Pas de tête, mais un bébé dans le ventre ?

A l’époque d’ « Histoires d’A », les femmes enceintes étaient d’abord des femmes…

NB : je précise suite à la réaction de l’association que je ne mets en aucun cas son projet et son travail en cause et je vous invite à lire le commentaire qui m’a été adressé, ci-dessous et qui donne le point de vue de l’association. Cela ne change pas le mien, je pense qu’il aurait fallu -si l’on montre une femme même pour parler d’un bébé dans le ventre, qu’on ne montre pas en même temps une femme sans tête. L’objectif de cet article n’est pas de montrer du doigt l’asso, mais bien de faire prendre conscience de ces images que toutes et tous nous véhiculons sans toujours nous rendre compte de ce qu’elles induisent.

Ce matin, au fil de Twitter, je tombais sur la mise en avant des « maisons de naissance », qui encouragent l’accouchement moins médicalisé et pourquoi pas à la maison. Interessée à titre professionel à voir de quoi il retourne, je clique sur le site du « Calm », « Comme à la maison », Association pour la maison de naissance des Bleuets.

Et voilà que mon coeur se retourne. Une grande photo en page d’accueil, sensée montrer la maternité épanouie, d’une femme avec un très gros ventre…et pas de tête !. Alors bien sûr, le Calm n’a pas l’apanage de ce type d’image. Elles sont de plus en plus fréquentes et nous envahissent, et nous semblons indifférentes à cette violence quotidienne qui nous est faite. C’est une grande tendance dont j’ai déjà parlé ici. Les femmes sont de plus en plus souvent représentées sans tête absolument partout. Mais quand on parle de femmes enceintes, alors c’est devenu quasiment systématique. Ou quand on parle des dérives de l’utilisation des femmes à des fins de reproduction dans un monde marchand (avec la grossesse pour autrui/mères porteuses), c’est toujours le cas : on montre des femmes sans tête, qui ne sont plus que des ventres. Le cadrage est d’ailleurs fait de telle sorte qu’on sent bien que la tête a été coupée délibérément. Alors quand cela concerne la GPA et donc le morcellement de l’être humain au profit de quelques uns, on pourrait presque y voir une signification politique. Il y a une vraie concordance entre la façon de traiter les mères et l’image qui en est donnée. C’est une façon de dissocier par la représentation le lien mère-enfant, et correspond à ce qui se fait dans la maternité pour autrui.

En revanche, lorsqu’il s’agit de promouvoir la « maternité heureuse », c’est là que toute la violence de la façon dont nous nous représentons nous-mêmes saute aux yeux (ou devrait). Ces images sont insupportables ! Et pourtant elles ne semblent pas faire réagir. Surtout quand l’image accompagne une carte de voeux pour 2014 qui explique :

« En 2014, dessine-moi une maison de naissance où les sages-femmes seront indépendantes où mes parents seront accompagnés de façon où la physiologie sera respectée, où je viendrai au monde dans un moment de douceur ».

Je ne mets pas la photo dans l’article, mais vous pouvez la voir ici : http://www.mdncalm.org/87-articles/154-tous-nos-voeux-pour-2014

Il est grand temps qu’en matière de maternité tout autant qu’en matière d’égalité, les femmes soient enfin considéréés comme des êtres humains, non ?

S.G

3 thoughts on “Pas de tête, mais un bébé dans le ventre ?”

  1. Bonjour,
    L’analyse de la « femme sans tête » se prête sans doute à de nombreuses publicités, mais en l’occurrence ce n’est pas la femme qui est le sujet de l’image, mais bien le bébé (encore dans le ventre) qui s’exprime. Voilà une image qui, comme toute image, s’interprète de manière subjective.

    Nous regrettons que cela puisse être ressenti de cette manière, opposé aux valeurs que nous défendons : en effet, le CALM revendique la liberté des femmes (et des couples) de choisir le lieu, la manière et l’accompagnement à la naissance, défend la nécessité de pouvoir faire un choix éclairé, cherche à instaurer un lien mère/enfant privilégié , et se veut un lieu de soutien à la parentalité.

    Par ailleurs, pour information, nous sommes une association composée de sages-femmes et de parents bénévoles, qui tentons avec les (petits) moyens que nous avons de défendre (de notre mieux) ces valeurs.

    Nous serions vraiment très heureux de vous recevoir dans nos locaux pour vous présenter notre projet, et que vous puissiez constater par vous même à quel point nos combats ont des terrains communs.

    Cordialement,
    L’équipe du CALM

    PS : Nous sommes présent sur Twitter et sur Facebook, nous aurions trouvé décent que vous nous interpelliez pour pouvoir participer à la conversation.

    1. Bonjour,
      merci pour votre réponse, je crois malheureusement pour ma part que l’analyse s’y prête malgré tout : vous ne montrez pas un bébé mais une femme enceinte.
      Je ne savais pas que vous étiez sur twitter, désolée je vous aurais mentionnées sans cela, mais c’est dans l’objectif que vous soyez au courant que j’ai mentionné les maternelles.
      Je ne doute pas par ailleurs de la qualité de votre travail et que nous avons des terrains communs, et ne vous vise pas particulièrement mais bien « la mode des femmes sans tête »…et le fait que trop souvent, nous tombons dansles piègesde la façon dont notre cerveau est formaté concernant l’image des femmes…et malheureusement, c’est en tombant sur votre photo que la goutte d’eau a fait déborder le vase pour moi. Je comprends votre raisonnement mais vraiment, couper la photo à cet endroit, fut-ce pour respecter un anonymat, me semble participer -involontairement- de tout un mouvement qui nous est hostile.
      Je conçois que recevoir la critique n’est pas évident surtout quand on fait des choses bien par ailleurs ! De mon côté, j’alerte sur l’image des femmes dans les photos depuis longtemps sur ce blog, et sincèrement, cette photo plus que d’autres m’a choquée.
      Je sais également que je ne suis pas moi même exempte de critiques (même si je suis comme tout le monde et que je n’aime pas ça). Je vais donc rajouter un mot sur le fait que je ne mets pas en cause du tout ce que fait l’association, ce qui sera plus juste.
      Cordialement

  2. La sincérité de cette association n’est naturellement pas en cause.
    Il se trouve que les publicitaires ont de mauvaises habitudes . Ils font passer ce type de message de femmes en morceaux depuis tellement de temps qu’on risque souvent de passer à côté de cette anomalie.
    Ce travail de remise à l’endroit demande rigueur et vigilance, et entraîne , comme on le voit ici, des réactions d’indignation. C’est bien la preuve de son utilité ( la remise à l’endroit)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s