Il faut que ça cesse !

Ce matin, on en a un peu marre.

Que la honte ne change pas de camp. Que la sympathie soit du côté de l’agresseur. Que ce soit un personnage célèbre, le maire PS d’une ville de la banlieue parisienne, qui un an après avoir été condamné pour agressions sexuelles, soit toujours dans le parti, le bouffon à la tête d’un pays, ou le plombier qui bat sa femme et la tue, que ce soit ces soi-disant drames passionnels, c’est insupportable!

Tout, comme le fait si justement remarquer l’AVFT, l’association contre les violences faites aux femmes au travail, dans le billet sur Berlusconi, est fait pour désigner par les mots la victime comme coupable.

Quand le bouffon paie une jeune femme prostituée, elle se retrouve dans la presse, citée de la façon suivante : « L’Italie côté justice maintenant avec le procès du « rubygate » qui débute aujourd’hui du nom de cette jeune femme soupçonnée d’avoir eu des relations sexuelles rémunérées avec Silvio Berlusconi alors qu’elle était mineure ». Ah BON ? C’est elle qui est devant les juges ? Non, c’est BERLUSCONI. Mais voila comment c’est écrit. La jeune fille, mineure, c’est elle la coupable !!! Mais ça, ça ne provoque pas des remous incessants, qu’on emploie de tels termes pour la décrire. C’est une femme, en plus une mineure. Elle n’est pas restée à sa place. Alors c’est une mauvaise femme.

Autre exemple, du 6 avril à Créteil.

Un homme, déjà condamné pour violences conjugales (sa femme avait juste perdu un bras précédemment), et qui était sorti de prison sur parole, tue sa femme et ses enfants. Et voila ce qu’on en dit :

L’entourage parle d’un couple, sans doute sur le point de se séparer, connu pour ses disputes régulières. La victime avait déjà perdu l’usage d’une partie d’un avant-bras à la suite d’un coup de couteau.
« Quand je l’ai vu pour la dernière fois dimanche, l’homme avait l’air bien. Il m’a dit qu’il avait complètement arrêté de boire», raconte un voisin, qui dit connaître le meurtrier présumé depuis plusieurs années.
Laurent Cathala, député-maire de Créteil, qui était sur place mercredi matin, parle d’une « situation dramatique« .

Un couple sur le point de se séparer ? Mais le type n’avait pas le droit d’approcher son ex compagne! Et tout ce sur quoi on s’interroge, comme à chaque fois, c’est sur « est-ce que l’agresseur allait bien » ? Et la femme ? Et les enfants ? Ils allaient bien ?

« Condamné en juillet 2010 à 2 ans de prison dont 1 avec sursis pour violences conjugales contre son ex-compagne tuée mercredi, le meurtrier présumé avait été libéré par anticipation le 17 février dernier pour pouvoir retrouver du travail. Pour cela il devait suivre 2 obligations: obligation de soins pour soigner son alcoolisme et interdiction d’approcher le domicile de sa compagne dans le Val-deMarne.

En revanche, si on a un peu de mal à être totalement dans le pardon d’un homme qui a tué sa femme à coups de poings et n’a pas appelé les secours, alors là, nos propos sont considérés comme intolérables, on nous accuse d’être pour la peine de mort !!!! Parce qu’on ne lui donnerait pas « une deuxième chance ».

Il ne s’agit pas de cela. Notre combat, c’est d’avoir l’occasion de donner une deuxième chance aux victimes. Pour qu’elles puissent un jour, ne plus l’être. Et autrement que les pieds devant. Oui, c’est là notre priorité. LA HONTE DOIT CHANGER DE CAMP !

Sandrine GOLDSCHMIDT

Publicités

3 réflexions sur « Il faut que ça cesse ! »

  1. merci Sandrine pour les femmes dont tu parles

    tu restaures notre confiance, notre dignité par la justesse de ton analyse et le ton employé.

    merci…

  2. Malheureusement, le PS n’a pas qu’un seul mouton noir. Des élus responsable de violences sexistes, il y en a ailleurs. A Paris par exemple, deux adjoints d’arrondissement ont été condamné (l’un en première instance) pour violences conjugales…et continuent d’exercer leur mandat. Quand j’explique à certains socialistes que pour moi j’éprouverai le même malaise, la même colère que si nous avions des élus coupables d’antisémitisme, de racisme ou d’homophobie… ben on me répond que c’est pas pareil, qu’il y a une dimension privée etc. Scandaleux mais l’omerta règne. Y compris dans les associations qui n’osent pas porter le débat. A part AVFT et Femmes solidaires qui a saisi la direction du PS, que fait Anne Hidalgo, première adjointe de Paris, et future maire?, que fait-elle alors qu’elle a eu le courage de mettre la lutte contre les violences faites aux femmes parmi les priorité de la Ville de Paris ? Que fait Fatima Lalem adjointe de Delanoe à l’égalité femmes / hommes ? On est engagé, sur 3 ans (2011/2014), dans une série d’élections, cantonales (trop tard), sénatoriales, législatives(après la présidentielle) et municipales et régionale. Ne serait-ce pas le moment pour des associations comme Osez le féminisme de lancer une campagne auprès des partis : pas d’élus, pas de candidats auteurs de violences sexistes ?
    Bertrand

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s