Ballade au pays des fleurs d’or

Je m’écarte un peu à nouveau de mes sujets habituels pour une petite pause photographique…

Vous avez peut-être, comme moi, lu le Da Vinci Code. C’est lui qui m’a fait découvrir le nombre d’or, cette transcription mathématique humaine de l’harmonie et la perfection. Ce qui fascine avec ce nombre, plus que sa mathématique, c’est sa récurrence…dans la nature. Depuis que mon nouveau smartphone est particulièrement adapté aux photos de près, je me suis ainsi mise à photographier les fleurs. Et j’ai été sidérée par l’omniprésence d’une géométrie parfaite, qui se dessine dans toutes les fleurs à 5 pétales. Ainsi, on y retrouve les branches de l’étoile du Pentagone de toutes les façons : parfois dans les pétales, mais aussi dans les dessins à l’intérieur des pétales, dans les coeurs des fleurs, leur pistil, et jusqu’aux trous entre les pétales ou… à leur ombre. Or le nombre d’or se retrouve dans la géométrie du Pentagone. Et ces fleurs sont d’une beauté assez exceptionnelle.
Voici une galerie des « fleurs penta ». Demain, ou ces prochains jours, je poursuivrai avec la spirale, autre expression connue du nombre d’or, et qu’on retrouve magnifiquement dans les roses.

Photos ©SandrineGOLDSCHMIDT