Harcèlement sexuel : les assos rencontrent les ministres

Voici le communiqué de presse de cette rencontre historique entre l’AVFT, association européenne contre les violences faites aux femmes au travail, une représentante de la marche mondiale et de femmes solidaires, avec les ministres des droits des femmes et de la justice (Najat Vallaud-Belkacem et Christiane Taubira).
C’est de très bon augure, alors qu’en ce moment même des assos se rendent au commissariat du 12ème pour porter une nouvelle plainte contre le Conseil constitutionnel qui a abrogé la loi le 4 mai dernier. Le combat continue !

Harcèlement sexuel :
Rencontre entre les ministres et les associations
Dans les locaux de l’AVFT

COMMUNIQUÉ

Le lundi 21 mai 2012 a eu lieu dans les locaux de l’AVFT une réunion de
travail entre Najat Vallaud Belkacem, ministre des droits des femmes,
Christiane Taubira, Garde des Sceaux, les associations AVFT, Marche
Mondiale des Femmes, Femmes solidaires, CLASCHES et une avocate
spécialisée1.
Cette démarche, initiée par les deux ministres, est à la fois historique
et à la hauteur des enjeux politiques, juridiques et humains soulevés
par le harcèlement sexuel et l’abrogation du délit.
Lors d’un échange de plus d’une heure, nous avons :
–    Evoqué l’impact de l’abrogation du délit français de harcèlement sexuel
sur les droits des femmes à travers le monde ;
–    Défendu la proposition de loi de l’AVFT dans son intégralité ;
–    Expliqué pourquoi les deux propositions de loi déjà déposées par des
sénateurs, sans aucune
concertation avec les associations spécialisées, sont inacceptables ;
–    Demandé la possibilité de mettre en cause la responsabilité conjointe
du sous-traitant et de
la société qui y fait appel, en cas de harcèlement sexuel commis sur une
salariée du sous-
traitant. –    Insisté sur la nécessité de procéder aux réformes
garantissant les droits des victimes de
harcèlement sexuel dans l’enseignement supérieur et la recherche ;
Compte tenu de nos échanges et de la nécessité de conjuguer la qualité
des travaux législatifs à l’urgence de combler le vide juridique, les
deux ministres se sont engagées à présenter le plus rapidement possible
un calendrier des réformes.
Nous avons indiqué que nous continuerons la mobilisation engagée par les
associations pour une loi conforme aux intérêts des victimes.

Advertisements

3 réflexions sur « Harcèlement sexuel : les assos rencontrent les ministres »

  1. il serait sans doute intéressant de créer, ( si cela n’existe pas déjà ) des comités de réflexion dans les centres ou unités où des femmes sont de nature, à subir ce type de harcèlement d’une part, mais aussi à regrouper les informations , les disséquer , en noter les ressorts, et les points communs récurrents .

    Il ne faut pas oublier qu’il existe pour les hommes des manuels de drague à base de sortes de recettes qu’on peut aussi appeler pièges à femmes .
    AVFT fait un boulot superbe qui se situe juste en aval.

    1. « Il ne faut pas oublier qu’il existe pour les hommes des manuels de drague à base de sortes de recettes qu’on peut aussi appeler pièges à femmes . »

      Pièges, vraiment ? Je n’en suis pas certain. Ces manuels semblent être destinés à élaborer une stratégie face aux comportements pas forcément rationnels de la majorité des femmes. Autrement dit, ils sont conçus en réponse à des comportements déjà existants, qui sont culturels.
      Le fait que la plupart des femmes préfèrent qu’on leur manifeste de l’intérêt de façon hypocrite plutôt qu’en annonçant directement ses intentions, que la plupart ont tendance à faire mine de ne pas être intéressées quand elles le sont, qui conduisent à la construction de stratégies et de contre-stratégies chez les deux sexes.

      Le sexisme a ceci de vicieux qu’il empoisonne toute construction ou tentative de construction d’une relation amoureuse, en plaçant chacun dans un rôle défini : la femme ne doit pas prendre les devants, ne doit pas dire « oui » tout de suite, l’homme doit insister tout en n’étant jamais explicite sur ses intentions.. la façon dont notre culture se représente ce genre d’interactions conduit fatalement à tolérer voire justifier des abus : harcèlement, manipulation, voire viol…

      Mais si on en arrive à penser que « non », de la part d’une femme, peut vouloir dire « oui » (et à justifier, de ce fait, le viol), c’est aussi parce que certaines femmes entretiennent cette confusion de façon volontaire. N’accuser que les hommes qui rédigent des manuels pour s’en tirer dans cette jungle de symboles brouillés, c’est ne voir qu’une partie du problème. Il est nécessaire de se débarrasser de ces comportements inutilement compliqués chez les deux sexes, et je pense que les femmes ont une part de responsabilité dans cette évolution des choses. Les associations féministes rappellent à juste titre que « non veut dire non » dans leurs campagnes contre le viol, ces efforts sont mis à mal par les femmes qui donnent volontiers du « non » quand elles sont intéressées, dans le seul but de pousser l’homme à insister.

      C’est sans doute le plus déprimant dans la lutte contre le sexisme, voir ses principales victimes défendre et reproduire les inégalités.

  2. Que l’on supprime cette violence dans les médias et les films pornos qui font penser que les femmes sont comme des chiennes et qu’elles aiment ça ! j’ai dit a mon fils , si tu veux rendre ta femme heureuse, fait exactement le contraire de ce qu’on t’a montré dans jusqu’à ce jour .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s