Pour Jacqueline, victime de l’in-justice

xlesangdesfemmes.jpgJacqueline Sauvage a été condamnée en appel à 10 ans de prison pour avoir tué son mari, après 47 ans de coups, viols et viols par inceste sur ses enfants, qui ont d’ailleurs poussé son fils au suicide. Ses filles, ont remercié leur mère d’avoir -enfin- pu mettre hors d’état de nuire leur bourreau. Les jurés des assises eux, ont pour la seconde fois conclu qu’il n’y avait pas légitime défense (défense qui doit être « proportionnée »). Vraiment, il n’y avait pas légitime défense (cf tweet de C. de Haas) « c’est quoi une réponse proportionnée à 47 ans de violences » sur elle, ses enfants, et j’ajouterai 47 ans de mise en danger permanente de leur vie ? C’est donc qu’il y a un problème avec la loi, non ?

Un jugement pareil me laisse penser que c’est parce qu’elle est une héroïne qui a mis fin à la violence masculine que Jacqueline Sauvage a été condamnée. En effet, après le précédent Alexandra Lange, la justice patriarcale doit avoir la trouille : et si les femmes, quand elles se rebellent contre la violence qu’elles subissent, étaient ainsi acquittées, alors l’impunité pourrait disparaître ? Je n’encourage pas les femmes à tuer « à tours de bras » en disant cela, j’encourage la société à penser que ces femmes qui, au bout du bout,  tuent un bourreau qui détruit des vies, alors elles protègent leurs enfants, elles-mêmes et la société, qui n’est pas capable de les protéger, ont droit à de l’indulgence de la justice.

En ce sens, elles sont des héroïnes, comme les suffragistes (le terme suffragettes étant ironique, je ne l’emploie pas), comme le montre très bien le film qui vient de sortir sur le sujet et qui raconte enfin l’histoire de ces femmes qui se sont battues pour nous toutes, pour le droit de vote. Un droit de vote, le film le montre bien, qui n’est pas seulement « d’égalité », mais bien de justice : la « minorité » citoyenne des femmes, qui n’ont ni droit de vote ni autorité parentale sur leurs enfants, renforce la possibilité que toutes les violences s’exercent contre elles, en toute impunité. Et quand l’héroïne écrase le fer à repasser sur la main de son patron, qui l’a violée pendant des années, alors oui, on ne le plaint pas… On ne se réjouit pas de la souffrance de l’homme, on se réjouit du fait que ce qui fait « tenir » le patriarcat, l’idée que les femmes n’ont pas le droit de se défendre, ne tient plus. Non, on ne se laissera plus faire. Même si les réponses de la justice sont, elles, disproportionnées, comme le montre en permanence le film : emprisonnement pour avoir assisté à un rassemblement (…), gavage lorsqu’elles font une grève de la faim, etc.

Disproportionnées, c’est ce que sont aujourd’hui encore les réponses de la justice aux crimes commis par les hommes et les femmes; Disproportionnés pour les femmes comme Jacqueline Sauvage qui mettent fin à l’intolérable, qui reconnaissent leur responsabilité, disproportionnés pour les hommes qui ne reconnaissent pas la leur et sont condamnés à beaucoup moins. Cantat, alors qu’il n’avait aucune des raisons de Jacqueline Sauvage. Pistorius (bon, on espère que l’appel change la donne) en première instance, dans un verdict hallucinant. Les pères violeurs, qui souvent, alors que les faits sont reconnus, écopent de peines ridicules. Les viols qui sont correctionnalisés et font donc que les peines sont minimes…

Aux Etats-Unis, grâce au combat des femmes emprisonnées parfois à vie et de comités de soutien, la loi a fini par changer. Une femme qui était en prison depuis plus de 20 ans a fini par être libérée, grâce au soutien d’autres femmes, le combat que montrait le film « Sin by Silence » que nous avions diffusé au festival Femmes en résistance le montre bien. Il va nous falloir beaucoup de persévérance en France, et peut être un comité de soutien actif à Jacqueline Sauvage (s’il n’existe pas ?), pour faire changer la loi, et faire que des femmes qui se défendent après 47 ans de violence et plusieurs vies mises en danger ne se retrouvent pas à la merci de l’in-justice patriarcale

Pas de justice, pas de paix !

S.G

 

 

Publicités

Ferrara, DSK : 3 ans après, le déni, toujours

X,lesangdesfemmes

C’est fort, le déni. En 2011, au moment ou DSK a été arrêté pour des accusations de viol et agressions sexuelles à l’encontre de Nafissatou Diallo, femmes de chambre de l’hôtel Sofitel de New York, il a fallu plusieurs jours et des déclarations intolérables pour que la presse pense enfin à dire qu’il y avait -dans cette affaire, une victime, une femme.

Grâce à la mobilisation des féministes et au trop plein de sexisme qui s’est manifesté, on a eu ensuite l’impression d’un sursaut de quelques unEs et parfois, les médias ont fait leur travail.
Trois ans après, alors que DSK est toujours libre, le cinéma vient achever le travail de révisionnisme, en effaçant à nouveau de l’histoire toute référence à son sujet central : les violences sexuelles infligées aux femmes en toute impunité par les hommes en général et les puissants en particulier.

