Pour une année juste !

Alors voilà. 2011 arrive à sa fin. Je vous avais alors souhaité des imprévus heureux.

détail de la création du monde, vitrail, Marc Chagall, musée de Nice

C’est ce qui avait le plus de chance d’arriver. Il y en eut, donc, les mêmes faisant parfois les imprévus heureux de début d’année et de fin d’année.
Une année en dents de scie, de desmo-dontite en rages de dents, de rage dedans en rage dehors face à l’injustice persistante, ou plutôt la difficulté de la justice à se faire égale pour tous, et surtout égale pour tous ET toutes ! L’année aura été marquée par la découverte du temps qui passe et que rien ne change, ou à la marge, et que ce sont toujours les puissants qui dominent. Jusqu’à l’ensemble des êtres vivant sur terre, quitte à tout détruire à son seul profit…

Avec Muriel Salmona, nous avons écrit fin août les textes« Pas de justice, pas de paix »,qui sont aussi une pétition que vous pouvez toujours signer. Nous ne nous arrêterons pas là et très bientôt vous découvrirez la suite, parce qu’en 2012, nous allons essayer de faire porter la voix de la justice. En espérant bien sûr que la voie/x des urnes donnera à ce pays les moyens d’arrêter les dégâts.

cantique des cantiques, détail, M.Chagall, musée de Nice

En 2011, nous avons donc eu droit à une explosion de sexisme d’une part, liée à l’affaire DSK, mais aussi une explosion de réactions, qu’on jugera encore parfois timides…mais comme j’ai envie d’être optimiste, je relèverais pour ma part ceci. Sur des sujets sur lesquels la lutte est difficile, on peut dire qu’il y a eu un frémissement : celui de l’impunité des puissants, des auteurs de viol, du sexisme ordinaire qui en fait le lit : malgré tout, en 2011, un autre discours a été entendu, grâce aux associations féministes : avec OLF, la Barbe et Paroles de femmes, premier rassemblement contre le sexisme, en mai, et surtout, d’avoir obtenu que le CSA critique les propos entendus sur RMC.

Avec le fait aussi et surtout, que les médias ont enfin diffusé d’autres discours, grâce à l’AG qui s’est mise en place, grâce à la manifestation du 5 novembre à l’appel du CNDF et de presque toutes les assos. Et peu à peu, la réalité de ce que vivent les victimes de viol, qui doit être dite, pour qu’un jour elles puissent re-vivre, est enfin entendue. Je citerai en exemple l’article de Psychologies magazine dans lequel intervient Muriel Salmona, et qui est très intéressant. Je citerai aussi trois romans, parce qu’il est essentiel que les femmes commencent à écrire leur histoire. Et cela ne nous étonnera pas que dès lors qu’elles le font, la question du viol, des violences faites aux femmes et de l’injustice soit centrale dans leurs écrits.

Bien sûr, « nous sommes les oiseaux de la tempête qui s’annonce », de Lola Lafon, dont j’ai déjà parlé ici, chef d’oeuvre saisissant. Mais aussi le livre de Delphine de Vigan sur sa mère, « Rien ne s’oppose à la nuit » (en tête des ventes!), où est révélée toute la psychogénéalogie du non-dit de la violence, et ses conséquences ravageuses. Enfin, celui que je viens de terminer, de Chahdortt Djavann, « Je ne suis pas celle que je suis », très impressionnantes, les deux histoires entremêlées d’une jeune iranienne à Bandar Abbas et Téhéran, et d’une « autre » (ou la même) dans un cabinet de psychanalyste à Paris. C’est toute la domination masculine qui y est décrite, avec la violence sexuelle, universelle, et la violence politique, liée à un Etat oppresseur qui ne fait que la renforcer systématiquement pour les femmes.

La mémoire traumatique, la dissociation, l’exposition à des comportements à risque, l’illusion que la prostitution peut être une issue pour sortir du vide ou empêcher le suicide, et en face, la possibilité de la parole, et d’être entendue…j’espère avant tout pour 2012 que la cause abolitionniste de la prostitution avancera, comme elle a commencé à le faire en cette fin 2011 avec le front abolitionniste, et qu’on dira enfin qu’il ne s’agit pas de punir, mais de libérer la sexualité des femmes, de leur rendre un corps qui n’appartient qu’à elles, en demandant juste aux hommes, de les considérer comme des autres eux-mêmes. A cet égard, un dernier article, qui montre que c’est possible, de cet ancien client devenu abolitionniste:« si la loi avait interdit l’achat de services sexuels, je n’y serais jamais allé ».

