Revoici Osez le clito ! autour d’une affiche et d’une belle campagne

Revoici l’article retiré pour cause d’embargo…avec l’affiche !

Alors je commence par dire Bravo à Osez le féminisme, qui a lancé sa campagne pour le clitoris, cet organe du plaisir féminin mal connu.
Avec « Osez le clito ! », l’association souhaite affirmer « que les sexualités des femmes sont multiples, se vivent en dehors de toutes procréation, ne sont pas forcément complémentaires du sexe masculin ». Et condamne fermement toute mutilation de cet instrument de plaisir, souvent d’ailleurs, au nom de l’interdiction du plaisir pour les femmes, dont le corps, toujours, doit être maîtrisé…

Une campagne très importante, en particulier en mettant en avant le droit aux plaisirs des femmes. Ainsi, le slogan repris sur l’affiche est : instigateur de plaisirs. C’est bien. Le clitoris, et la tête, font bien l’affaire ;-)

Et pourtant, je le dis d’autant plus aisément que je soutiens cette campagne, je n’aime pas cette affiche, qui prend le cadre (un peu réduit de « l’origine du monde ») et y dessine schématiquement un clitoris. Les autres parties du sexe féminin sont gommées, heureusement on voit les poils. Pas de vulve.

Et surtout, on ne voit pas le reste du corps des femmes. Or, si le clitoris a besoin d’être connu, le fait qu’il fasse 11 centimètres n’est pas une performance en soi !  Mais comme celle du sexe des hommes, on s’en fiche aussi un peu, de sa taille…On ne va quand même pas jouer ça…elle n’a d’intérêt que parce qu’elle nous apprend que l’on peut en récupérer une partie en cas de mutilation sexuelle pour faire la réparation dans certains cas. Ou pour moucher certains idiots qui feraient de la taille de leur pénis un argument de supériorité.

Donc, très bien de montrer ce qui n’est pas immédiatement visible, aussi pour comprendre comment, pourquoi, nous avons du plaisir « de partout », et que même quand un orgasme est dit vaginal, cela n’est pas sans rapport avec la présence du clitoris tout autour.

Mais pour avoir du plaisir, s’il nous faut connaître notre corps, nous n’avons pas besoin de savoir sa taille ou sa forme. Nous avons besoin de savoir qu’il est là, et fondamental dans notre sexualité. Aux côtés de cette autre partie de notre corps qui est fondamentale, quelle que soit sa taille : c’est notre cerveau. Et ce qui me gêne, ici, c’est qu’on réduit les femmes à leur sexe. Avec une partie de leur sexe trop ignorée et martyrisée, certes. Mais avant de voir de quoi il s’agissait, cela m’a fait penser au cadrage d’une image porno : qui fait exactement un gros plan sur cette partie là du corps des femmes.

Autre chose, encore : c’est un regard extérieur, qui voit le sexe des femmes différemment, et est invité à y prêter attention…cela s’adresse donc à celui qui regarde et devrait avoir plus conscience qu’il existe et à l’inclure dans la vie sexuelle. C’est bien, mais c’est écarter la vision subjective, qui s’adresse aux femmes…

Voila, c’est très difficile de faire une affiche, c’est très difficile de plaire à tout le monde, et Osez le féminisme, fait vraiment un gros travail . Mais je pense que faire du buzz et débattre de cette question de la représentation des femmes dans l’image, de leur sexe, de leur sexualité, est crucial, et que toute occasion est bonne ! Parce que les images qui ne montrent pas la tête des femmes, sont incroyablement nombreuses. Et que c’est un réflexe que toutes nous avons tendance à avoir, semble-t-il.  Ainsi, dans le flyer du colloque de l’IEC, que j’ai publié la semaine dernière, c’est pareil. Il y a deux femmes nues enlacées, une dont on voit la tête, de dos, l’autre, celle qui aurait été de face, dont la tête est coupée…mon corps a-t-il un sexe. Ou plutôt : mon corps a-t-il une tête ?

Et donc, n’hésitez pas à réagir, et me donner votre avis, ça m’intéresse…

Sandrine GOLDSCHMIDT

Publicités

12 réflexions sur « Revoici Osez le clito ! autour d’une affiche et d’une belle campagne »

  1. Entièrement d’accord avec votre analyse concernant cette affiche que je trouve très laide et déplaisante pour toutes les raisons que vous évoquez. C’est dommage, elle risque d’avoir l’effet inverse de celui désiré. En tout cas je ne relayerai pas cette campagne, beaucoup trop réductrice et caricaturale.

