Subversive, la nudité ?

Je n’ai pas encore vu le documentaire de Caroline Fourest et Nadia El Fani sur les Femen (qui sera diffusé ce soir à 22h45 sur France 2), mais viens de lire l’interview de la journaliste et féministe co-fondatrice de Pro-choix dans Le nouvel Observateur, où elle affirme que la nudité est plus subversive aujourd’hui qu’hier. Une interview qui me laisse perplexe.

Je trouve tout à fait indispensable que les femmes luttent contre l’imposition du voile à travers le monde et toute tentative de les rendre invisible dans l’espace public. Car oui, c’est un problème, qu’on veuille nous effacer, toujours et tout le temps, en cachant notre corps, pour nous invisibiliser, nous déshumaniser, nous nier. Oui, voiler entièrement la tête d’une femme, c’est comme lui couper la tête (dans les images). C’est une entreprise patriarcale mondiale, qui consiste à nous effacer de l’espace public, privé, et de l’histoire des êtres humains.

brugesnue
Une femme nue, offerte…subversive ?

C’est un problème là où on voile les femmes. C’est aussi un problème là où on ne les voile pas. Car là où nous ne sommes pas contraintes de nous voiler, les femmes sont mises à nu et également étêtées. Je l’ai dit suffisamment souvent ici. C’est inouï ce que dans les sociétés occidentales on montre, partout, les femmes, exclusivement nues, et exceptionnellement seulement munies de têtes, donc vivantes. Mais si elles ont des têtes, leur nudité au milieu d’hommes vêtus les met à leur merci. Deux « chefs d’oeuvre » de la peinture française en sont les symboles :

brugessanstête
Signe pour les toilettes des femmes à Bruges

Le déjeûner sur l’herbe de Manet, et l’origine du monde de Courbet. Dans les deux tableaux, la femme est à la merci des hommes. Elle est là pour leur servir d’objet sexuel. Dans un cas, elle est vivante, mais n’est qu’un objet de plus du déjêuner des messieurs. Dans l’autre, elle est déjà morte, tronquée, étêtée, démembrée.

J’ai vu la même configuration dans deux représentations « artistiques » à Bruges : cette statue au milieu d’un quartier par ailleurs charmant. Et une autre à l’entrée d’une galerie (genre Vénus de Milo moderne ET sans tête) que je n’ai pas photographié. A la place, je vous montre qu’on étête les femmes jusque sur les signes des toilettes…

Alors, quand d’un côté on efface les femmes en les dissimulant derrière un vêtement qui les invisibilise, quand de l’autre on les pornifie et on en fait des mortes sans tête et nues à la merci des hommes, je ne peux croire que la nudité est subversive.

Elle est -au mieux- kamikaze, on l’a vu lorsque les Femen sont allées se « frotter » à Civitas et au GUD. Elles sont alors en grand danger. Subissent de nouvelles violences. Mais je ne vois pas en quoi cela a -jamais- dérangé le pouvoir. La pornification des femmes ne s’en trouve pas moindre, les femmes n’ont pas plus de liberté à se mouvoir et à se vêtir comme elles l’entendent.

Alors, aujourd’hui, qu’est-ce qui serait subversif ? Je me souviens, d’un film que nous avons diffusé à Femmes en résistance, il y a quelques années, Love and words are politics , de Sylvie Ballyot, 2007, France, 41 minutes. Filmer était impossible pour une femme. Et pourtant, elle s’est faite filmer, tête nue, au milieu des hommes, alors que là-bas, on ne peut circuler que totalement voilée. Le geste, allait courage physique et intelligence. Il était selon moi beaucoup plus subversif, que l’image d’une soubrette seins nus devant le logement de DSK il y a deux ans. Une image qui m’est restée, malheureusement trop peu diffusée, car un des critères de la vraie subversion, c’est que les tenants des médias mainstream la dissimulent aux yeux du plus grand nombre…

S.G

 

Advertisements

21 réflexions sur « Subversive, la nudité ? »

  1. Bravo et merci Sandrine pour cet article.
    Toutes ces femmes nues ou à moitié nues dans les piscines, sur internet, dans les rues, les églises ou autres, qui plus est se revendiquant du féminisme, ne me laissent pas perplexe mais sans voix.
    Je trouve consternant de leur faire une telle publicité, de les légitimer et de les nommer féministes, à travers des reportages, documentaires
    qui s’apparentent davantage à de la putification ( j’ose le terme) des médias. Si le féminisme est associée aux femen, aux femmes nues, à iacub, et à la burqa et peut-être bientôt à DSK – on ne sait jamais- l’inégalité des sexes a encore de longs jours devant elle.

