Césars 2020…dégoûtée

J’avais pourtant combattu contre mon pessismisme d’origine, qui me faisait me dire…que le film « Portrait de la jeune fille en feu » de Céline Sciamma ne serait pas distingué à la hauteur de sa qualité aux Césars pour au moins 3 raisons :

-le manque de visibilité persistant en France malgré #metoo pour des films réalisés par des femmes et qui parlent de l’expérience de celles-ci, et de leur volonté de réinventer les rapports humains…ou au moins d’en montrer une image moins univoque (le regard misogyne) à l’écran.

-les honneurs répétés pour un homme dont depuis dix ans je dénonce avec d’autres féministes ici le fait qu’on lui déroule le tapis rouge (je ne dirai pas son nom). Un homme qui se présente en permanence en victime, et retournant toujours la culpabilité (typique de la stratégie de l’agresseur).

-la volonté de discréditer un mouvement féministe -qui ne cesse pourtant de grossir- et qui essaie, non pas de pousser à la vindicte des coupables, mais bien de donner aux victimes les moyens de ne pas sombrer dans le désespoir de n’être pas entendues. Le « sort » qui devait être réservé à Adèle Haenel, dans ce contexte, était particulièrement étudié, celle-ci ayant contribué à jeter un pavé dans la mare et à importer enfin le mouvement #metoo jusque dans le cinéma français.

Je me disais donc, surtout au moment du rassemblement qui a précédé la cérémonie place des Ternes à Paris, qu’il y avait un petit espoir. Personne de l’équipe du film J’accuse ne serait dans la salle, les instances dirigeantes des César avaient démissionné, le rassemblement était massif et réjouissant dans sa forme.

Enfin, Florence Foresti, « maîtresse de cérémonie » n’hésitait pas à se mettre du côté des victimes dans un discours vif où elle ne prononçait pas le nom du réalisateur.

Et pourtant, 3 heures plus tard, elle commentait le résultat de la cérémonie par « Ecoeurée ». Comme nous. Car il avait encore eu un César de la meilleure réalisation. Et Portrait de la jeune fille en feu, nominé dix fois, repartait avec le seul César de la meilleur photo (mérité) pour Claire Mathon.

Anaïs Demoustier est superbe dans « Alice et le maire », pour autant, les performances de Noémie Merlant et Adèle Haenel dans « Portrait de le jeune fille en feu » sont incomparables, nous transmettant par le regard des émotions d’une complexité et authenticité exceptionnelles.

Les Misérables, c’est -selon moi- un bon téléfilm, mais c’est un film où encore il n’y a quasiment que des hommes (voir la photo de famille sur scène à la fin) alors qu’on avait l’occasion de voir un film où il n’y a quasiment que des femmes, certes, mais qui surtout est une révolution dans le cinéma, apporte quelque chose de nouveau. L’accueil extraordinaire du film dans des pays comme la Corée du sud ou les Etats-Unis ne trompe pas.

C’est bien triste que la France du cinéma soit en même temps celle qui ne reconnaît pas cette révolution à l’écran et qui continue de récompenser un cinéaste accusé de viol et qui a fui la justice et trouvé « refuge » en France, et se victimise au point d’utiliser l’affaire Dreyfus… (ce qui achève de me révolter) pour se victimiser. « Refuge » ? Mais c’est qui la victime ?

Heureusement, Adèle Haenel et Céline Sciamma qui ont quitté la salle…bravo et merci pour leur courage.
On aurait voulu qu’elle se vide entièrement…

Ces Césars 2020 resteront peut être ceux de la honte (et ne sont pas les premiers), j’espère que ce sera parce qu’après eux, les choses changeront.