Soirée féministe d’interpellation des candidat-e-s, c’est mercredi ! Et le 8 mars, et pas de justice, pas de paix, c’est toute la semaine !

Avant de vous faire un petit point sur l’avancement de la campagne « Pas de justice, pas de paix », rappel des moments importants de la semaine qui vient (PJP y sera, d’ailleurs !)

Mercredi 7 mars, c’est le grand soir des FEM, Féministes en mouvements, regroupement de 45 associations (dont femmes en résistance), pour l’interpellation des candidats et candidates à la Présidence de la République. L’objectif : leur faire prendre conscience que faire de la politique en oubliant que les femmes existent, et que toute mesure à un impact genré, qui en l’état actuel de la société fait qu’une loi qui ne penserait pas en termes de genre, un plan d’actions qui ne penserait pas en terme de genre, aboutit dans l’immense majorité des cas à défavoriser les femmes, et à renforcer les inégalités. Un exemple tout bête : un budget sport d’une ville, analysé en termes de genre, montrera que tous les investissements -en tout cas l’immense majorité, vont aux équipements et aux sports pratiqués majoritairement par des garçons. Et une fois qu’une municipalité a, au hasard, décidé de dépenser beaucoup d’argent pour rénover son stade de foot, » il n’y en a plus » pour la beaucoup moins coûteuse rénovation d’une salle de danse…

Au programme de la soirée du 7 mars (18h), les politiques, mais aussi des artistes ou humoristes, Flavia Coelho, Dialem, Aldebert, Oceane Rosemarie, Didier Porte…

Donc, interpeller les politiques, c’est essentiel, et c’est essentiel tout le temps. C’est donc aussi une fois que la nouvelle équipe sera élue, si elle l’est, qu’il faudra imposer une pression tous azimuts pour que les choses changent.

FEM, c’est aussi un livre, très bien fait, le manifeste des féministes en mouvements, qui sort le 7, et est intitulé : « mais qu’est-ce qu’elles veulent, encore » ?. Oui, elles veulent l’égalité. Mais aussi, la liberté de vivre, de choisir son destin, de se tromper, de se promener en sécurité, de croire en la justice de leur pays, de ne pas subir un deuxième traumatisme lorsqu’elles portent plainte.

C’est bien évidemment l’objectif de la campagne Pas de justice pas de paix, qui est dans la suite des campagnes de ces dernières années, mais cible particulièrement la nécessité que la justice nous prenne au sérieux. pas de justice, pas de paix, c’est un slogan des émeutes de Los Angeles, en 1994. Parce qu’aux US, et ailleurs la justice est raciste comme elle est sexiste. Ici, son sexisme intégré est flagrant. Et il ne peut y avoir de progrès dans ce pays ni de paix, tant qu’il n’y a pas de justice. Et donc, nous ne ferons jamais comme si de rien n’était. Nous ne vous ficherons pas la paix, tant que la justice ne sera pas faite…tout cela est dans ce slogan, qui au départ n’était pas forcément ciblé sur le viol des femmes, mais qu’un livre magnifique, d’une écrivaine féministe a repris. Dans le cadre de la campagne, qui durera jusqu’au 8, et continuera après la présidentielle, une action vous sera proposée et révélée mardi à 9 heures, qui ne nécessitera que d’avoir un ordinateur et un mail, mais aura beaucoup d’importance ! En attendant, continuez à signer la pétition, déja 1095 signatures à l’heure où j’écris ces lignes : http://lapetition.be/en-ligne/petition-10319.html. Rejoignez notre page facebook : http://www.facebook.com/pages/Manifeste-pas-de-justice-pas-de-paix/339714649387698et inscrivez-vous à l’événement pour être tenu-e-s au courant (http://www.facebook.com/events/253001501450002/?ref=ts )! Bien sûr, vous aurez toutes les infos sur le blog du manifeste : http://pasdejusticepasdepaix.wordpress.com/ , et ne manquez pas, dès demain matin, la troisième photo de la campagne !

