Rétro 2012 (1) : chansons et moments d’apaisement

Je sacrifie à la rétrospective de l’année. Parce que j’ai écrit « trop » d’articles, et pas pris le temps de les mettre dans le sommaire, alors je mettrai à la place les rétros dans le sommaire. Petits chiffres pour celles et ceux que cela intéresse : depuis fin 2009, j’ai écrit 630 billets, pour 384.000 pages vues…sûrement 200 cette année…

Il y aura donc plusieurs chapitres : Abolition 2012, Pas dejustice, pas de paix et impunité des violeurs, Femmes sans têtes, 10 ans de femmes en résistance avec des figures de femmes en résistance mal connues, Sexisme ordinaire, care et précarité économique des femmes, Manifestsations événements féministes, Cinéma et propagande de la haine envers les femmes, Féminisme radical, etc…

Pour commencer, je choisis la douceur et les respirations, dans la résistance toujours, avec musique, photos, poèmes…et la sororité

https://sandrine70.wordpress.com/2012/06/27/sororite-et-luttes-collectives/

D’abord les chanteuses qui nous bercent et nous donnent la force de leur douceur

Ici, un tour du monde de voix qui nous font vibrer de douceur et d’émotion :

https://sandrine70.wordpress.com/2012/07/11/combattantes-resistantes-chantantes-le-cri-des-opprimees/

Avec l’une d’elle, Violeta Parra, et son « merci à la vie » :

https://sandrine70.wordpress.com/2012/05/17/gracias-a-la-vida-y-a-violeta/

Une autre, disparue cette année, je l’avais découverte quelques semaines plus tôt, immense chanteuse, ouvertement lesbienne, Chavela Vargas,

avec la Llorona. On y entend aussi la version d’une autre chanteuse trop tôt disparue, Lhasa de Sella :

https://sandrine70.wordpress.com/2012/05/29/la-llorona/

Et puis, Alela Diane, découverte pendant une nuit de travail à la télé, et qui a accompagné tout mon second semestre de douceur :

avec d’abord cette chanson, https://sandrine70.wordpress.com/2012/05/21/oh-my-mamma-sing-sing-sing/, et puis d’autres. Aujourd’hui, j’ai envie de vous faire partager celle-ci, « Pirate’s Gospel »

Et puis, je remonte un peu le temps, pour ne pas oublier Cesaria, partie en décembre 2011 :

https://sandrine70.wordpress.com/2011/12/17/cesaria-evora-une-voix-de-lame-nest-plus/

Et puisque cette rétrospective dépasse les bornes du calendrier, je remets deux articles avec des indispensables :

https://sandrine70.wordpress.com/2011/12/04/papirosn-ou-le-tango-yiddish/

et : https://sandrine70.wordpress.com/2011/10/08/donna-donna-donne/

epilobesMusique des mots

Voila pour la musique. Autre musique, celle des mots, voici quelques articles que m’ont inspiré des moments plus intimes, des dates du calendrier ou des balades près de la nature :

Un poisson d’avril sans bicyclette :https://sandrine70.wordpress.com/2012/04/01/poisson-davril-sans-bicyclette/

Quelques escapades près de la nature :

https://sandrine70.wordpress.com/2012/04/02/poeme-de-liberte-en-fleurs/

https://sandrine70.wordpress.com/2012/04/22/aux-arbres-citoyennes/

Et quelques balades en photos :

En été, les cieux qui accueillent les nuages :

https://sandrine70.wordpress.com/2012/10/02/un-ete-dans-les-cieux/

Et nous emmènent au pays des sorcières  : https://sandrine70.wordpress.com/2012/07/21/coup-de-ballet-des-sorcieres/

Aussi dans les cîmes : https://sandrine70.wordpress.com/2012/08/04/chardons-et-epilobes-au-pays-des-sorcieres/

En automne, le marronier des feuilles qui tombent

https://sandrine70.wordpress.com/2012/10/22/arborautomne/

Et pour finir, la magie des étoiles :

https://sandrine70.wordpress.com/2012/12/20/fantasia-pour-elle/

Epilogue épilobe

Et pour finir, une autre chanson, d’une de mes chanteuses préférées, Mariee Sioux, je n’ai pas fait d’article sur elle, mais sa chanson « wild eyes » est sublime de douceur, tout comme celle ci, qui nous fait partir vers un nuage de Patagonie :

En voici les paroles (je ne les traduis pas, car c’est de la poésie, et ne voudrait pas la massacrer, pardon aux non-anglicistes)  :
So, so, so, so sweetly
You said out loud
We’re gonna break, we’re gonna break
With the break o’ day

And so sweetly
You stared down at me
Til I had to break, til I had to break
Those eyes away

So they would not pull at me
As I tried to make, as I tried to make
An early escape

And now the mouths of the mountains
Open with mine
I try to eat the sky
Of Patagonia

And here the hearts, they could break through stones
But here the cold, it cuts to bones
And here the hearts, they could break through stones
But here the cold, oh it cuts to bones
It can cut to bones

So, so, so, so neatly
You had told me
We’ll meet again, we’ll meet again
When the limbs are bare
And so neatly I held on tightly
A flashing feathered fingers through my hair
And now the secret’s back, only built like boulders
And they roll down the hills
Of Patagonia

And here the hearts, they could break through stones
But here the cold, it cuts to bones
And here the hearts, they could break through stones
But here the cold, oh it cuts to bones
It can cut to bones

And your, your, your hammers to my heart were pounding
Gonna have to take those hands
Away from your ears
Wild breaths were blown
With bolts of lightning
Oh let it strike to melt
Away this year

And so sweetly we’ll take off galloping
And then rise to the sky of Patagonia
And then rise to the sky of Patagonia
And then rise to the sky
Of Patagonia

 

 

 

 

 

 

Advertisements

2 réflexions sur « Rétro 2012 (1) : chansons et moments d’apaisement »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s