Pour Jacqueline, victime de l’in-justice

xlesangdesfemmes.jpgJacqueline Sauvage a été condamnée en appel à 10 ans de prison pour avoir tué son mari, après 47 ans de coups, viols et viols par inceste sur ses enfants, qui ont d’ailleurs poussé son fils au suicide. Ses filles, ont remercié leur mère d’avoir -enfin- pu mettre hors d’état de nuire leur bourreau. Les jurés des assises eux, ont pour la seconde fois conclu qu’il n’y avait pas légitime défense (défense qui doit être « proportionnée »). Vraiment, il n’y avait pas légitime défense (cf tweet de C. de Haas) « c’est quoi une réponse proportionnée à 47 ans de violences » sur elle, ses enfants, et j’ajouterai 47 ans de mise en danger permanente de leur vie ? C’est donc qu’il y a un problème avec la loi, non ?

Un jugement pareil me laisse penser que c’est parce qu’elle est une héroïne qui a mis fin à la violence masculine que Jacqueline Sauvage a été condamnée. En effet, après le précédent Alexandra Lange, la justice patriarcale doit avoir la trouille : et si les femmes, quand elles se rebellent contre la violence qu’elles subissent, étaient ainsi acquittées, alors l’impunité pourrait disparaître ? Je n’encourage pas les femmes à tuer « à tours de bras » en disant cela, j’encourage la société à penser que ces femmes qui, au bout du bout,  tuent un bourreau qui détruit des vies, alors elles protègent leurs enfants, elles-mêmes et la société, qui n’est pas capable de les protéger, ont droit à de l’indulgence de la justice.

En ce sens, elles sont des héroïnes, comme les suffragistes (le terme suffragettes étant ironique, je ne l’emploie pas), comme le montre très bien le film qui vient de sortir sur le sujet et qui raconte enfin l’histoire de ces femmes qui se sont battues pour nous toutes, pour le droit de vote. Un droit de vote, le film le montre bien, qui n’est pas seulement « d’égalité », mais bien de justice : la « minorité » citoyenne des femmes, qui n’ont ni droit de vote ni autorité parentale sur leurs enfants, renforce la possibilité que toutes les violences s’exercent contre elles, en toute impunité. Et quand l’héroïne écrase le fer à repasser sur la main de son patron, qui l’a violée pendant des années, alors oui, on ne le plaint pas… On ne se réjouit pas de la souffrance de l’homme, on se réjouit du fait que ce qui fait « tenir » le patriarcat, l’idée que les femmes n’ont pas le droit de se défendre, ne tient plus. Non, on ne se laissera plus faire. Même si les réponses de la justice sont, elles, disproportionnées, comme le montre en permanence le film : emprisonnement pour avoir assisté à un rassemblement (…), gavage lorsqu’elles font une grève de la faim, etc.

Disproportionnées, c’est ce que sont aujourd’hui encore les réponses de la justice aux crimes commis par les hommes et les femmes; Disproportionnés pour les femmes comme Jacqueline Sauvage qui mettent fin à l’intolérable, qui reconnaissent leur responsabilité, disproportionnés pour les hommes qui ne reconnaissent pas la leur et sont condamnés à beaucoup moins. Cantat, alors qu’il n’avait aucune des raisons de Jacqueline Sauvage. Pistorius (bon, on espère que l’appel change la donne) en première instance, dans un verdict hallucinant. Les pères violeurs, qui souvent, alors que les faits sont reconnus, écopent de peines ridicules. Les viols qui sont correctionnalisés et font donc que les peines sont minimes…

Aux Etats-Unis, grâce au combat des femmes emprisonnées parfois à vie et de comités de soutien, la loi a fini par changer. Une femme qui était en prison depuis plus de 20 ans a fini par être libérée, grâce au soutien d’autres femmes, le combat que montrait le film « Sin by Silence » que nous avions diffusé au festival Femmes en résistance le montre bien. Il va nous falloir beaucoup de persévérance en France, et peut être un comité de soutien actif à Jacqueline Sauvage (s’il n’existe pas ?), pour faire changer la loi, et faire que des femmes qui se défendent après 47 ans de violence et plusieurs vies mises en danger ne se retrouvent pas à la merci de l’in-justice patriarcale

Pas de justice, pas de paix !

S.G

 

 

16 thoughts on “Pour Jacqueline, victime de l’in-justice”

  1. pour moi, la justice ne fait pas honneur à son nom dans ce procès. Si tout ce que l’on dit sur cet homme est vrai. Pour moi qui suis un homme : 10 ans avec sursis et libération immédiate.

    1. je suis pour une requalification de la légitime défense pour ce genre de cas. Cela doit mener à l’acquittement. La menace de mort est permanente, et elle ne peut pas savoir à ce moment là si sa réaction est « proportionnée », car ce sont toutes les violences accumulées et à venir auxquelles elle répond, parce que la société est incapable de la protéger. Aux Etats-Unis, cette définition aujourd’hui existe.

  2. Peu de commentaires me viennent face à la stupéfaction! comment ne pas penser aux rapports maitre / esclaves? et de fait une esclave qui ose tuer son maître tortionnaire doit être puni et avec ce côté du « pour l’exemple! »

    1. disons que lorsqu’on connaît les mécanismes de l’emprise et de la violence conjugale, + le sort réservé aux femmes qui « partent », le rejet par la famille et la société, c’est une question qu’on ne pose plus. C’est dur de partir, lorsqu’on est perpétuellement dans la peur, la terreur, s’il n’y a pas de main tendue, si on ne sait pas où aller, si on n’a pas de métier, pas de famille ou une famille pas compréhensive, si on a toujours vécu avec la violence, etc.
      par ailleurs, parfois, un facteur déclencheur se produit, peut être ici la mort du fils, la goutte d’eau qui fait que cette fois là on n’en peut plus, etc.

  3. Cent ans après le combat des suffragettes, on pouvait espérer une meilleure attitude de la justice face au malheur d’une femme qui n’en pouvait plus de toute cette vie de souffrance pour elle et sa famille .😦

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s