C’est ce que je souhaite à toutes les femmes du monde, en regardant ce côté-là du miroir, que je symboliserai pour finir par une réaction de ma fille, au restaurant, alors que j’allais demander au serveur de changer la chaîne de télévision qui attirait son regard sur des clips videos sexistes montrant beaucoup de femmes…en porte-jaretelles et sous-vêtements (il accepta au moins de baisser le son ce qui attire moins…). Revenant à ma place, elle me donne le dessin qu’elle venait de faire sur une serviette…

« contre les émissions grotesques », Osez le féminisme…(remarquez le porte voix)

Sur cet espoir de relève, je vous souhaite à toutes et à tous, mais en pensant particulièrement à toutes celles et ceux qui n’ont pas les moyens, le pouvoir, la possibilité de se dire, une année juste, et un rayon d’humanité…

Sandrine GOLDSCHMIDT

Advertisements

17 réflexions sur « Pour une année juste ! »

  1. chère Sandrine

    te dire encore et encore que je te remercie pour tous tes billets que je tweete et facebooke à chaque fois avec grand plaisir.

    la relève est assurée dans ta famille : je m’en réjouis 🙂

    que 2012 soit un jardin de roses et l’espoir d’avancer sur un autre chemin, un chemin juste, un chemin de liberté, d’égalité, de solidarité, que cela soit l’occasion de nous parler, de crever les abcès, de permettre à chacune et chacun de trouver sa place dans une société pacifiée…

    je commence mi-janvier ma démarche en psycho-généalogie avec une thérapeute professionnelle en 2012 … Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité intergénérationnelle … tout un symbole !

    je te souhaite une merveilleuse année 2012 de combats et de poésies

    sylvie

    1. Merci à toi Sylvie, pour ton soutien, tes publications, meilleurs voeux pour ta démarche psycho-généalogique, et merci pour les voeux de combats et posée, je crois que c’est la vérité de la lutte qui est là.
      Sandrine

  2. Merci Sandrine! Bravo à ta petite féministe! Lors d’un passage récent à Paris, dans un magasin Gap, Esther, ma dernière, 9 ans s’était offusquée du rayon filles qui était gavé de froufrous et autres niaiseries roses à paillettes…
    Bonne année féministe, juste et humaine…
    Judith

  3. oui bonne année, pour une année juste contre les dominations et celle universelle contre les femmes, ces fléaux font tant de dégâts dans le monde et nous mobilisent sans relâche… à tous les niveaux, là où nous sommes, même au restau et dès le plus jeune âge ;o)

    1. oui, la domination est bel et bien universelle, alors continuons notre réseau, merci pour tes luttes, tes commentaires, et mes meilleurs voeux !

  4. A nouveau, Sandrine, merci beaucoup pour ce bilan annuel, pour ces références.

    La réaction de ta fille est importante. Je me demande comment les filles d’aujourd’hui peuvent échapper à la double tyrannie de l’industrie sexiste et de l’industrie des adultes. Ta fille montre qu’un autre modèle développe l’esprit critique. Mais est-ce que des actions sont possibles dans un cadre autre que familial, au sein de l’école, par exemple?

  5. Ces ordinos…
    Je te remerciais d’abord pour ce bilan, lectures et références.

    Puis soulignais la réaction de ta jeune fille. Je me disais qu’il est peut-être plus difficile aujourd’hui, pour une fille, de se démarquer de la norme sexuée et rose concoctée par les industries et la bêtise des adultes. Je me demandais de quels outils disposent des filles, des enfants n’ayant pas la chance d’avoir une mère ou des parents féministes. Car il me semble qu’il y a ici une double trappe. Est-ce que, au niveau de l’école par exemple, il est possible de déconstruire stéréotypes et ordre sexiste? (Mais qu’en est-il, au juste, du « genre » dans l’éducation?)

    Bon boulot pour 2012, et heureuses promenades.

    1. plus difficile, je ne sais pas. Avant, il n’y avait guère de sources qui montrent « autre chose », aujourd’hui il y en a. Mais dans l’océan de tout ce qu’il y a, et du matraquage publicitaire, est-ce visible ? En tout cas, l’école n’aide pas…assez, il y a là un boulevard de travail…disribution de lunettes féministes pour toutes, et tous, il n’y a que ça ;-)))

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s