Bly Manor : pour ou contre l’histoire d’amour lesbienne ?

NB : Je voulais juste en faire un post facebook, mais finalement c’est trop long. Donc, je mets ça ici. Et vous êtes les bienvenues pour donner votre avis !

Assez amusante, l’analyse de la série « The Haunting of Bly Manor », diamétralement opposée dans les deux articles ci-dessous.

Indiewire :

https://www.indiewire.com/2020/10/haunting-of-bly-manor-lesbian-love-story-netflix-horror-lgbtq-1234595503/ et

Autostraddle

Le premier, hostile à la vision de l’histoire d’amour lesbienne dans la série, me semblant à la fois plein de remarques intéressantes et moins pertinent… en risquant d’être dogmatique… Ainsi l’article passe peut-être à côté du message principal de la série.
-L’article d’Indie Wire analyse la série en fonction de critères « objectifs » de ce qui fait une histoire d’amour gay non vue à travers l’inconscient hétéro :


🎃 la fin de l’histoire d’amour lesbienne est-elle un « happy end »?
🎃 Le background des personnages de lesbiennes est-il autant décrit que celui des hétéros?
🎃 Le film a-t-il tendance à nier l’importance du fait d’être lesbienne, préférant dire « c’est une histoire d’amour avant tout »?

À toutes ces questions, l’article répond non. Selon moi, cela n’est vrai en partie que pour le second critère. Surtout pour les spectatrices/teurs non averti·es, qui ont tendance à ne pas repérer des indices pourtant évidents aux autres.

bly-feature

Dans l’autre article, son de cloche totalement différent : c’est une histoire d’amour lesbienne avant tout, dit-il.

-Il analyse la série sur la signification de l’amour lesbien qui est présenté. Il se préoccupe du ressenti de la spectatrice -lesbienne, on imagine- face à cette histoire. Il détecte beaucoup mieux les indices de « lesbianité » (indices qui malheureusement ne sont parfois visibles que pour les lesbiennes, oui, d’accord, c’est un problème. Et il parle non pas de « happy end » mais d’une fin loin d’être classique pour une histoire d’amour lesbienne. (je vous laisse le découvrir, je l’ai trouvé fort intéressant).

Et pour ma part, voici les réflexions qui me viennent…

🎃(SPOILER) La question du happy end se pose, oui, mais le fait que ce ne soit pas « techniquement » un happy end ne veut pas dire que cela n’en est pas un (après tout, dans Portrait de la jeune fille en feu, il n’y a pas non plus de happy end…mais le happy end lui même n’est-il pas un critère patriarcal ?).

Bien sûr, ce qui est reproché ici, c’est que l’une des deux protagoniste meure. Mais, ce qu’on reproche aux « non happy end » des films classiques qui parlent de lesbiennes (cf la rumeur dont on pourrait dire beaucoup…), ce n’est pas juste qu’une des deux meure, c’est aussi que cela vienne invalider la transgression d’avoir montre deux femmes qui s’aiment. Et qu’il ne faudrait pas que l’on puisse penser que ce qu’elles ont vécu est un exemple à suivre. Ains, c’est le plus souvent celle qui était -ou était censée être- hétéro au départ qui restait en vie, « ramenée dans le droit chemin » (straight). Ici, c’est elle qui meurt. Et ici, sa mort n’empêche pas l’amour lesbien de triompher.

Je m’explique : il y a deux histoires d’amour mises en parallèle dans Bly Manor, celles deux « jeunes filles au pair » qui viennent au manoir garder des enfants. La première, Rebecca, meurt alors qu’elle est dans une histoire d’amour hétéro toxique avec un manipulateur, l’amour toxique ne finissant pas avec la mort, car elle est prise dans les filets de la domination en revenant hanter pour faire peur les vivant·es.

La seconde, Dani, meurt alors qu’elle est dans une histoire d’amour lesbienne équilibrée et égalitaire, depuis de longues années (c’est un élément fondamental) et dans un amour de fait clairement féministe. Mieux, après la mort, elle laisse son amour en paix, avec la possibilité de s’en souvenir et de le raconter (cf Portrait de la jeune fille en feu). En ce sens, c’est à mon avis une immense victoire de ce type d’amour…

🎃 Ainsi, et le second article le montre bien, la série peut -et doit ?- être interprétée comme une déclaration politique que l’amour féministe, c’est à dire qui rejette la possession dans l’amour.
L’indice majeur de cela est donné dès le troisième épisode, lors d’une conversation entre Dani et Jamie. Jamie raconte à Dani l’amour hétéro destructeur qui a mené Rebecca à la mort, celui de Peter, manipulateur type. Elle dit alors : les gens confondent amour et possession et détruisent et se détruisent au passage. Ce à quoi Dani répond qu’amour et possession sont totalement opposés et que cela ne devrait pas arriver…une véritable déclaration politique qui séduit plus que toute autre chose Jamie, lesbienne misanthrope.

Cet amour qui ne chosifie pas l’autre, a de fait beaucoup plus de chances de pouvoir s’incarner -au moins à l’écran-, dans l’amour lesbien, puisqu’il n’est pas hanté par les codes du genre, et que partage, égalité, non domination sont possibles (et même dans un film « d’horreur » !) .
A partir de là, on sait que l’amour non possessif est le seul qui puisse apaiser le manoir ET interrompre « the haunting » des vivant·es par les mort·es. C’est pour cela que Jamie peut raconter l’histoire de Dani, leur histoire, parce qu’elle peut, encore une fois, se souvenir.

Pour conclure, je répondrais à la troisième question en disant : le film ne nie pas l’importance d’être lesbienne bien au contraire. Il dit : dans une société hétéropatriarcale, seul l’amour lesbien peut ne pas confondre amour et possession (mais évidemment cela ne veut pas dire que tout amour lesbien se passe comme ça ;-). Encore faut-il qu’il soit féministe, en pratique…

Pour autant, en raison même de quelques manques soulignés par le premier article (l’absence de background ou d’explicité), il est possible que le message ne passe pas autant qu’il le pourrait. Mais je préfère encore ça, à des films qui « cochent toutes les cases », mais s’enferment dans le dogme.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s