#BringBackOurGirls : Emotion et mobilisation à deux vitesses ?

Alors qu’un grand rassemblement aura lieu ce soir à 18h30 Place du Trocadéro auquel, bien sûr, Abolition 2012 participera, pour la libération des jeunes lycéennes otages de Boko Haram au Nigéria,

le collectif de 59 associations publie un communiqué de presse auquel bien sûr je m’associe et que voici : il lance un appel au Président de la République François Hollande.

Abolition2012

Emotion et mobilisation à deux vitesses ?

200 nigérianes à vendre par Boko Haram…

Des milliers vendues sur nos trottoirs au profit des clients prostitueurs français !

François Hollande doit faire preuve de cohérence au sommet africain de samedi.

Paris, le 13 mai 2014

La France et la communauté internationale sont aujourd’hui mobilisées pour porter secours aux 223 adolescentes enlevées et séquestrées au Nigeria par le groupe Boko Haram. Nous nous en félicitions ! Mais nous tenons à rappeler que sur notre propre territoire, et dans une quasi-indifférence, des milliers de jeunes femmes nigérianes sont tenues en servitude sexuelle par des réseaux internationaux les ayant achetées et revendues pour alimenter le marché prostitutionnel français. 

Alors que la France a proposé l’organisation d’un sommet des dirigeants africains à Paris portant sur la sécurité au Nigeria, il serait bon et cohérent que le Président de la République commence par y annoncer que la France prendra désormais toutes ses responsabilités pour lutter contre l’esclavage sexuel des jeunes femmes nigérianes en condamnant tout achat d’un acte sexuel. Le marché prostitutionnel français, alimenté au profit des clients prostitueurs français, porte en effet une immense responsabilité dans l’enlèvement, l’achat et la revente, chaque année, de milliers de jeunes nigérianes par les réseaux de trafiquants internationaux.

Des milliers de jeunes femmes nigérianes exploitées violemment sur les trottoirs français

Chaque semaine, les associations de soutien aux personnes prostituées rencontrent de jeunes femmes nigérianes, parfois mineures, toujours profondément isolées, vulnérables et réduites à la prostitution par des réseaux parfaitement organisés. Ces réseaux les achètent au Nigéria, les conditionnent au prix de violences massives et d’emprise psychologique vaudoue, puis les transfèrent en France et les exploitent sur les trottoirs de nos villes.

Une exploitation qui rapporte 15 millions d’euros en France selon la DCPJ

Le phénomène est tellement massif que la Direction Centrale de la Police Judiciaire a publié en juin 2011 une note spécifique à ce sujet. La police française y précise que les jeunes femmes nigérianes sont victimes de violences physiques et de privation de nourriture tandis que leurs familles sont menacées au pays. Elle rappelle aussi que le seul proxénétisme nigérian en France rapporte 15 millions d’euros à ses auteurs.

http://www.leparisien.fr/faits-divers/prostitution-le-spectaculaire-boom-des-reseaux-nigerians-07-07-2012-2081271.php 

Note 1 : selon Matthieu Guidère interviewé sur Europe 1, les lycéennes enlevées pourraient elles-mêmes être prises dans les filières de prostitution nigérianes. Il rappelle que le Nigeria est le second pays pourvoyeur de prostitution en Europe.

http://www.europe1.fr/International/Boko-Haram-une-secte-qui-s-appuie-sur-un-business

Note 2 : Le collectif Abolition 2012 est composé de 59 associations de lutte contre toutes les formes de violences sexuelles et sexistes.

www.abolition2012.fr 

4 thoughts on “#BringBackOurGirls : Emotion et mobilisation à deux vitesses ?”

  1. Abolir la prostitution me paraît être un leurre inaccessible. Certes, de nombreuses nigériennes sont concernées par cet esclavagisme mais il reste donc 80 % de prostituées qui ne sont pas nigériennes et qui sont concernées par cette question de l’abolitionnisme. Actuellement, la mobilisation à l’égard des jeunes filles nigériennes enlevées par un réseau djihadistes dont on ignore encore ce que ces derniers exigeront pour faire de ces jeunes l’objet d’un contrat. Ce problème de l’actualité ne légitime pas que l’on se mette à jouer haro sur le Niger puisque cette question de la prostitution est un problème plus global et dont la réalité enfle selon la difficile condition des femmes dans les pays concernés. Ainsi, à la fin des années 80 quand la chute du mur et du rideau de fer à conduit des milliers de femmes des pays de l’Est à s’adonner à la prostitution pour pouvoir faire vivre leur famille restée au pays, le problème de la prostitution des ces jeunes femmes a été un des thèmes de l’actualité. Il n’est pas dit que la solution à la misère sexuelle qui règne dans les pays occidentaux comme ailleurs soit la prostitution mais ce n’est certes pas non plus les prises de position de féministes qui veulent ignorer la question de la liberté sexuelle : celle que devrait avoir les femmes et les hommes. Il s’agit là du vrai problème de fond. Si les usagers de la prostitution ne disparaissent pas, il y a fort à parier que la prostitution ne disparaîtra pas davantage.

    1. Vous devriez d’abord vous intéresser à la géographie. Il s’agit de Nigérianes du Nigéria. C’est curieux, parce que dans les critiques sur twitter, la plupart des personnes qui veulent nous expliquer à nous, militantes et militants spécialisés sur le sujet, les tenants et aboutissants de l’affaire, parlent du Niger…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s