Les filles naissent-elles un balai à la main ?

Pour Cnikel.com, j’ai écrit un nouvel édito, parlant de la nouvelle convention collective des entreprises de services à la personne….

Elle aura demandé 8 ans d’efforts, 4 ans de négos…tout ça pour ça, on pourrait dire…il faut en effet travailler 7 jours fériés pour avoir 10% d’augmentation de salaire en + pour le jour férié travaillé, 2 ans d’ancienneté vous donne 5 centimes de l’heure…et j’en passe. Alors, voilà un secteur qui n’a que ce mot à la bouche : « professionnalisation »…pas sûre que celle-ci soit destinée à créer de vrais emplois, avec un avenir et des perspectives…mais plutôt de rationaliser le travail, qu’il soit le plus rentable à moindre coût…ces métiers occupés à 90% par des femmes, restent mal protégés, isolés…

Ce week-end, je lisais un livre pour ados, « Claudine de Lyon », qui parle du combat d’une canute qui voit sa mère gagner une misère à l’usine (du coup, les hommes voient d’un mauvais oeil les femmes, embauchées justement parce qu’elles sont moins « coûteuses »). Et je pense aux inégalités de valorisation du travail aujourd’hui…sommes-nous si loin du salaire féminin et de cette époque ?

Ah oui, aussi, j’ai vu « Kiki la petite sorcière », le film de Miyazaki, qui m’a fait penser à ce qu’il y a de commun entre la princesse et la sorcière : le balai. En effet, c’est cet outil qui semble « par nature » (comme a dit mon voisin de table à midi) féminin. C’est vrai que les femmes sont non seulement représentées souvent sans tête, mais toujours avec un balai. Et je me disais : finalement, si ce « féminin » est si naturel, comment se fait-il que les bébés filles ne naissent pas avec un balai à la main ?

S.G

Pour en savoir plus sur cette convention collective, sur cnikel.enquête….

Publicités

7 réflexions sur « Les filles naissent-elles un balai à la main ? »

  1. Dernièrement, devant chez moi, des ouvriers du bâtiment utilisaient une brosse pour nettoyer leur chantier, avant de terminer leur journée. Ca ne les a pas empêchés de se moquer grassement de l’homme qui nettoyait mon habitation. L’outil était le même, la seule différence était le lieu : intérieur = féminin donc dévalorisé.
    Donc, si les bébés-filles naissaient avec une brosse à la main, ce serait certainement une brosse à chiotte…
    Je trouve que c’est la question dont la réponse dit beaucoup d’un couple : « qui nettoie la cuvette du WC chez vous? »

    1. Bien d’accord ! Pour moi ça doit faire partie de la base du testing :
      « es-tu capable (et comment) de nettoyer les chiottes pour moi ? »
      …mais on peut rallonger la liste, bien sûr !
      (passer l’aspi ET la serpillère ; gérer la péremption et le renouvellement des provisions, la diversité des repas, et communiquer à ce sujet ; laver détacher mon linge, éventuellement des tâches de menstrues, puisqu’il m’arrive bien de frotter aussi ses caleçons quand c’est nécessaire et c’est mon tour ; me libérer du temps et des soucis en n’ayant pas un comportement d’enfant-roi qu’il faille encadrer, collaborer à l’enrichissement mutuel et ne pas ruiner la vie sociale ou l’avancement professionnel de l’autre, etc)

  2. un article du Parisien de samedi présentait un bouquin écrit par une femme ( ça passe mieux) : « Apologie des petites corvées, les plaisirs secrets du ménage »
    Il parait que faire le ménage, muscle, assouplit, fait maigrir et permet de faire le ménage dans la tête.
    Pour changer des balais et des brosses , et à propos de naissance avec un truc à la main….il y avait eu un dessin mignon d’un bébé de la maternité des Lilas qui sortait avec son bouquet … de lilas à la main
    Fille ou garçon.Le dessin ne le montrait pas;

  3. moi ce que je préfère quand bébé dort, c’est la position « statue de la liberté’ 😉
    je vais bientôt chroniquer pour cnikel 2 bouquins, celui de Caroline Ibos dont le monde a fait un article sur les nounous africaines pour blanches16ème, et les « mémoires d’une femme de ménage »…
    c’est donc une affaire à suivre…sans parler de « Du balai », le livre des excellents françois-xavier devetter et sandrine rousseau !

  4. Ceci dit pour encourager les hommes mal-appris (donnant une très vulgaire image d’eux-mêmes) qui laissent les lieux d’aisance après leur passage dans un état qui fait vomir :
    évidemment, je nettoie correctement la cuvette et ses alentours par souci d’hygiène pour moi-même et pour ne pas tacher mes vêtements (..!) mais j’ai le souci de laisser l’endroit dignement propre après mon passage.
    Mais, bon, je ne suis pas naïf au point de penser que les hommes qui salopent les latrines viennent se ressourcer intellectuellement ici !!!

    Entre hommes (et avec l’aide de femmes qui ont l’esprit de sacrifice 🙂 ), luttons contre le règne des mâles enfants-rois ! Ya du boulot…

  5. @lora:confirmation dans « du balai », livre que je cite plus haut :
    « en tête des tâches qu’ils esquivent, on trouve le repassage, le nettoyage des sanitaires, l’entretien du linge, le changement des draps et le lavage des sols » (Hontarrede, 2009, enquête CNAF auprès de 4 pays européens).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s