  2. En effet, la nudité aujourd’hui n’a rien de subversif chez nous et c’est absurde d’écrire qu’elle l’est, je suis parfaitement de ton avis. En revanche la nudité est MÉDIATIQUE.
    Ce qui fait que là où une femme qui fait quelque chose de courageux n’est mentionnée nulle part, il suffit qu’elle montre ses seins pour que la journaille raplique.
    La nudité est le seul moyen de faire parler du message contestataire que l’on veut diffuser le plus largement possible.
    Quand j’ai parlé des seins nus dans l’histoire, sur mon blog, j’avais des tonnes de visite. Maintenant je parle de l’esprit des femmes, du coup, il n’ y a plus personne.
    Ce qui ne m’empêche pas de continuer à écrire sur les savoirs féminins de nos ancêtres, si cela me chante, mais c’est juste pour dire qu’il y a une réalité qui fait que les Femen montre leur poitrine et je suis bien convaincue qu’elles s’en passeraient s’il n’y avait pas cette vidité du nu un peu partout. Ce qui prouve qu’on n’est pas DU TOUT dans la subversion, d’ailleurs, mais dans le moyen du bord, voire dans une sorte de détresse.

  3. Est-ce que la médiatisation des Femen implique que le message féministe est écouté ? Quand j’entends parler des Femen dans les médias, on parle beaucoup de leurs moyens d’action, on voit beaucoup d’images de ces femmes qui manifestent quasi-nues, mais je n’entends pas évoquer de revendications et contestations féministes.
    Par ailleurs, je me demande si leur médiatisation ne sert pas à rassurer les misogynes, qui peuvent se rincer l’oeil tout en constatant que le mouvement féministe est dans le fond parfaitement inoffensif pour l’ordre patriarcal établi.

    1. Le message féministe n’est pas écouté certes mais entendu. On enregistre que les Femen sont partout là où il se passe quelque chose en rapport avec le sexisme et cela rappelle aux gens qu’il y a du sexisme car c’est le grand discours des médias et de la masse qui y croit de dire que le sexisme c’est chez les Arabes au Moyen-Orient.
      Mais il y a plusieurs canaux dans le féminisme. Il y a celui des associations qui fonctionnent avec des lettres, des comptes-rendus, des sites, des blogs, des réunions et des publications.
      Malheureusement ce canal est totalement ignoré de la masse déculturée par un système éducatif délibérément saboté, par des médias saturés d’infos comme « on a vu la petite culotte de Britney quand elle s’est baissé pour ramasser un papier devant son supermarché habituel », et qui refuse d’ouvrir un livre.
      Les Femen sensibilisent ce monde-là. Le même qui assiste au clouage sur piloris des oscariséES sans comprendre ce qui se passe là.
      Les Femen font la jonction avec une société laissée pour compte que les intellectuel.le.s n’atteignent plus parce que c’est devenu impossible de le faire avec des discours.

      A la question de la nudité que l’on nous impose tout le temps, je répondrais qu’il y a deux sortes de nudité :
      1-celle des hommes qui nous déshabillent sans nous demander notre permission et qui nous affichent à poil partout, des musées à la rue et retour
      2-celle où nous nous déshabillons nous-même et que nous utilisons pour dire quelque chose.
      Dans une société non-sexiste cette question (nues ou pas nues) ne se poserait pas. C’est parce qu’il y a du sexisme que les Femen se déshabillent.
      C’est quand il était interdit de se baigner nu sous peine d’emprisonnement pour attentat à la pudeur que les gens ont manifesté nu.e.s.
      La nudité fut associée un temps à un crime.
      Maintenant, il y a le nu qui dit : nous nous déshabillons parce que vous nous déshabillez et puisque vous ne nous écoutez que nuEs mais c’est ce à quoi vous nous poussez par votre sexisme pas ce que nous voulons.

      C’est le sexisme qui fait les Femen pas les Femen qui font le sexisme.