  2. Perplexité devant ce « OSEZ LE CLITO ».
    Un slogan, certes. Mais on sommes-nous là ? A devoir « oser », avec une alchimie d’assurance et d’audace voire de témérité, une notion de risques sous-jacente, un certain courage, du boderline du côté de transgressions ???
    Après avoir organisé la projection d’un docu sur les excisions, j’ai gardé en mémoire une délégation d’africaines (non accompagnées) qui défendirent avec véhémence ce qu’elles estimaient une part « intouchable » de leur culture. Malgré par exemple, les suggestions de cérémonies avec simulacres d’excisions dans un contexte marquant donc un rituel de passage…

  3. Moi non plus je n’aime pas cette affiche, ce dessin très réducteur, même pas rigolo, même pas beau, même pas osé… bâclé. Moi non plus je ne relaierai pas cette campagne, Osez le féminisme a des idées malheureusement très souvent elles ne sont pas abouties, à l’image de cette affiche.

    1. Bonjour,
      autant je suis d’accord avec votre critique de l’affiche, autant je vous trouve un peu sévère avec Osez le féminisme qui a le mérite de faire exister nos sujets sur la scène.
      Cela dit, vous pointez une réflexion nécessaire et importante (qu’il faudra que nous ayons les 2 et 3 juillet) : la nécessité de faire, tout en réfléchissant à fond.
      C’est vrai, je n’ai pas insisté dessus, mais j’ai aussi beaucoup de réserves sur le slogan (osez le clito), sur les clips, en plus de l’affiche. Le problème c’est que parfois quand on cherche à se mettre tous et toutes daccord, on ne fait rien…nourrir la réflexion sur les moyens de la lutte…
      on est malheureusement dans un monde de com’…

  4. je m’interroge !!!! je suis d’accord avec une grande majorité des idées féministes, forcément contre l’excision, mais là… que dire, je ne suis pas dans le mouvement de se « Osez le clitoris ».
    Le clitoris est une parti intime propre à chacune, pourquoi revendiquer sa propre intimité ????
    Que dire à nos filles… sur ces affiches et sur l’idée véhiculée ?
    Je ne me sent pas concerné par cette campagne et pourtant je suis une femme….

    Je n’aime pas cette affiche !!!!! moche ! moche !!!
    Un peu honte…. et me détache des idées féministes si le but est de monter les femmes contre les hommes et les hommes contre les femmes.

  5. Bravo mille fois pour cette campagne franche et directe, sans tabou !! Moi je suis pour le respect et la glorification de la Nature, qui fait si bien les choses. Eh, entre nous, on est quand même les rois (et les reines) pour ce qui est de créer des problèmes et ensuite chercher les solutions… Les animaux doivent bien se marrer à nous regarder !! Je crois que Coluche avait raison : c’est peut-être nous le Chaînon Manquant… ou alors, on pourrait peut-être découvrir et libérer enfin l’être humain en nous, non ? Trop simple ?

  6. Si je regrette aussi que ce schéma sépare le clitoris du corps, je ne vois pas comment on pouvait mettre le focus sur celui-ci autrement. Ce croquis a le mérite d’être clair, parlant, pas érotique et dérangeant pour les négationnistes du clito. Le sexe des femmes ne serait donc plus du vide, un simple orifice pour le triomphant et orgueilleux sexe masculin?
    Cette campagne est salutaire. Oui, le mépris du plaisir sexuel des femmes est la base , le moteur et un outil pour discriminer les femmes et exercer des violences à leur encontre. Clitoridectomie physique (même chez nous !) et clitoridectomie symbolique, en n’apprenant pas aux filles et aux garçons l’importance du clitoris dans la jouissance féminine (comme le gland chez les hommes).
    L’absence du clitoris dans les manuels et les cours d’éducation sexuelle nuit aux filles mais aussi aux garçons.
    La découverte de l’orgasme peut être tardif ou ne pas avoir lieu pour les filles par méconnaissance de leur propre corps.
    Quant aux garçons, ils apprennent à ne pas se soucier du plaisir de leur partenaire. Il leur est facile alors de prétendre (ou croire) que leur copine n’aime pas le sexe, et il est en effet compréhensible qu’un exercice où les 2 travaillent à mener l’homme à l’orgasme ne suscite pas un enthousiasme débridé de leur part (Pense à l’Angleterre…).
    En résultent le mythe des besoins sexuels des hommes et de la frigidité qui menace toujours les femmes et qui justifient le recours à la prostitution.
    Le clitoris fait peur à certains hommes : « quoi, pas besoin de mon gros pénis ? » « ou « si elle a du plaisir, elle va me tromper » ou « elle pourrait se passer de moi ? »

    Et pourtant, le plaisir partagé, donné et reçu est un cadeau pour les 2!

  7. Bravo pour ce commentaire qui remet la tête des femmes en place.
    Par ailleurs j’ai trouvé un marquage au sol asticieusement intrigant à l’entrée du métro
    Place d’Italie, côté centre commercial : tout simplement « osez le clito.fr » et qui suscitait l’intérêt
    des usagers du métro.
    Ce marquage existe sans doute et peut-être ailleurs. Une bonne chose

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s