L’AVFT, le harcèlement sexuel au travail, et les médias…

Depuis quelques semaines, l’AVFT s’est retrouvée sur le devant de la scène. Parce que l’affaire DSK a soit disant libéré la parole des femmes, et que l’affaire Georges Tron a été soumise à l’AVFT bien avant l’affaire DSK. Du coup, l’Association contre les violences faites aux femmes au travail est obligée de s’excuser auprès des victimes qui font appel à elles parce qu’elle n’a plus le temps de traiter les dossiers, étant à son tour harcelée par des demandes médiatiques.

En fait, la seule chose nouvelle, c’est peut-être l’engouement médiatique pour le sujet (et qui, donc, ne durera qu’un temps). Ceux-ci déclarent que cela « change la donne », s’interrogent sur la complicité des uns et des autres dans le silence précédent (mais cherchent plutôt à désigner un coupable qui ne serait pas eux-mêmes). Et, du fait qu’ils font eux mêmes partie du système, et en particulier du système économique qui sous tend la fabrication de l’information (précarité, vitesse, course à l’exclu, qui font des journalistes des précaires qui font ce qu’on leur dit et peut les faire vivre), cela donne, sous couvert de libération de parole, un espèce de bal absurde. Car la seule chose qui les intéresse, c’est d’avoir des témoignages, et si possible, détaillés…un peu comme si c’était une banque de données…mais surtout, immédiate.

Ce bal hypocrite, l’AVFT le dénonce dans son fil d’infos sur son site. Des cas réels, quotidiens, qui montrent un peu le fonctionnement de l’info spectacle…

J’en publie un ici, mais allez voir les autres sur le site ici, c’est édifiant…

AVFT – Association européenne contre les Violences faites aux Femmes au Travail
Tél : 01 45 84 24 24

« … Mme D. est d’accord pour répondre à votre interview, mais elle ne souhaite plus relater précisément l’agression sexuelle dont elle a été victime. Elle dira qu’elle a été victime d’une agression sexuelle au travail mais sans la décrire. Elle pourra aussi vous dire que les femmes de chambre sont très souvent l’objet d’agissements intempestifs à caractère sexuel commis par des clients qui semblent considérer que « ça fait partie du boulot »…

- Ah bon ? Je ne peux pas faire un sujet avec rien dedans.

- Il n’y aura pas rien dedans, elle dira qu’elle a été victime d’une agression sexuelle. C’est juste qu’elle ne veut plus rentrer dans les détails. Aujourd’hui, si elle accepte de témoigner, c’est parce qu’elle juge qu’il est important de mettre en cause son employeur, la justice…

- Mais vous comprenez, j’ai des comptes à rendre à ma rédaction, moi.

- Oui mais ça… ça vous regarde. C’est à vous de décider si le témoignage de Mme D. rentre dans le cadre de votre sujet, pas à nous de répondre à une commande« .

Advertisements

2 réflexions sur « L’AVFT, le harcèlement sexuel au travail, et les médias… »

  1. Les journalistes ne semblent pas du tout réaliser combien cela peut être douloureux pour la femme qui témoigne de répéter sans cesse ce qu’elle a vécu. Sa réponse à l’association dans l’exemple que tu fournis l’atteste.

  2. comme d’habitude l’AVFT fait un super boulot ! c’est rassurant de savoir que des associations comme celle-la existent !

    je crois qu’on devrait faire la même chose qu’avec les otages en fin de journal ou la situation de la détention en France et la peine de mort aux USA à la fin de l’émission Les Mots de Minuit : dans tous les JT, on devrait rappeler quotidiennement les violences faites aux femmes et les inégalités, dire que c’est politique, dire que cela doit changer !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s