« Les invités de mon père », un régal de finesse

Un homme de 80 ans qui tombe amoureux de la belle moldave qu’il épouse à blanc parce qu’il est un grand défenseur de toutes les grandes causes : et c’est toute une famille qui perd ses repères. Alors qu’il a écrasé ses enfants de son exigence d’altruisme, l’une, interprétée par Karin Viard, qui a toujours fait tout bien comme il le désirait (mais un peu moins bien que lui quand même), l’autre, Fabrice Lucchini, qui a été en rupture et n’a jamais eu grâce aux yeux de son père (il est devenu avocat d’affaires, un « nouveau riche » qui pense aussi à lui), le voici qu’il chute de son piédestal. Et quelle chute!

Il tombe amoureux d’une femme qu’il n’a que parce qu’il la paie…il déshérite ses enfants à son profit. Mais finalement, l’intruse, belle et sophistiquée, pleine de préjugés et surtout, emprise dans l’exigence que lui impose la réalité : sa survie, qui est tout ce que normalement il n’aime pas, lui dira Karin Viard, est celle qui va libérer ces enfants trop contraints par la superbe irréalité utopique de leur père. Ils peuvent enfin être eux-mêmes. La transformation du personnage de Karin Viard, qui peut enfin faire des conneries (trop boire, coucher avec un autre homme que son compagnon, se lâcher enfin…), est particulièrement réussie.

Et dans un film très réussi d’Anne Le Ny, par ailleurs connue comme actrice, c’est le couple frère-soeur qui crève l’écran. Avec des dialogues superbement écrits, à la fois jubilatoires et drôles en eux mêmes mais aussi tout en finesse et en justesse, les deux acteurs, Karin Viard et Fabrice Lucchini, sont magnifiques : eux qui parfois, font dans l’outrance, et en particulier Lucchini, n’ont ici pas du tout besoin d’en faire trop.  Simplement justes et attachants (les autres ne sont pas en reste d’ailleurs).

Comme dans tout film réussi, à la fin de l’histoire, la boucle est bouclée, ce qui s’est ouvert au début se referme. L’intruse n’est plus là, la vie reprend son cours. Mais les personnages ont été transformés, ils ne seront plus jamais les mêmes. Un peu moins purs, un peu plus humains, et sûrement (au moins pour le frère et la soeur), un peu plus heureux.

S.G

La bande-annonce sur YouTube.

Les infos sur Allociné

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s