Le biais du débat sur les « aidants sexuels »

J’ai été inquiète quand j’ai lu sur le programme de la journée du centre Hubertine Auclert (le 7 mars au Conseil régional d’Ile-de-France) qu’un débat sur « les aidants sexuels » pour personnes handicapées commencerait par le film de Jean-Michel Carré (qui passe ces jours-ci à la télévision). Je reconnais mon erreur, j’ai cru qu’il serait diffusé en entier, et me suis renseignée à la source. La directrice du Centre, Claudie Baudino, m’a fait justement remarquer qu’il s’agirait uniquement d’un extrait. Pour elle, il s’agit de faire écho de la façon la plus pacifiée possible à un débat qui existe. Elle a invité Maudy Piot, Présidente de Femmes pour le dire, femmes pour agir, qui est très clairement contre. Enfin, elle précise que « dès le titre de la table ronde, nous essaierons de montrer qu’elle est traversée par les rapports sociaux de sexe ». Ainsi, le titre est « aidants sexuels, le débat a-t-il un genre » ? Précisions qui m’ont un peu rassurée sur la teneur du débat.

Néanmoins, il y a pour moi un biais qui me pousse à m’interroger, du fait même de l’emploi du mot « aidants sexuels » et de l’introduction par un extrait du film de Carré, qui est très clairement pro STRASS (voir mon article sur « les travailleu(r)ses du sexe ». Car le mot aidant sexuel, qui insiste sur le fait qu’il s’agirait d’un acte d’aide, donc de générosité envers les personnes en situation de handicap, écarte toute idée de prostitution, et limite la sexualité à un acte centré sur soi, individuel. La prise en compte, nécessaire,  d’une situation est ici exclusivement liée à  l’obtention d’un « service sexuel », disons le d’un acte tarifé qui relève de la prostitution.

Débattre de la sexualité des personnes en situation de handicap, de leur rapport aux autres, de leur place dans la société, cela pourrait aussi être plus que cela, il me semble. Comme le dit Claudie Baudino, il faut l’envisager en termes de rapports sociaux de sexe, c’est-à -dire aussi de désir, de consentement, et de violence spécifique au fait d’être femme et en situation de handicap. Il pourrait aussi être question de violence économique liée au fait d’être femme qui a besoin de vivre et a peu de choix dans une société qui la cantonne à des tâches de service, de soins, en y incluant de plus en plus des services sexuels qui viendraient répondre aux « besoins »…de qui, des hommes bien sûr (la plupart du temps).

On ne peut pas se contenter de penser la question en terme de besoin sexuel des uns, sans s’interroger aussi sur l’autre partie du binôme, la personne qui délivrerait ses pseudo-services, et ignorer comment les systèmes de domination à l’oeuvre dans notre société y trouveraient un lieu d’expression privilégié. Car ce serait probablement toujours les mêmes, les femmes, et les migrant-es, les surexploité-es de notre système, qui devraient s’y livrer…on est au coeur en effet de la question des liens entre les discriminations.

J’espère sincèrement que le débat du 7 mars au Conseil régional permettra aussi de poser la question en ces termes-là.

Sandrine Goldschmidt

Advertisements

3 réflexions sur « Le biais du débat sur les « aidants sexuels » »

  1. Je suis bien d’accord avec le fait que ce débat est traversé par les rapports sociaux de sexe mais, quand nos sociétés sont fondées sur le patriarcat, quel débat n’est pas traversé par les rapports sociaux de sexe ?
    La problématique qui me semble légitime sur cette question, c’est de se demander si ce débat sur les « aidants sexuels » est loyal et démocratique et de se demander pourquoi le féminisme ne s’intéresse pas à la question du handicap, qu’est-ce qui empêche l’émergence d’une pensée féministe sur le handicap ? Dans le soi-disant débat sur les soi-disant « aidants sexuels », nous avons d’un côté une posture offensive de ceux/celles qui sont pour et une posture défensive de ceux/celles qui sont contre. Selon moi, l’essentiel de cette question, c’est de montrer et de dénoncer le déficit démocratique et féministe qui entoure le handicap en ce qui concerne les femmes en situation de handicap et en ce qui concerne le handicap dans son ensemble.
    S’il y a aujourd’hui un tabou, il n’est pas à chercher du côté de la sexualité des personnes en situation de handicap, il est à chercher du côté des dominés dans le monde du handicap, c’est à dire les femmes et les personnes de progrès. C’est pourquoi j’admire le travail pionnier de Maudy Piot !!

    Tous les mots employés par les partisans de la prostitution pour les personnes en situation de handicap sont de nature à brouiller les pistes et les frontières pour que nous n’ayons pas prise sur le sujet : accompagnement, aidant, assistant. C’est une guerre lexicale pour empêcher tout esprit critique.
    Alors ne rentrons pas dans leur jeu et considérons que toute relation sexuelle tarifée s’appelle de la prostitution !!!

  2. « en y incluant en plus des services sexuels » (pas de plus en plus, j’imagine ?)
    Débat imaginé DANS SA GLOBALITE certainement par des centaines de milliers ou de millions de personnes à travers les siècles mais jamais probablement ESPERE……!!!!! BRAVO MILLE FOIS pour le lancer ici dans toute son ampleur et sa réalité …avec les nécessaires réserves faites à l’égard d’intérêts « économiques » cyniques et machistes. Ceci dit, le désir et la nécessité d’être touché et reconnu dans son corps AUSSI n’est pas une exclusivité masculine mais pas non plus seulement sexuel. « L’obsession sexuelle » est souvent causée par des agressions incestueuses qui frappent autant les femmes que les hommes (et j’en suis témoin) ou encore par l’absence totale de reconnaissance affective et identificatoire dans le développement de l’enfant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s