« Foot for love », soutenir la résistance des lesbiennes sud-africaines face à la haine

J’y reviendrai dans les jours qui viennent, après avoir rencontré Zanele Muholi et l’équipe du Tokhozani football Club, en France pour une semaine dans le cadre de « Foot for Love » et qui seront ce soir à la librairie Violette and co, pour une rencontre autour de l’oeuvre de la photographe et lesbienne militante.

Mais déjà, je vous transmets le communiqué des organisatrices de foot for love (dégommeuses, LOCs) qui informe du nouvel assassinat d’une jeune lesbienne des townships. Elle avait 22 ans. Et a été assassinée parce qu’elle était lesbienne.

« Le 23 juin, à une semaine exacte de la Marche des Fiertés 2012, le township de Nyanga (Cape Town – Afrique du Sud) a été le théâtre d’un nouveau crime de haine. Une jeune lesbienne de 22 ans, prénommée Phumeza, a été abattue par balle dans son propre domicile à cause de son orientation sexuelle.

Cet assassinat est le troisième qui frappe la communauté LGBT sud-africaine en moins d’un mois. Le 9 juin dernier, deux inconnus ont assailli et égorgé le défenseur des droits LGBT Thapelo Makhutle.

Quatre jours plus tôt, un autre homosexuel, Neil Daniels, a également été victime d’une agression mortelle, après avoir subi des mutilations génitales laissant peu d’espace au doute quant à la nature du crime.

Des militantes luttant pour les droits des LGBT en Afrique du Sud, dont la photographe Zanele Muholi et plusieurs femmes qui ont survécu à des viols correctifs, sont présentes actuellement à Paris dans le cadre de l’opération « Foot For Love ». Elles défileront dans le carré de tête de la Marche des Fiertés, le samedi 30 juin ».

Etre lesbienne dans les townships d’Afrique du sud, c’est un héroïsme de tous les instants. Le travail de Zanele Muholi est un travail essentiel de résistance. Ce voyage des footballeuses dans le cadre de « foot for love », c’est le signe de cette résistance des femmes et des lesbiennes qui ne fléchit jamais, quelle que soit l’adversité. Partout, toujours, les « sorcières » ont été victimes de la haine, mais n’ont jamais abdiqué. Nous devons les soutenir !

S.G

Vous pourrez les retrouver également vendredi soir au RAL, rassemblement d’action lesbienne devant la mairie du 3è à Paris, et jeudi soir pour le vernissage de l’exposition des photos de Zanele Muholy à l’espace Canopy dans le 18è arrondissement.

 

 

Publicités

2 réflexions sur « « Foot for love », soutenir la résistance des lesbiennes sud-africaines face à la haine »

  1. Le LGBT constitue un mouvement de toute première importance pour faire progresser les droits de l’ humain et le droit au respect, ici, comme là-bas.
    La revendication est au coeur de l’humain. Au-delà des préséances. C’est une grande force et qui est vécu ou reçu par certains comme un grand danger.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s