Laïcité et liberté de conscience

Le parlement français a décidé de voter une loi sur la laïcité concernant les lieux de garde d’enfants de moins de 3 ans. Sont concernées, en plus des crèches et des centres de loisir, les assistant-es maternell-es. Cela a provoqué une controverse  sur le droit à la vie privée et à la liberté religieuse des nounous. Et sur la part de racisme qu’il pouvait y avoir dans cette mesure. Sans parler ici des 500.000 places d’accueil qui manque et du fait que de cela, le législateur ne s’est pas occupé…puisque j’en parle dans un édito sur cnikel)

Vouloir qu’un lieu public soit laïc, c’est un des fondements de notre démocratie, c’est vrai. Ainsi, on ne peut y prêcher pour sa paroisse, quelle qu’elle fut : religieuse, ou politique, ou autre.

Mais ici, contre quoi/qui cherche-t-on à se protéger ? De quoi, de qui a-t-on peur ? Avec un article, qui en plus, ne parle que d’une exigence de neutralité religieuse – et pas politique ? Craint-on qu’une femme musulmane, par le port du voile fasse du prosélytisme envers un enfant non-musulman de moins de trois ans ?

Eviter l’entrisme fondamentaliste dans les crèches et lieux d’accueil publics, pourquoi pas ? Mais chez les particuliers ? Peut-on légiférer sur les opinions des gens ? Dans ce cas, pourquoi ne pas légiférer sur celles des parents, qui ne sont pas neutres religieusement ? Et dans ce cas-là, politiquement aussi ? J’ai employé deux assistantes maternelles dans ma vie. Je ne sais pas pour qui elles votaient, ni quelle était leur religion. Tout ce que je leur demandais, c’était de s’occuper correctement de ma fille. Si ça se trouve, elles étaient pratiquantes d’une religion, si ça se trouve, elles votaient pour un parti que je déteste, si ça se trouve, elles étaient racistes, si ça se trouve elles pensaient que le rôle des femmes c’est d’être à la maison, ou que les homosexuels c’est le mal…

Si ma fille, à deux ans et demi, quand elle parlait déjà très bien m’avait dit : « maman, dada m’a raconté que dieu existe et qu’il a fait ci ou ça, ou si elle m’avait dit maman, dada elle m’a dit que les musulmans sont méchants, ou que si on n’est pas musulman on est méchant, ou que Le Pen c’est notre sauveur », j’aurais vu rouge. Comme j’aurais vu rouge si d’autres personnes de mon entourage, amenées à s’occuper d’elle, et plus croyant-es que moi, s’étaient mêlées de lui dire  C’est sûr. Le risque que ça arrive à deux ans et demie me paraît minime, mais sait-on jamais.

Mais alors, est-ce que j’aurais besoin d’une loi pour « défendre mon enfant » d’un risque d’atteinte à sa liberté de conscience ?

La laïcité et ses limites (au sens de bornes, champs d’application, etc…), c’est un problème très complexe. Et qui ne prend d’ailleurs pas les mêmes formes sur tout le territoire français, comme vous l’explique iciMelanie, mon ancêtre.

Ainsi, cet exemple qu’on m’a indiqué dans l’histoire de notre pays :   L’affaire Finaly. Des enfants juifs -des garçons, donc circoncis, des Alsaciens réfugié-es en Isère ont été sauvés en étant cachés par une institution catholique. Seulement voila, cette institution s’est mêlée de les baptiser. Et n’a pas voulu que ces enfants rejoignent leur famille juive, quand celle-ci les a retrouvés (pas leurs parents, qui malheureusement font partis des assassiné-es d’Auschwitz).

Il a fallu une longue bataille juridique, jusqu’en 1953, pour que les deux garçons retrouvent leur famille. Mais ils ont fini par la retrouver.
Oui, la République, assure à chaque individu la liberté de conscience. Et en tant qu’athée, d’origines religieuses multiples, je me dis depuis toujours : la liberté de conscience, comment les religions, quand elles imposent une appartenance à des enfants qui ne sont pas en âge de l’avoir, par des stigmates corporels, des actes symboliques ou un endoctrinement (apprentissage très tôt de règles religieuses), peuvent-elles l’assurer ?