      1. « C’est le sexisme qui fait les Femen pas les Femen qui font le sexisme. » Je suis entièrement d’accord avec vous Euterpe !
        Seulement, vous dites vous-mêmes : « nous nous déshabillons parce que vous nous déshabillez et puisque vous ne nous écoutez que nuEs mais c’est ce à quoi vous nous poussez par votre sexisme pas ce que nous voulons. » Or, comment se soumettre aux stéréotypes misogynes pourrait faire passer le message féministe ? Si nous en arrivons à nous servir des méthodes que les hommes utilisent pour opresser et avilir les femmes, afin de tenter de nous faire entendre, nous ne faisons alors que nous rabaisser.
        De toute manière, en quoi montrer ses seins pourrait-il améliorer la condition féminine ? J’ai vraiment des doutes sur l’efficacité des moyens d’action des Femen !
        Même si je suis solidaire des Femen, pour les riques qu’elles prennent et parce que nous luttons pour la même cause, je pense que leurs méthodes nous mènent dans le mur.

  4. Et les fines mouches font bouclier de leur seins- Ce qui est faire rempart de leur éventuelle maternité puisque répété à l’envi qu’elles sont non violentes, inoffensives- Beaucoup plus difficile de saisir une femme semi nue. Les signaux que les hommes vigiles ou policiers reçoivent sont contradictoires et les entravent dans leur action.

    Ainsi, j’ai donc un léger désaccord sur la dangerosité à Paris d’être semi nue, à peu près à l’aune de la rue Saint-Denis et des bois alentours.

    Torses nues en public à Paris, elles ne couraient pas en grand danger dans la manifestation pour le mariage, hormis quelques horions.

    Et à force d’esclandre, tout le monde se doute qu’elles sont protégées de près par des policiers à la paysanne (expression portugaise, de police en civil) – C’était en fait le meilleur moyen de se faire protéger par un Etat !

  5. Je trouve l’affiche pour les toilettes très « violente »…
    Pour la nudité, il faudrait peut-être différencier la nudité tout court de la nudité sexualisée et parfaite.
    Beaucoup de personnes de la génération de mes parents trouvent qu’en effet, ma génération est « prude », quand eux sont beaucoup plus décomplexés, à leur époque le monokini et les plages de naturisme faisaient beaucoup plus d’adeptes. Mais ils parlent d’une nudité où on ne juge pas le physique, où il n’y a pas d’érotisation, cela se rapproche du naturel très pratiqué dans les pays de l’Est genre l’Allemagne ou le Danemark où tout le monde est nu dans les douches des piscines.
    Alors qu’à l’inverse, notre époque sexualise énormément les corps notamment des femmes, j’aurais beaucoup de mal à faire du monokini parce que je serai regardée, jugée, « désirée » ouvertement. J’entends des jeunes dire « regarder cette vieille elle est moche comment elle ose se promener en bikini? », parce que ma génération a intégré que le corps est un objet de désir et de jugement pour les autres, qu’ils sont en droit de se sentir offenser si cela ne leur plaît pas ou d’exprimer ouvertement leur jugement là où une personne de 50 ans veut juste être à l’aise et naturelle.
    On ne peut pas comparer une photo d' »hippies » nus avec des colliers de fleurs et des guitares des années 70 et ce qu’on voit maintenant. Ce n’est pas juste de la nudité. J’ai l’impression qu’on fait « semblant » d’estimer que c’est la même chose pour forcer le passage.
    La sexualisation des corps qui s’affichent partout s’accompagne de ce jugement. Et un extrémisme répond à un autre, je pense que beaucoup de personnes qui se voilent le font en réaction à cette sexualisation, pour être enfin tranquille, pour se réapproprier leurs corps, même si c’est tomber dans un autre extrême. Moi-même je ressens le besoin de m’attacher les cheveux dans certaines circonstances parce que je suis trop fatiguée pour répondre aux connards à 1h du matin dans le rer, du coup je cède au système…

  6. @ Sylphe :
    « Si nous en arrivons à nous servir des méthodes que les hommes utilisent pour opresser et avilir les femmes, afin de tenter de nous faire entendre, nous ne faisons alors que nous rabaisser.
    De toute manière, en quoi montrer ses seins pourrait-il améliorer la condition féminine ? »

    Se soumettre aux stéréotypes misogynes, cela voudrait dire que nous aurions une quelconque liberté mais ce n’est pas le cas. Actuellement c’est réagir à la violence qui nous est faite qui prime. Pour pouvoir retrouver notre dignité, il faut d’abord commencer par nous défendre et la meilleure défense c’est l’attaque. En nous déshabillant partout sans notre consentement, le viriarcat pratique une sorte de viol. Le viriarcat nous vole notre corps partout et tout le temps. Il vole même le corps des mortes. Simone de Beauvoir est devenue un cul devant un lavabo. nous sommes comme sidérées et impuissantes face à ce vol/viol permanent. Mais si au lieu de me faire déshabiller, je me déshabille moi-même, non pas pour m’offrir au désir de domination masculin mais en peignant des slogans antisexistes sur mon corps, c’est jeter sa nudité à la face de l’adversaire. Tu veux me déshabiller ? Que dalle ! C’est moi qui me déshabille mais pas pour te servir, pour ME servir ! C’est cela l’idée des Femen. Apparemment, elles y ont bien réfléchi. Dans une société où les femmes sont en permanence sexualisées, érotisées et pornographiées, le meilleur moyen de neutraliser l’adversaire, c’est de retourner l’arme contre lui.
    En cela, elles voient juste.

