Rétro (3) : Services à la personne, ménage, nounous : les nouvelles domestiques ?

Pour celles et ceux qui ne le savent pas, dans mon activité rémunérée, j’écris pour un site Cnikel.com, qui s’intéresse aux travailleuses et travailleurs des services à la personne. Dans ce secteur féminisé à 90%, on voit de tout, mais surtout des conditions de travail souvent indignes. Voici quelques articles écrits directement sur le site, ou, pour les coups de gueule, ici même, avec le « must » de l’année, ce livre pour enfants hallucinant :

Plus tard, je serai femme de ménage, en rage !

A propos d’un reportage d’envoyé spécial qui en dit long sur les conditions de travail dans ce secteur

https://sandrine70.wordpress.com/2012/02/15/envoye-special-aupres-des-femmes-de-menage/

 

Avec le livre-enquête de Caroline Ibos, « Qui gardera nos enfants » ? :

-L’enquête de Caroline Ibos met en lumière les nounous à domicile

-Qui gardera nos enfants ?

Et le syndicat des nounous d’Ile-de-France, créée par Sylvie Fofana, un parcours à connaître :

Sylvie Fofana rassemble les nounous d’Ile-de-France

Et toujours dans le même sujet, cet article de Caroline Ibos : « Qui gardera les enfants des nounous ? « 

Le magazine belge Axelle ayant lu mon article, m’a demandé d’en faire un autre :

Le temps des nounous

Et des réflexions globales sur le sujet : quel mode de garde faut-il privilégier, comment et pourquoi ? https://sandrine70.wordpress.com/2012/11/14/qui-gardera-les-enfants/

Un coup de gueule olympique, avec les conditions d’accueil des femmes de ménage aux JO de Londres :

Shame on the Olympics

Et dans un tout autre genre, sur le care, une philosophie à découvrir, l’humanitude : http://www.cnikel.com/services-a-la-personne/enquete/traitement-maladie-alzheimer

 

 

 

 

 

Publicités

4 réflexions sur « Rétro (3) : Services à la personne, ménage, nounous : les nouvelles domestiques ? »

  1. Bonjour,
    Je lis souvent ici, mais je parle peu 🙂
    Voilà une occasion, meme si pas tres réjouissante.
    Il y a quelques mois j’ai entendu c.ilbos sur France Inter au sujet de son ouvrage. En tant qu’employeur de nounou à domicile, j’ai été heurtée par le procès à charge fait aux familles et notamment aux mères. Je ne doute pas que les cas qu’elle a pu observer soient réels, pour autant pouvait on en tirer ces généralités ?

    Dans les cas qu’elle cite en exemple, les familles sont dans la pure illégalité : on ne peut pas demander à une nounou de faire des heures de Ménage sans les payer, et faire garder 2 enfants revient largement plus que 600€ / mois si on respecte le droit du travail.

    Par ailleurs les nounous ne sont pas toutes des immigrées dans la clandestinité. C’est souvent une passerelle vers les métiers qualifiés de la petite enfance, nous leur devons des heures de formation pour ce faire.

    Enfin, à titre personnel je me suis sentie insultée comme femme active et (mauvaise ?) mère, qui ferait payer le prix de son indépendance et de son accès à la vie active … Par une nouvelle forme d’esclavage !

    Bref, désolée d’étaler ici mon courroux, j’en ferais une note de blog plutôt 🙂

    1. merci de ce passage par les commentaires 😉
      Je ne crois pas que C.Ibos ou moi généralisions. Elle décrit ce qu’elle a vu. Et oui, je pense qu’il y a énormément d’employeuses réglo. Surtout dès lors que le cadre légal est respecté. J’ai moi même été employeuse pour la garde de ma fille, et pourtant ne me sens pas du tout concernée par ce que décrit C.Ibos. Je pense donc qu’il ne faut pas prendre son propos ou le mien comme : « aucune femme ne peut se comporter correctement » et elle exploite une autre. Mais il n’empêche qu’on peut se poser la question de la « solution » trouvée à l’insuffisant partage de la question des tâches ménagères et domestique et d’éducation, par une externalisation souvent très low cost.
      Ce n’est pas parce que nous, vous et moi ne l’avons pas forcément vécu comme cela, que ce n’est pas vrai.
      Je prendrais un autre exemple : on peut dire que la violence des hommmes contre les femmes est un phénomène de société et dénoncer la société patriarcale et les hommes uqi la pratiquent, même si on n’a pas soi même été victime. Mais si je n’ai pas été victime de violences conjugales, ce n’est pas pour autant que je ne vois pas que c’est un problème majeur. Seriez-vous d’accord avec cette analyse ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s