La vie au ranch…ou à l’usine

Deux films de femmes intéressants vus cette semaine. D’abord, le dernier documentaire de Mariana Otero, « Entre nos mains ». Entre leurs mains, leur destin et celui de leur usine de textile, pour des ouvrières et employé-es d’une usine de lingerie, Starissima, qui est en faillite (à noter au passage, qu’après avoir vu le rythme infernal des usines textiles de « Mais qu’est-ce qu’elles veulent » de Coline Serreau en France en 1977, qu’on imagine facilement être celui des usines chinoises ou autre aujourd’hui, le travail ici semble très humain !). Ils ont la possibilité de faire une SCOP pour la sauver, et Mariana Otero a placé sa caméra au milieu de l’usine pour accompagner l’expérience. Ce qui a intéressé la documentariste (auteure du remarquable Histoire d’un secret), c’est le rapport entre ces personnages et la caméra qui a évolué, explique-t-elle dans le dossier de presse, en même temps que leur implication dans le projet collectif. Comme à son habitude, elle laisse le spectateur respirer, prendre le temps de s’imprégner des lieux, des personnages, des situations, nous donnant une grande liberté et un vrai espace de réflexion.

Le personnel est de plus en plus prêt à se confier à la vidéaste qu’il se sent investi, impliqué et intéressé (quel que soit le montant détenu, dans une SCOP, chaque actionnaire a 1 voix) dans le projet de sauvetage de l’entreprise. Ils et elles sont de plus en plus affirmé-es, et quelle que soit l’issue, veulent que rien ne soit plus jamais comme avant. Cette fusion entre le projet documentaire et la vie de l’entreprise trouve son apothéose dans la dernière scène, de comédie musicale, qui voudrait rendre réelle l’utopie. La réalisatrice a aussi voulu filmer les ouvrières dans leur cadre, et parfois elles y sont un peu enfermées…les barrières ne tombent pas si facilement, et le réel vient à son tour poser les limites…

La vie au ranch

Autre portrait de groupe, mais très différent celui-là, d’abord parce que c’est de la fiction, c’est « La vie au ranch » de Sophie Letourneur, chronique d’un groupe où les filles ont le premier rôle, de jeunes étudiants issu-es d’un des « meilleurs » lycées de France, et qui nous montrent une jeunesse qui se cherche, …qui ne sait pas bien où elle va ni ce qu’elle veut dans la vie…et qui, peut-être protégée jusque-là, cherche sa route, au travers d’une caméra qui épouse leur rythme, dans la fête, l’alcool, les aventures ou la vie de groupe…une jeunesse qui m’a parue parfois très lointaine -trop vieille 😉 ? parfois qui rappelle des souvenirs (dans les querelles amicales de la vingtaine). Mais un film dont l’atout principal -et cela le rapproche d’Entre nos mains- est dans cette façon dont la caméra épouse le propos, accompagne la quête et le rythme des personnages.

S.G (photo D.R)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s