Egalité maintenant oui, mais aussi liberté et HUMANITE !

Depuis la candidature d’Aubry il n’est plus question dans le milieu féministe que de la présidentielle, et des moyens de pousser les futur-es candidat-es à faire leur-es les revendications féministes. Avec au moins un consensus pour un point : la politique actuelle est inacceptable, parce qu’en affichant des actions vers l’égalité, elle fait en parallèle tout pour d’une part démanteler le service public, d’autres part rendre non-pérennes ou fragiles les subventions aux associations à même de prendre le relais.

Pour le reste, deux plateformes sont actuellement mises en avant, celle des rencontres féministes d’Evry, et le Pacte pour l’égalité du Laboratoire de l’Egalité.

Les 10 revendications d’Evry  balaient tous les sujets, de la revendication d’un ministère des droits des femmes avec des moyens, à l’égalité pro en passant par la lutte contre les violences et la reconnaissance des luttes féministes.
Le laboratoire de l’égalité lui, se concentre plus sur 4 axes : la parité et l’accès des femmes aux responsabilités, l’égalité salariale et la lutte contre la précarité dans le travail, la valorisation de l’implication des pères et de la conciliation des temps de vie, enfin le partage d’une culture de l’égalité.

Enfin, une centaine de personnalités se sont engagées auprès de la candidate aux primaires socialistes Martine Aubry, en signant un appel intitulé « Avec Martine Aubry pour l’égalité ». Charge à elles de pousser la candidate à s’engager plus avant dans ce domaine…où pour l’instant on ne l’a guère vue … Dans ces propositions on reconnaît la patte de Caroline de Haas (qui fait maintenant partie de l’équipe de campagne de la candidate, sur la question « femmes », aux côtés de Françoise Héritier) et je trouve les propositions intéressantes, que ce soit sur la lutte contre la précarité, la création d’un service public de la petite enfance, ou la lutte contre le système prostitueur. Des personnalités s’engagent auprès de la candidate, reste à la candidate à s’engager sur ces propositions…

Première remarque : c’est formidable que tant de projets et engagements féministes soient mis publiquement sur la table à l’occasion de la présidentielle. J’espère que bien d’autres mouvements vont faire de même et tenter d’imposer le sujet pendant les 10 mois qui restent jusqu’à l’élection !

Ensuite, l’apport féministe sur l’économie : mettre en avant le double verrou de la précarité toujours croissante des femmes (en particulier avec le temps partiel subi et l’orientation vers les métiers mal valorisés), et d’une mauvaise articulation des temps de vie. Comme le souligne depuis toujours Dominique Meda, le temps des femmes est celui du travail rémunéré ET celui, pour celles qui sont mère, des tâches domestiques -gratuit et non valorisé. Facile pour les hommes, de profiter de l’absence -pourtant si utile à la société- des femmes au sein de l’entreprise, pour conserver leur pouvoir.

Enfin, une remarque, qui doit à mon avis nourrir notre réflexion. On n’envisage plus aujourd’hui en politique les luttes féministes que sous l’angle de l’égalité (clin d’oeil à Pascale). C’est le mot incontestable sur lequel chaque politique n’a pas de difficultés à s’engager. C’est bien sûr un mot fondamental. Mais c’est un mot qui mène à l’ajustement de la société telle qu’elle est, et non à sa transformation. Cela marche formidablement pour la lutte sur l’égalité des droits et de situation, moins bien pour la lutte contre les violences, la maîtrise de son corps, pour lesquelles liberté et respect sont des notions fondamentales. La lutte pour l’égalité, c’est donc le minimum vital et nécessaire de la lutte féministe. Soyons toutes et tous égaux dans le système, et même si la structure du système (de domination patriarcale, raciste et classiste, comme disent certain-es) est en soi inégalitaire, continuons à nous battre pour être « traité-es comme ».

Enfin, il y a pour moi une notion qui manque et devrait absolument être considérée pour un vrai progrès humain : la notion d’humanité, (l’ancienne fraternité)  tout simplement. Dans une société où le système économique broie l’individu, il ne suffira pas de faire l’égalité des salaires entre les femmes et les hommes. Et franchement, gagner « autant que », avoir « égal accès à » est important  – ce n’est que justice- mais ne peut suffire. Car si c’est pour gagner « autant que » dans un système qui broie l’individu…

Aujourd’hui, et depuis plusieurs années, le système dominant utilise l’outil patriarcal de toujours vis-à-vis de l’ensemble de la population. On le sait, l’isolement des femmes au sein du foyer, le fait d’être coupées de leurs paires, a contribué à les faire se résigner à leur condition. Découvrir par la solidarité féministe, qu’elles n’étaient/ne sont pas seules, contribue à leur libération. Au sein de l’entreprise, c’est exactement la même chose, et les tenants du pouvoir l’ont compris. Leur objectif, c’est à nouveau de morceler le travail au maximum, de responsabiliser les individu-es sur des tâches qu’ils ou elles sont les seules à pouvoir faire, les empêcher de communiquer et de s’aider, pour éviter toute révolte collective contre un système qui ne les traite pas correctement. C’est pour cette raison qu’il y a autant de souffrance au travail à une époque ou pourtant, on travaille beaucoup moins, et où on a plus d’aisance matérielle qu’il y a un siècle. Empêcher toute action collective, fut-elle seulement de convivialité et de loisir, interdire de se parler, c’est un nouveau taylorisme (par ailleurs servi par la société de consommation), une division plus seulement physique, mais aussi psychologique du travail, dont le but est la division et l’isolation de celles et ceux qui travaillent, pour s’assurer qu’ils et elles vont continuer à alimenter le système sans broncher.