  7. @ PsyOps : Quatsch mit Sauce ! (Autrement dit : baratin). Cet article est totalement diffamatoire. Les prétendus Femen représentées ne sont pas les Femen mais d’autres femmes au look Femen. Et puis tout cela pour faire de la pub ! Car ce faux article est juste un spam publicitaire qui se sert du thème abordé ici.

    1. Si vous doutez toujours, regardez attentivement les 10 premières minutes du film « Nos seins, nos armes ». Et oh surprise! Accrochée sur le mur derrière les filles, la une du journal Loaded dont j’ai tiré les photos de mon blog… Toujours de la manipulation?

    2. Pour vous aider dans vos recherches Alexandra Shevchenko = Александры Шевченко … Madame je connais deux mots d’allemand!

    1. @Euterpe
      Oui PsyOps est le diminutif de Psychological Operations.
      Par contre je ne les monte pas, je les démonte. Je ne manipule pas!
      Regardez mon commentaires précédents, je m’appuie sur des faits réels.

      Pour moi les Femen manipule le féminisme. Leur feuille de route n’est pas la notre.

      Renseignez vous!

  8. Vous n’avez pas de chance PsyOps, il se trouve que je parle également russe. Or, il est précisé dans votre lien que la soi-disant Femen est juste costumée en Femen et « pose EN » Femen. Apparemment c’est hype en Russie le look Femen.
    Donc oui, vous démontez intentionnellement les Femen, je veux bien vous croire et cela s’appelle de la manip.
    Vous vous gardez bien de révéler l’identité de la nana en pose suggestive sur le sofa, par contre. Comment s’appelle t-elle celle-là ?

    Je ne sais pas qui vous êtes mais moi quand j’avais leur âge, je faisais aussi du féminisme à poil ou hyper maquillé avec des vêtements ultra sexy et en talons aiguilles. Je ne voyais pas la contradiction. J’allais taguer des vitrines la nuit, je distribuais des tracts et peignaient des visuels antisexistes, me déshabillais sur les toits et des trucs un peu déjantés. Je me castagnais avec les machos et prenaient des coups.
    Je l’avais d’ailleurs oublié mais en parlant à une ancienne copine de fac que je n’avais pas revue depuis tout ce temps, j’ai réalisé la chose car lorsque je lui ai dit : je suis devenue ultraféministe, elle m’a répondu : mais tu l’étais déjà ! Sauf que maintenant, je considère que s’habiller sexy ce n’est pas féministe. Il faut à certaines personnes le temps de saisir certaines contradictions mais cela ne veut pas dire rester les bras croisés pour autant. Alors, il faut arrêter avec la théorie du complot Femen contre le féminisme !

    1. Continuez alors à renforcer les diktats masculins en croyant les combattre. Continuez à chercher à plaire aux mâles dominants pour attirer l’attention de la société.

      Ce qui est intéressant dans les conclusions du sondage Harris Interactive c’est de voir a quel point le cerveau reptilien fonctionne dans le jugement que l’on peut avoir sur l’action des Femen : « les hommes semblent porter un regard plus positif sur le choix des Femen de manifester seins nus dans Notre-Dame de Paris : 21% approuvent à la fois le fond et la forme de l’intervention, contre 9% chez les femmes »

      Vous ne pouvez pas me retirer de l’esprit que c’est une création publicitaire à destination des hommes…

      http://www.harrisinteractive.fr/news/2013/21022013c.asp

  9. Il me semble qu’un sondage pour VSD de la part d’une institution de sondage masculiniste ne va pas faire avancer le débat. Moi, je vois beaucoup plus de haine et d’agressivité de la part des machos contre elles que de la part des femmes. Plus les commentateurs sont machos et d’opinion politique conservatrice de droite voire d’extrême droite plus les mots qu’ils utilisent pour les qualifier sont orduriers et méprisants.
    N’inversons pas les rôles.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s