Femme-objet, jusqu’au fond du verre de rouge

Ah, les publicitaires et communicants se renouvellent un peu tous les jours, pour faire preuve de la plus pure haine sexiste à notre égard.

Ainsi, le Beaujolais nouveau, cette tradition « virile » de boire du gros rouge qui tâche le 15 novembre (et taper après ?) revient cette année avec une affiche, toute honte sexiste bue ». Oui, je sais, les femmes aussi peuvent boire du beaujolais nouveau. En général, elles sont moins nombreuses, sont moins violentes après, et surtout, à voir l’image, on voit qu’il ne s’agit pas de les encourager à boire, mais à être bues…

Elle s’adresse à elles comme s’y adressent les magazines féminins : en nous enjoignant à être fières de n’être plus que des objets du désir -à sens unique- des hommes. Ainsi, l’image reprend tous les codes pornifiés, évoque même certaines publicités qui ont fait scandale (absence de tête sous le chapeau).
La bouteille de Beaujolais est une femme en robe ultra-courte et en hauts talons rouges, qui n’a pas de tête = exactement comme les femmes dans la propagande culturelle aujourd’hui.

Une bouteille pornifiée, , sur une couv’ style magazine féminin, et voilà que nous sommes donc les destinataires du message : soyez passive, des femmes-bouteilles, prêtes à être bues.  Mais n’allez pas dire que la bouteille est consentante. Elle est un objet, et les objets ne sont pas consentants*.

S.G

*alors que pour les êtres humains vivants, la question du consentement n’est pas pertinente : on peut consentir à sa destruction ou torture, mais la société ne peut accepter ce consentement.