprétation en Tunisie et en Algérie. « A mon âge, je me cache encore pour fumer » est sa première pièce écrite en français.

Pour en savoir plus, le site de la maison des métallos.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s