Abolitionnistes et fièr-e-s de l’être

Comme l’expliquent très bien la présidente du Centre LGBT Paris-Ile-de-France, Christine Le Doaré et Jean-Claude du collectif Fièr-e-s et révolutionnaires, qui intervenaient tous deux à titre personnel lors de la conférence de presse abolitionniste du 13 avril au Divan du monde, il n’y a pas d’opinion dominante parmi les LGBT sur la question de la prostitution. Et de nombreux-s-es militant-e-s et individu-e-s ont même une position abolitionniste. Seulement, face aux insultes, aux attaques, aux menaces verbales et physiques, il est parfois difficile de le dire haut et fort.
Leur parole est importante, et aussi doit-elle être diffusée.
Discours de Christine :
Discours de Jean-Claude (extraits)
Prostitution et handicap
Il en est de même de la voix des femmes en situation de handicap. Car ceux qui défendent les aidants sexuels, le plus souvent des hommes, ont beaucoup plus la parole que celles qui, en raison de leur handicap, ont deux fois plus de risques d’être victimes de violences sexuelles : les femmes en situation de handicap. Le 13 avril, elles se sont exprimées par la voix de Maudy Piot, Présidente de l’association Femmes pour le dire, femmes pour agir.
Voici la video
Militantes malgré les attaques

Courageuse, c’est un peu l’adjectif qu’on pourrait accoler à l’ensemble de l’action de Christine Le Doaré, particulièrement visée depuis deux ans maintenant par celles et ceux qui voudraient que le monde LGBT soit monolithique. Elle est régulièrement la cible d’attaques dont certaines de la part de membres du STRASS, qui s’en prennent à elle. Sur facebook récemment, on a pu  lire un texte dont chacun appréciera la délicatesse  : « CLGBT cherche présidente non puto-phobe, non séro-phobe… »  (voir copie d’écran).

Le STRASS a écrit début février un article accusant les abolitionnistes d’être responsables, par leurs discours, de la mort des personnes prostituées en disant « vous, abolitionnistes », ce qui désigne apparemment l’ensemble des 37 associations signataires de l’appel abolition 2012 : vous pouvez le lire ici sur le site du STRASS : http://site.strass-syndicat.org/2012/02/les-discours-abolitionnistes-premiere-cause-de-mort-chez-les-putes/

Il y a aussi des attaques directes envers d’autres personnes présentes à cette conférence de presse. Sous prétexte qu’un sketch a été joué de façon humoristique contre les stéréotypes en matière de conception de la prostitution (visant principalement les clients), ou que lors d’une manifestation le 8 mars, des dizaines de femmes ont réclamé le droit à ce que leur corps ne soit « ni à vendre ni à prendre »,  on prétend qu’elles se réjouissent de la mort des personnes prostituées. (voir captures d’écrans et lien en bas de l’article).
Les vidéos ci-dessus, donc, ainsi que l’article paru sur le site de Prostitution et Société : http://www.prostitutionetsociete.fr/eclairage/mouvement-lgbt-prostitution-la, remettent les pendules à l’heure.

Les abolitionnistes défendent une position radicale certes, qui demandera beaucoup d’énergie, de persévérance et de volonté politique c’est sûr, mais dont l’objectif est une société plus juste et plus digne. Que certains n’y croient pas, c’est une chose. Mais que cela provoque insultes et attaques, en est une autre. Inacceptable.

Sandrine GOLDSCHMIDT

Captures d’écran  : à propos du sketche joué par Typhaine Duch, sur twitter

A propos de la video :http://www.youtube.com/watch?v=ppaEBCXVo5o sur facebook :

6 thoughts on “Abolitionnistes et fièr-e-s de l’être”

  1. La question mériterait que l’on sorte du discours idéologique pour coller au plus près d’une réalité multiple. Aussi fortes soient vos convictions personnelles, elles ne découlent en rien de principes universels. Tenant compte de tous vos arguments, je soutiens que l’abolitionnisme est une mauvaise réponse à un faux problème. Peut-être souhaiterez-vous me lire dans « Nid d’Eve, Nid d’Adam », paru récemment aux éditions Tabou. Cordialement. http://www.tabou-editions.com/catalog/product_info.php?products_id=152

  2. Catherine Marx prétend aux généralités avec son livre alors qu’elle s’inspire de deux cas réels (ou trois si elle-même s’est déjà prostituée ?)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s