Rétro du cinéma d’A dire d’elles en 2010

Ce ne sont pas forcément les films qui ont fait le plus parler d’eux et que vous retrouverez dans la rétrospective d’Allocine… 

mais ce sont ceux que j’ai chroniqués, parce qu’ils sont faits par des femmes, parce que leur sujet nous concerne, parce qu’ils m’ont touchée, tout simplement…rétrospective très perso d’une année cinéma.

Je commence par le choc de l’année, Precious, où le parcours vers l’empowerment d’une jeune femme noire aux Etats-Unis. Un film dur, quasi insoutenable parfois, mais fort et juste.

Autre film où la violence de la société envers les femmes est très présente, « Femmes du Caire », film égyptien qui » parle des femmes et de la société égyptienne en traitant ouvertement de questions très souvent passées sous silence, la sexualité -et en particulier celle des femmes- et même l’avortement, qui est montré, et revendiqué »…

Les violences faites aux femmes, toujours, c’est le sujet de « Fleur du désert« , qui raconte le parcours de cette jeune soudanaise excisée, qui échappe au mariage de force et deviendra top model puis ambassadrice de l’ONU…

Une petite plongée dans le passé, avec, dans un autre genre, « La comtesse », de Julie Delpy, un film qui m’a donné des états d’âme…: « La comtesse, c’est un film incroyablement dur, la cru-auté y est omniprésente. Mais surtout un film riche en réflexion, et qui va jusqu’à l’extrême explorer la question de la place des femmes dans la société. »

« Chaque jour est une fête », un film beaucoup plus complexe que son titre, à en croire ma critique à l’époque : « Ce qui reste à la fin de ce film singulier, talentueux, c’est une belle allégorie de la route empruntée par ces trois femmes, de la fin des illusions, de l’obligation de s’approprier les armes… on pense à Kill Bill, le film de Tarantino, voire au pamphlet de Valerie Solanas SCUM Manifesto ».

Photo D.R

Aux antipodes, « Bright Star », dernier film de Jane Campion, sur la vie du poète Keats et surtout de sa fiancée, un film « beau, romantique, vrai »…

Elle a des accents de jane Campion, mais là où souvent cette dernière s’intéresse aux relations mères-filles, Fabienne Berthaud explore elle le parcours de deux soeurs, dont la plus « sage » n’est pas forcément celle qu’on croit, c’est mon plus récent coup de coeur, « Pieds nus sur les limaces »…

Un autre film un peu décalé, de pure fantaisie, divertissement cinématograhique agréable, j’ai aussi aimé cette année La reine des pommes, de Valérie Donzelli : « Ah! que ça fait du bien. un film drôle, intelligent, inspirant, bien filmé…et original ».

Même impression pour « 8 fois debout », de Xabi Molia, encore un film en décalage… »8 fois debout, parle de précarité, et des personnes qui ne parviennent pas à se fondre dans une certaine hypocrisie exigée par le monde qui nous entoure, en particulier le monde du travail ».

Et pour finir, Les invités de mon père, d’Anne Le Ny, pour la finesse des dialogues et de la réflexion, et pour Lucchini et Viard, tous les deux surprenants de sobriété et de justesse dans leur jeu d’enfants interloqués par la transformation de leur père, militant humaniste, en amoureux transi… 

Publicités

2 réflexions sur « Rétro du cinéma d’A dire d’elles en 2010 »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s