Les enjeux politiques de la garde des enfants de moins de 3 ans

Vous avez peut-être remarqué que je relaie parfois ici des articles que je publie sur le site cnikel.com enquête, partie éditoriale du site cnikel.com, qui est un portail destiné aux intervenantes et intervenants des services à domicile et à la personne. L’intérêt de cette partie éditoriale, c’est qu’elle a pour objectif, sous l’impulsion de son directeur de rédaction Bruno Leresche, d’améliorer la connaissance du secteur, de ses enjeux économiques, et des conditions d’emploi des personnes qui y travaillent. Et quand je dis des personnes -il s’agit, au moins pour l’aide à domicile et la garde d’enfants, de plus de 90% de femmes, de plus de 75% pour le ménage. Et ce sont là les trois principaux métiers employeurs parmi les 23 que constitue le secteur fourre-tout des services à la personne (qui compte 2 millions d’emplois déclarés).

j’ai donc rejoint l’équipe en tant que journaliste-éditorialiste, et suis ravie de pouvoir y trouver un écho à des préoccupations si importantes pour cette égalité que nous voulons. Egalité femmes-hommes, égalité migrant-es/autochtones, et respect des conditions de travail des travailleur-ses.

Aujourd’hui, à l’occasion d’un récent rapport sur le métier d’assistante maternelle et de l’approche d’élections où on a toujours peur des promesses qui n’engagent que ceux qui les écoutent, nous avons fait un point sur la question de la garde des enfants de moins de 3 ans. Petit rappel : sur l’ensemble, près de 60% sont gardés par la famille (très majoritairement les mères, écidemment), 20% par des assistantes maternelles (99,6% des effectifs), 10% dans des crèches…et 2% par des nounous à domicile (seul ou en garde partagée).

Autant dire que le manque de place est cruel (on parle de 500.000). Dans ce cadre, le métier d’assistante maternelle est un bon exemple de solution à continuer à  développer. Elle a en plus l’avantage, depuis quelques années, d’avoir un cadre collectif (convention). Pour autant, il ne s’exerce toujours pas dans des conditions idéales, et n’est pas accessible à toutes les familles. Emmanuelle Bayle fait une synthèse des questions qui se posent sur l’avenir d’une profession vieillissante :« Gare à la pénurie d’assistantes maternelles ».

En appui à cet article, j’en ai profité pour poser trois questions à Hélène Périvier, économiste à l’OFCE et co-responsable de Presages

Quels sont les principaux enjeux d’avenir pour la garde d’enfants de moins de 3 ans en France ?
Que faire face au vieillissement de la population des assistantes maternelles ?

Quelles propositions concrètes pourraient mettre en avant les candidat(es) à la Présidentielle ?

Pour les réponses, c’est sur cnikel Enquête !

S.G

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s