Alors je dis l’égalité maintenant, oui, mais aussi la liberté et l’humanité !

Sandrine GOLDSCHMIDT

Publicités

7 réflexions sur « Egalité maintenant oui, mais aussi liberté et HUMANITE ! »

  1. Personnellement je m’étonne que Martine Aubry soit aujourd’hui désignée comme la candidate censée représentée les valeurs d’égalité alors qu’elle a tellement affiché sa solidarité envers son cher « Dominique » (qu’elle désigne toujours par son prénom) dans l’affaire DSK. De plus « Dominique » d’après le tour que prend les choses pourrait bien revenir s’imiscer dans le débat et je ne doute guère que sa disciple Martine ne lui aménage une place de choix, voire lui laisse entièrement la place comme elle le souhaitait à l’origine. Les féministes qui se seront engagées à ses côtés pourraient bien avoir un très mauvais réveil un jour ou l’autre en ce qui la concerne. Je ne doute pas qu’elle trouvera une justification en or qui éblouira les plus naifs. Personnellement je ne lui fais aucune confiance et je trouve que c’est à Eva Joly désormais qu’il faudrait demander de s’engager dans le domaine de l’égalité hommes/femmes.
    Pour moi, Martine Aubry et le PS dans son ensemble est plombé durablement par l’affaire DSK. Il n’y a pas de retour en arrière.
    Si cela t’intéresse, je suis en train de traduire un article du dernier « Emma » sur ce blog http://angrywomenymous.blogspot.com/
    Vu d’Allemagne, ce n’est certainement pas Aubry qui passe pour la championne des féministes…

    1. Je suis assez d’accord sur le fond. D’ailleurs, je n’ai pas signé ledit appel.
      Toutefois, j’espère qu’il n’y aura pas de concurrence à gauche au premier tour et je voterai -très probablement- PS(je ne pense pas que DSK reviendra ce serait suicidaire pour le PS, on peut encore imaginer qu’en 2007 cela fut possible mais en 2012…)
      Je ne me fais aucune illusion sur la capacité d’un-e candidat-e à la présidentielle à avoir la volonté réelle de tenir ses engagements. Mais il faut que la casse entreprise depuis 2002 et accélérée depuis 2007 cesse. C’est aussi un préalable à nos engagements…qui sont eux mêmes un préalable à toute action…bref tout cela est complexe.
      Et je pense qu’il faut à la fois être dedans et dehors…voter utile et vouloir la fin de cette société…

  2. Pourquoi ne pas voter Eva Joly ? Si tout le monde la soutient, elle a toutes ses chances ! D’après les pronostics, elle ne devait pas être la championne des primaires d’EELV et pourtant…
    Le vote utile PS est un blanc-seing à la caste des amis du CAC40 qui poursuivront la démolition du système social comme Jospin s’y était lui-même attelé quand c’était son tour. Malgré ses discours faussement socialistes, le PS a bien prouvé ses dernières semaines qu’il n’est que l’autre parti du néo-libéralisme échevelé, en concurrence avec l’UMP.
    Les sondages ne semblent pas servir à autre chose qu’à l’intox et il y a de fortes chances que la majorité des votes ne soient en rien des votes « utiles ». Alors donnons sa chance à un vrai changement.
    Je trouve qu’Eva Joly est justement celle qui est à la fois dedans et dehors. Martine Aubry est bien trop liée à une clique de gens intéressés au pouvoir qu’elle va à tout coup caser dans son gouvernement : les Lang, Mitterand, Hollande, Jospin, Fabius & Co vont tous faire leur come back ou s’incruster un peu plus ! Est-ce cela que veulent les féministes ? En ce qui me concerne, ces fossiles sexistes, je les ai assez vu.

  3. Information

    Le Point.fr – Publié le 12/07/2011 à 22:46 – Modifié le 13/07/2011 à 10:05
    Me Henri Leclerc défend l’ancien patron du FMI dans l’affaire Tristane Banon. Aujourd’hui, il s’engage auprès de la maire de Lille.
    Click here to find out more!

    Aubry a dévoilé son équipe de campagne mardi. Une équipe constituée de binômes. Dans chaque secteur, un politique collabore avec une personne issue de la société civile. À la justice, ils sont même trois : l’ancienne garde des Sceaux Élisabeth Guigou et l’élue de Paris Marie-Pierre de La Gontrie travailleront avec un ténor du barreau, Me Henri Leclerc.

    Le même Me Henri Leclerc qui est actuellement plongé dans un dossier aussi médiatique que délicat : l’affaire Tristane Banon. Il est en effet le défenseur de… Dominique Strauss-Kahn. C’est lui qui a annoncé la semaine dernière le dépôt d’une plainte pour dénonciation calomnieuse contre la jeune journaliste qui accuse l’ancien patron du FMI de tentative de viol.

    1. je publie une partie du commentaire, et j’enlève les commentaires de l’article…pour info, c’est plus pratique si vous mettez le lien vers cette info, en outre en terme de droits, c’est plus correct…par ailleurs, l’info est intéressante.

  4. j’ai terminé (+ corrigé les fautes et tournures bâclées) de la traduction de « Wir sind alle Zimmermädchen » du magazine « Emma ». Je pense maintenant traduire l’avis d’Alice Schwarzer sur l’affaire DSK.
    Personne ne le faisant nulle part, j’ai pensé pallier à ce manque….si tu as le temps et l’envie, je serais ravie que tu le lises et m’en donnes un écho ou l’autre. Merci d’avance.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s