Pauvres hommes chosifiés !

L’affaire de la boutique « adopte un mec » a provoqué beaucoup de réactions offusquées, dont celle de féministes, avec la volonté claire de défendre les hommes ainsi « chosifiés ». Mais qu’est-ce qui se joue vraiment dans cette affaire ? La chosification des hommes ou le backlash masculiniste ? Analyse rapide…

Un site de rencontres semble traiter les hommes comme des objets de consommation, en créant une sorte de supermarché du mec, où les femmes peuvent venir se servir…pis, des hommes, des vrais (!) sont exposés dans une « boutique » …soi-disant au choix des femmes.
Ainsi, ce serait semble-t-il faire la même chose que d’exposer en pâture aux violeurs  les femmes qu’on emprisonne dans des bocaux pour les prostituer…celles pour qui, c’est bien connu, les hommes font tous les jours des actions coup de poing pour les défendre…

Sauf que…cela n’a rien à voir. Les hommes ne sont pas chosifiés, ils restent toujours sujets. Parce que leur éducation les a construits en tant que tels, alors que les femmes ont été bercées à n’être que des objets de (pseudo) désir, de service, à la disposition des hommes. Et le marketing ne suffit pas à changer la donne. Un homme derrière la vitrine, c’est, comme l’a finalement assez bien compris auféminin.com, une façon patriarcolibérale « d’offrir la belle illusion à la femme d’avoir le pouvoir sur l’homme. Une sorte de néo-féminisme pour débutantes ». Des débutantes, qui n’auraient pas compris que c’est le déterminisme culturel, sociologique, historique, social, politique, qui fait ici toute la différence…

Les « clientes », comprendront vite qu’elles ne décident de rien, et que c’est encore une façon de poursuivre l’oppression des femmes. C’est donc une action masculiniste, qui vise à faire croire que les femmes ont un pouvoir de sujet dans cette société, et que ce sont elles qui choisissent. Mais les hommes derrière les vitrines, eux, ont toujours plus de choix que les femmes. Derrière la vitrine, peut très bien se trouver un agresseur dont le regard sur la femme qui a l’illusion de le choisir, lui donnera le pouvoir. L’argent et le pouvoir, c’est toujours lui qui les a. Tout comme quand une femme croit acheter des accessoires de sa beauté -qui serait sa puissance. Il s’agit en fait uniquement de la démunir un peu plus, et de la rendre plus fragile face aux agresseurs.

Ainsi, il ne faut pas se tromper de cible : oui, cette action marketing du site de rencontres est pitoyable et mérite d’être dénoncée. Mais pas pour défendre ces pauvres hommes chosifiés…

Non, les hommes, qui s’embarrassent rarement, eux, de se mobiliser pour dénoncer la chosification, la mortification et la pornification systématique des femmes dans la culture, avec la pornographie, la publicité et le pseudo-art, mais préfèrent défendre la sacralité de leur liberté d’expression masculine (non, pas universelle, masculine), n’ont pas besoin qu’on prenne leur défense…ne nous faisons pas d’illusion, si cela mettait en danger leur position dominante, il y a bien longtemps qu’ils auraient pris les mesures qui s’imposent..

Et si elle mérite d’être dénoncée, cette boutique, c’est bien parce qu’elle est masculiniste : elle donne l’illusion à des femmes fragilisées, soumises depuis leur enfance à cette culture de la violence et de la pornification, qu’elles ont le pouvoir, qu’elles choisissent. Alors que ce n’est en fait qu’un effet du backlash que nous subissons.

S.G

 

Publicités