Petit blasphème pascal, suite…

A quand un schisme du Vatican ?
Aujourd’hui, son n°2 a dit : « «De nombreux psychiatres et psychologues ont démontré qu’il n’existe pas de relation entre le célibat et la pédophilie, mais beaucoup d’autres – et on me l’a dit récemment – ont démontré qu’il existait un lien entre l’homosexualité et la pédophilie. La vérité est celle-ci et le problème, c’est cela».
Devant de telles inanités, aux conséquences qui peuvent être gravissimes (on ne peut qu’espérer que le Vatican a perdu tellement de crédit qu’il sera moins écouté) proférées pour défendre l’indéfendable, et pour reporter la faute sur les autres, je crois nécessaire de remettre en avant ce petit billet sur le lien entre l’autorité morale qu’on possède sur les enfants (et sur les personnes auprès desquelles on exerce une autorité légitime ou illégitime), en me concentrant sur la partie qui concerne l’Eglise catholique, ou en tout cas ses représentants hiérarchiques les plus élevés…et j’espère qu’un beau jour, les croyants diront stop!

En effet, depuis Pâques, on assiste à une « contre-offensive » d’un Vatican muet sur la condamnation des criminels (des crimes ils ont parlé, mais pas des criminels) et de ceux qui les ont couvert. Et que pour l’instant, rien ne vient menacer la stabilité politique de l’institution. Alors même que sur la place Saint-Pierre de Rome, certains fidèles demandaient, avec raison, que le Pape s’exprime clairement, « parce que l’Eglise doit montrer l’exemple des droits humains et qu’ici c’est elle qui les a violés ».

Voila donc ce que j’écrivais il y a 15 Jours…

Or on assiste à la persistance d’un discours de l’Eglise très hypocrite. Qui dit : il ne faut pas s’acharner sur les auteurs, oui oui, nous condamnons ce crime ignoble et sommes du côté des victimes, mais surtout, ne jugeons pas ceux qui ont laissé faire (je parle bien sûr des multiples scandales de pédophilie à travers le monde, où des prêtres ont abusé de centaines d’enfants, et dont les supérieurs ont fermé les yeux sciemment)..

Et voila qu’on invoque le Christ et qu’il a bon dos, selon moi. On rappelle la phrase qui lui est attribuée « que celui qui n’a jamais pêché jette la première pierre ». Si mes souvenirs sont bons, il avait dit cela pour défendre une femme adultère qu’on voulait lapider…ce qui est très différent de ce qui arrive en ce moment à l’Eglise catholique. Qu’on rappelle cet adage pour défendre tous les hors-normes morales de la société, homosexuel-les, trans, femmes rebelles, mécréants (au lieu de les excommunier), d’accord, mais qu’on y regarde à deux fois quand cela concerne ceux qui représentent l’autorité, la règle, qui sont sensés montrer la voie.

Or on commence enfin à en parler, grâce au travail des associations de défense de victimes,à dire que la pédophile et le viol sont souvent l’apanage des personnes qui, représentant une institution, un pouvoir, se servent de leur position dominante, et se permettent tout, se croyant à l’abri de la justice. Alors qu’elles devraient justement tirer responsabilité de leur position d’autorité. Oubliant que détenir l’autorité, c’est d’abord un devoir, celui de protéger des abus. On commence à en parler, mais on se plaint du traitement médiatique de l’affaire, à l’instar de cet appel de 800 chrétiens.

On commence à insister sur le fait que briser le silence et supprimer la prescription dans les cas de crimes commis sur des enfants, qui n’ont pas les armes pour résister et qu’on culpabilise de ce qu’on leur fait souffrir, et c’est une bonne chose. Dans ce contexte, dire en permanence « prions pour les coupables », c’est au mieux de l’hypocrisie, au pire de la complicité.

Je suis convaincue que si l’Eglise avait réagi vite, fort et sans hypocrisie, il n’y aurait pas eu une telle déferlante médiatique.
Etre parent, ou avoir de par sa fonction sociale, religieuse ou politique, pouvoir sur l’éducation et le destin, c’est la plus belle, mais aussi la plus forte des responsabilités.
Et si les cathos ont mal aujourd’hui, ce n’est pas, à la déferlante médiatique qu’ils doivent s’en prendre, mais bien à ceux qu ont bafoué leur foi en commettant, et en couvrant les crimes commis sur les membres les plus fragiles de leur communauté.

Sandrine Goldschmidt

Un dessin qui aurait très bien pu illustrer mon article, à voir sur La p’tite blan
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s