Comment des institutions religieuses, et des parents, peuvent-ils s’arroger le droit de décider pour les enfants ? Quelle liberté de conscience cela leur assure-t-il à l’avenir ? Certes, on est bien obligé-es de les éduquer, et transmettre nos valeurs en fait partie. Mais est-on obligé-es de leur dire : tu dois être baptisé-e, ou circoncis, parce que tu viens de telle communauté ? Peut-on imposer à un enfant d’être végétarien parce que c’est notre conviction (les personnes végétariennes que je connais ne l’ont jamais imposé-e à leur enfant). N’est-ce pas une atteinte à la liberté de conscience de l’enfant ?.En tant qu’athée, je n’ai jamais dit à ma fille : Dieu n’existe pas, tu ne dois pas y croire. Quand elle m’en a parlé, je lui ai dit que je n’y croyais pas. Que d’autres y croyaient. Selon différentes religions. Il reste une part d’influence, mais j’espère, pas de dogme.

Le droit d’avoir la foi, de croire en Dieu, chacun-e l’a. Il est absolu. Mais il doit être un choix individuel. Et pas communautaire, ni familial…

Pour autant, peut-on assurer la liberté de conscience, peut-on éviter le totalitarisme avec une loi qui empêcherait les parents de le faire ? Je pense que personne n’imaginerait aller jusque là…

Et concernant la loi dans les lieux d’éducation publics, elle est aujourd’hui très claire. La neutralité de l’institution est imposée, celle des enfants aussi : ils ne doivent pas porter de signes religieux ostentatoires.  Pour autant, même là, si la loi protège les enfants en interdisant aux enseignant-es de faire du prosélytisme religieux ou politique, l’interdiction des signes religieux à l’école n’empêche pas les enfants de parler entre eux. Ainsi, un jour, cette petite fille de 8 ans revient de l’école (histoire vraie) et dit à sa maman : »Alicia, ma copine, elle me dit que les gens qui ne croient pas en Dieu ils vont aller en enfer et qu’ils sont méchants ». Et elle n’était pas du tout d’accord avec Alicia et ne comprenait pas ». Est-ce qu’Alicia était méchante de vouloir du mal aux impies ?  Ses parents ont pu lui expliquer : si elle dit ça, c’est parce que ses parents -sa communauté ? le lui ont appris. Ce n’est pas son choix. Et la seule méchanceté, c’est de faire -volontairement- du mal aux autres.

Pour autant, va-t-on proposer de faire une loi pour empêcher aux enfants de parler de ces choses-là dans la cour de récréation ?

Donc, si évidemment, la laïcité dans l’école et les lieux publics est à respecter, la loi ne peut pas non plus régenter les moindres gestes des gens. Et je me dis, avec le débat actuel, que peut-être alors, le plus intelligent serait effectivement d’inscrire la laïcité dans la constitution, pour bien rappeler que ce principe est unique, tout comme celui de la liberté de conscience. Et que cela pourrait peut-être permettre d’éviter de faire des lois répressives au coup par coup, qui pénalisent en premier lieu des femmes et des femmes déjà stigmatisées,  qui ne peuvent empêcher certain-es individu-es de se sentir visé-es, pour leur appartenance réelle ou supposée à une communauté (et donc de les pousser à y plonger).

Cela  nous permettrait peut-être  aussi (ce sont ici des éléments de réflexion) de nous concentrer enfin sur une éducation ce qu’est à la liberté de conscience. Et que la société, mais aussi toutes les personnes qui participent à l’éducation des enfants, parents compris, doivent essayer au mieux de l’assurer à leurs enfants.

Une liberté de conscience, qui à mon avis ne pourra pas exister tant qu’elle ne sera pas affranchie des religions, des dogmes politiques, du patriarcat et du dogme du marché (et il n’est pas exclu que j’en oublie. Le dogme de la théorie, peut-être ?). En résumé, de tout principe de domination et de possession de l’autre…

Sandrine GOLDSCHMIDT

Publicités

5 réflexions sur « Laïcité et liberté de conscience »

  1. Pour ma part, à la question de l’existence de Dieu, j’ai très tôt dit à mes enfants qu’Il existait évidemment dans la tête des gens qui y croient. Au moins à travers eux et par eux, Il existait… indubitablement. De là à lui donner une réalité, il y a un pas à franchir…

    Dans l’intérêt des enfants, la religion devrait normalement leur être épargnée, pour éviter de leur être infligée à un âge où ils n’ont pas la force de s’en défendre…
    De l’abus de faiblesse, on appelle ça.