Et puis, je signale aussi, déjà, qu’il ne peut y avoir de journée internationale de lutte des femmes sans affirmation de la nécessité d’abolir la prostitution, et d’inverser la charge pénale : supprimer toutes les mesures répressives à l’encontre des personnes prostituées, pénaliser le client (on est ici dans une « économie de la demande ». Sans client qui est prêt à acheter et détruire le corps d’une femme pour obtenir un « service sexuel », il n’y a pas d’offre. Sans pauvreté, mais surtout sans violence sexuelle dans l’enfance, il n’y a pas d’offre). Tout ceci est donc lié. Encore une fois, pas de justice, pas de paix. Pour comprendre mieux, ce que je veux dire par là, de nouveaux liens indispensables : le dernier article de Muriel Salmona, présidente de l’association mémoire traumatique et victimologie, mémoire traumatique et conduites dissociantes, et ce nouveau blog découvert grâce à A. , qui s’intitule : « Surviving prostitution and addiction ». Avec cet extrait : ‎ »Des années à enterrer les émotions, à me diviser, m’assommer et me détacher ont rendu difficile le fait d’accepter la moindre émotion et de faire avec. Elles menaçaient de me noyer. Identifier et nommer les émotions – colère, peur, tristesse – a pris du temps. »

Enfin, pour parler d’un sujet qui semble moins grave, mais est tout aussi important, pour donner une existence aux femmes, c’est celui de la langue : un rassemblement aura lieu mardi 6 mars à 18h devant l’académie française, pour le masculin ne l’emporte plus  sur le féminin, et revenir à l’ancienne règle de grammaire de la langue française, de l’accord de proximité. Car ce qui n’est pas nommé n’existe pas, et ce qui est invisible ne peut demander la justice, ni être reconnu par elle. Après tout, c’est la langue qui crée la pensée autant que la pensée la langue. Alors, sur ce terrain là aussi, Pas de justice, pas de paix.
Sandrine GOLDSCHMIDT

Et bien sûr la manifestation du 10 mars dont je parlais dans l’article précédent pour les survivant-e-s du viol par inceste et de la pédocriminalité !

Publicités

6 réflexions sur « Soirée féministe d’interpellation des candidat-e-s, c’est mercredi ! Et le 8 mars, et pas de justice, pas de paix, c’est toute la semaine ! »

  1. regroupement de 45 associations (dont femmes en résistance),

    Femmes en Résistance, le hashtag, j’en suis mais je ne serais certainement pas à la soirée des autoproclamées aux manières bien peu honorables. Féministe c’est dans l’action pas en faisant de la poudre aux yeux ni en pratiquant l’omerta…

    1. je respecte tout à fait votre position : en l’occurence, y être présente, sans jamais s’empêcher de dire, sans transiger sur aucune conviction, c’est le choix fait par FER, porter au sein de ce mouvement une voix plus radicale, aux côtés d’autres, d’ailleurs. Avoir la possibilité de le faire sans subir d’anathème ou d’exclusion; c’est la grande qualité de ce regroupement. Après, chacune choisit sa façon de militer, certaines ne peuvent pas militer, je ne leur en veux pas non plus (je ne parle pas de vous, bien sûr).

  2. Je marque mon enthousiasme et mon adhésion à ce programme et cet article, dans chacun de ses mots, à la détermination absolue qu’ils sous-tendent et qui est une condition incontournable de succès.
    Pour un projet multiple qui est lui aussi incontournable pour le progrès et la liberté, en Europe et dans le Monde.

  3. Dans sa lettre du 13-2-12, l’AVFT note une diminution de 5% de la subvention qui lui sera accordée selon le projet de loi de finance , alors que sa charge de travail (saisines) a augmenté de 31%.
    Selon la responsable de la commission des affaires sociales du Sénat cela serait dû à la disparition de la subvention de l’association européenne contre les violences faites aux femmes. Soit environ 340.000 euros en moins, pour cause de crise.
    Ce fait – comme beaucoup d’autres- montre bien la nécessité de mobilisation et de regroupement des féministes pour interpeller et exprimer, quand ce ne serait que par la présence ou le nombre, une détermination globale.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s