La magie bleue du sud

Uzès
Uzès

Je n’ai jamais couru, l’hiver, à la recherche du soleil lointain. Mais voilà deux ans que j’ai la chance d’aller quelques jours, avant de recommencer l’année et ses combats, personnels et politiques (les deux étant souvent liés ;), au bleu du ciel du sud français, un bleu de cinéma, qu’on croirait presqu’irréel.

C’est miraculeux, parce que là où l’on ne peut normalement approcher (Eze), Aigue-Mortes, Pont du Gard, Uzès, Grau-du-roi est alors sous un ciel d’une pureté inouïe et on est quasi seul-e-s. Une occasion rêvée de visiter certains des plus beaux lieux de l’histoire de France, de la romanité ou autre. Et lorsqu’on contemple l’Histoire telle qu’elle nous est racontée, on s’amuse aussi, d’en découvrir la partialité. D’un coup, les femmes ont disparu. On ne les voit plus nulle part. Arènes de Nïmes, bâtisseurs de tours et de remparts, rois qui s’en vont défendre non pas des êtres humains mais des lieux-saints, on dirait que de 2.000 ans d’histoire les femmes furent absentes.

constanceAbsentes ? Presque, il y a cette tour « de Constance », bâtie du temps de Saint-Louis à Aigues-mortes, et où l’on enferma les femmes protestantes pendant les guerres de religion. Je ne jurerais pas qu’on ne le disait pas sur place (j’ai une grande paresse à lire les panneaux explicatifs plutot qu’à faire le tour des remparts au soleil), mais cela n’était guère affiché.

Absentes ? Pas tout à fait encore, puisque ce sont elles qu’on retrouve, partout, derrière les comptoirs, guichetières ou hôtesses d’accueil…pas dans l’Histoire, mais dans le service…

Absentes ? Alors oui, complètement, de l’histoire des braves nîmois, (sauf bien sûr pour nous distribuer billets et lunettes 3D), petit film de 22′ en 3D donc, qui retrace l’histoire des « héros » nîmois dans la maison carrée, magnifique édifice romain, qui sert de décor aux interrogations aux Dieux (des hommes) d’un prêtre (un homme) : qui fut le plus brave des Nîmois (des hommes) dans l’histoire ? Et là, on voit un aigle qui parcourt la nature, et on voit quelques combats, menés par des gladiateurs, soldats du roi, militants pour la liberté religieuse, toréadors…pas une femme dans tout cette horizon…

Maison carrée Nîmes
Maison carrée Nîmes

Mais surtout, « magie » de la 3D, on se paie une franche « rigolade » de n’apprendre de l’histoire de la ville que ces grands héros, quand tous (sauf le toreador), sont équipés d’une très grande arme, épée, lance, fleuret, qui nous arrive droit dedans…

Dès lors qu’en plus de ses lunettes 3D, on a chaussé ses lunettes féministes depuis pas mal de temps, on voit aors dans ce petit film de propagande locale, un joli concentré de tout ce qui fait une histoire purement masculiniste, dans une ville qui s’enorgueillit  toujours de ses corridas (mais où le Conseil municipal, semble quasi-paritaire…).

Bon, mais au fil de ces jours magiques du sud, au détour d’une boutique, j’ai aussi eu la chance de recevoir un petit livre, qui raconte l’histoire d’Hildegarde de Bingen, cette petite abbesse devenue grande écrivaine et compositrice, remarquée par le Pape, dont je vous reparlerai…en attendant, quelques photos de la magie bleue du sud…

S.G

Publicités

2 réflexions sur « La magie bleue du sud »

  1. Bonjour
    Je suis étonnée par ce que vous écrivez, mêmes avec des réserves, sur la tour de Constance. Je l’ai visitée de nombreuses fois et son histoire de prison pour protestantes n’a jamais été cachée.
    Bonne journée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s