    Réserver la religion aux adultes, c’est la seule manière honnête de procéder… Mais qui a intérêt à être honnête en la matière ?

  2. Cette loi est aussi inutile que toutes les lois sur le voile, mais il aurait fallu dès le départ être très sévère contre les individus qui brandissent le voile comme une arme contre l’occident, l’égalité des genres et la liberté d’expression en déstabilisant nos institutions comme l’école.

    Pour ma part, je considère la laïcité, surtout en France, comme une religion à part entière avec ses croyants, ses intégristes et son bourrage de crâne.

    La spiritualité est inspirée de nos univers imaginaires, les enfants ont autant besoin de spiritualité que nous. Canaliser cette spiritualité, canaliser cette spiritualité est un acte politique.

    1. Je pense en effet qu’il y a certaines personnes qui font de la laïcité -peut-être pas une religion, mais une arme identitaire. Je suis tout à fait d’accord sur l’importance de la spiritualité. je ne comprends pas exactement ce que tu veux dire dans ta dernière phrase, à propos de « canaliser la spiritualité ».Ou alors il me semble qu’on va dans le même sens. Et dans ce cas, je comprends l’aspect laïcité-religion (« tu penseras comme je te dis de penser : athéé, laïc, de la religion que je décide, tu rêveras comme je te dis de rêver)

  3. j’ai pas d’opinion pour ou contre cette loi mais j’y ai réfléchi. Une copine vaguement catho avait une assistante maternelle agrée musulmane, qui lui avait dit que chez elle sa fille ne mangerait pas de porc. Ma copine avait estimé qu’on pouvait tout à fait survivre sans manger de jambon le midi, et l’assistante avait un bon contact avec l’enfant, aimait son boulot, ne fumait pas… et ça s’est bien passé. Il faut dire aussi qu’il n’y a pas tellement de choix, hein. Plein de gens en ville veulent LA place en crèche, mais y’en a pas. Des assistantes maternelle ? LOL mais à Paris c’est elles qui choisissent la famille et/ou l’enfant ! Et pas l’inverse ;o)… Ma copine, c’était il y a presque 20 ans. Maintenant, il y a la question du hallal puisque le marché s’est développé, et on ne veut pas forcément que son enfant mange hallal. Ou inversement, des gens peuvent souhaiter que leur enfant mange hallal… Des enfants de 4 ans qui refusent un bonbon parce qu’il est « peut être à la gélatine de porc », c’est une réalité, à Paris aujourd’hui. ça indique quand même la pression de la religion… refuser un bombec à 4 ans c’est fort. Mais finalement, autant faire garder ses enfants par une assistante qui a des opinions ou une façon de vivre, en clair compatible avec nos croyances, ou nos habitudes. Je pense que les gens recherchaient ça déjà avant, c’est compréhensible. ça m’étonnerait que cette loi soit des masses respectée dans la réalité. Surtout… pour en revenir à la REALITÉ… il y a pénurie de garde !
    « les enfants ont autant besoin de spiritualité que nous »… « LES enfants », « nous » ? pourquoi parler ainsi au nom des autres ? Moi je n’ai jamais ressenti de besoin de spiritualité, et je vis très bien comme ça…

  4. « Quand la vérité n’est pas libre, la Liberté n’est pas vraie » (Jacques Prévert)

    La philosophie, la morale et la poésie constituent d’excellentes sources de spiritualité.

    Les religions « canalisent » effectivement la spiritualité dans le sens péjoratif de canaliser.

    Le drame des religions c’est qu’elles sont basées sur des dogmes ancestraux et, en cela, elles ne contribuent pas à une ouverture d’esprit qui suffise à appréhender les ou la réalité(s) du Monde et des Humains.

    Leur côté intéressant, c’est le rite. Rites qu’elles ont repris ou copiés d’autres civilisations. Et il est clair que notre siècle manque de rites qui apportent des repères sociaux. Cela fait l’intérêt des reportages anthropologiques. Mais il s’agit d’un apprentissage de rites qui use et abuse du mensonge et qui enseigne aux jeunes des éléments qui, s’il leur apporte un peu de magie, apporte aussi des bornes à leur « intelligence » du bien et du mal, et …trop souvent, le fanatisme (à divers degrés).

    victorkhagan@yahoo.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s