Françoise Sémiramoth au festival de la Mangrove à Marseille

J’ai rencontré Françoise par l’intermédiaire de mon amie la chanteuse Cae, au Père tranquille à Paris. Malheureusement (pour moi), elle n’est pas très souvent dans la capitale. Marseillaise, elle y expose souvent, mais je n’ai pas récemment eu l’occasion d’y aller. J’ai découvert ses oeuvres au travers de son très beau site, et les toiles qu’on peut y voir, m’ont donné envie de parler de cette artiste contemporaine. Ce mois-ci, elle expose au festival de la Mangrove à Marseille, dont c’est la 6ème édition. Un festival pluri-disciplinaire qui propose du Jazz caribéen, des contes, danses hip hop, des danses contemporaines métisse et afro-antillaise, du cinéma et arts plastiques.

Françoise, qui a fait l’E cole du Louvre, est spécialisée dans l’histoire des arts africains et l’art contemporain. Pour parler de son travail, ce qui me vient en premier ce sont les termes de puissance, et expressivité (voir dans la galerie la série « têtes de nègres » ou « What are you afraid of » ,par exemple). Mais le mieux est de lire ce qu’elle dit de son travail : « Je peins, crée selon mes inspirations, mon vécu, mon ressenti de « femme-artiste » et ce n’est pas une mince affaire. Il est vrai que le thème de la négritude, défendre mon identité a été un thème de prédilection qui m’a permis de mieux approfondir « mon moi », qui j’étais vraiment dans cette société si proche et si éloignée. »
Le temps est passé, mes créations se sont étendues vers d’autres horizons USA, Mali, Algérie, Emirats Arabes, Europe et Guadeloupe, nourrissant ma curiosité, ma soif de connaître « l’autre », « l’inconnu ». Alors durant des années, je vais chercher, expérimenter, toucher la matière […]

J’aime peindre de façon instinctive, je n’ai pas de thème de prédilection, je le répète, peindre est un besoin, une fonction vitale ».

On le ressent dans ses tableaux, exposés jusqu’au 26 novembre au théatre de l’Astronef. Prochains rendez-vous avec Françoise, en 2011, en Guadeloupe pour une exposition collective en février, et à Marseille en mai, une exposition personnelle avec l’écrivaine Françoise Donadieu, à la galerie Saffir Nomade, à Marseille

S.G


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s