Ainsi, c’est facile avec le cinéma : on présente des films d’hommes, qui font ce qu’ils veulent puisqu’il s’agit d’art, et on impose néanmoins les mots de ce qui restera dans cette histoire. Ici, c’est clair. Ce qui intéresse le film de Ferrara, c’est l’homme. Ses désirs. Ses pulsions dégoûtantes ou pas. Et à lire deux articles sur le film, l’un plutôt « pour », l’autre plutôt « contre » (mais je dirai ensuite pourquoi), on est obligées de le répéter : le cinéma, c’est de la propagande révisionniste de la domination masculine.

Ainsi, si Slate (qui affirme que le films ne parle pas de DSK mais de Depardieu) reconnaît que dans la fiction inspirée des faits du Sofitel il n’y a pas doute sur l’existence du viol, jamais le sort de la victime n’est mentionné. Pire, l’article expose au préalable un série d’autres crimes sexuels : viol tarifé qualifié de « partie fine », viol en réunion qualifié de « partouze », puis le viol. Tout est donc montré comme « le monstre » aux désirs sexuels incontrôlables, mais jamais comme la violence infligée à un nombre incalculable de femmes.

Dans la deuxième partie du film, nous dit Slate, nous voici en huis-clos équivalent « DSK-Sinclair » qui eut lieu le temps que l’homme soit assigné à résidence. Et tout ce que le film trouve à dire, c’est qu’alors Depardieu-DSK voit dans l’ambition de sa femme la cause de ses débordements. Ah oui, forcément, lui ne serait que la victime alors…de sa femme.

A la fin de l’article, Slate nous dit que le film a un tort impardonnable. Ah, on se dit donc qu’enfin l’impardonnable,  le fait que les victimes n’existent pas dans le film, que les violences sexuelles sont montrées comme les simples excès d’un homme « ogresque », vont être remarquées ? Non. C’est le caractère antisémite d’un passage du film qui fait l’objet de l’indéfendable, selon Le Monde, cette fois.

Et autant je ne peux évidemment que confirmer que ce que raconte Le Monde sur cet aspect -rapport entre richesse et soutien d’Israël d’Anne Sinclair et l’affaire) est insoutenable, je ne peux qu’une fois de plus constater que c’est bien la seule chose que les observateurs trouvent impardonnable dans cette histoire.

« Tout s’enchaîne très vite, les images se fondent les unes dans les autres dans une quasi-simultanéité qui renvoie aussi bien au trop-plein et à la vitesse de diffusion d’Internet qu’à la violente addiction du personnage. Accro au sexe et au pouvoir, comme d’autres à l’héroïne, Devereaux ne perçoit plus les frontières entre le jour et la nuit, entre le réel et le fantasme. Il plane. La violence qu’il a infligée à la femme de chambre ? Sans doute ne s’en est-il même pas aperçu ».

Comme les journalistes d’ailleurs, et probablement les spectateurs. Car s’ils le mentionnent, ils n’en font pas un sujet qui rend le film indéfendable. Montrer un criminel (le personnage) à répétition qui viole des femmes comme il respire, ça n’est qu’une « addiction monstrueuse », un signe qu’il n’est pas dans la réalité. Les victimes n’existent pas. Pourtant, elles, elles la vivent au quotidien, cette réalité !

PAS DE JUSTICE, PAS DE PAIX !

S.G

Dénoncer la violence conjugale et masculine, avec quels chiffres ?

DSCF6205Aujourd’hui ont été publiés en France les chiffres de violences entre conjoints ou ex-conjoints. Au total en 2013, 121 femmes sont mortes tuées par un homme et 25 hommes par une femme. C’est moins (un petit peu) qu’en 2012 et pareil qu’en 2011. Ces chiffres, qui sont traduits en général dans toutes les bouches par « une femme meurt tous les deux jours et demie sous les coups de son conjoint », m’ont toujours dérangée. Toujours, je me demande : mais qu’est-ce-que ça veut dire ? Et j’ai le sentiment désagréable que la réponse, c’est « rien, en soi ». Et tous les ans, je me demande à quoi sert la communication autour de ces chiffres. Parvient-elle à faire bouger les choses ? Pose-t-elle les bonnes questions ?

Mais cette année, j’ai envie d’en parler, car on a un peu dépassé les bornes. En effet, comme c’est « moins qu’en 2012 », 121 au lieu de 148. Et le gouvernement s’est empressé de s’en féliciter. Ainsi sur twitter, Laurence Rossignol, secrétaire d’Etat à la famille, et féministe s’est félicitée que les efforts payaient, la ministre des droits des femmes Najat Vallaud-Belkacem a écrit : « la parole se libère, il faut continuer les efforts ».

Donc, 121 mortes au lieu de 148, ce serait « mieux », et ce serait le résultat de la politique du gouvernement qui permettrait de libérer la parole ?

Cela me paraît une conclusion plus qu’hâtive. Je ne veux pas dire ici que les politiques mises en place ne servent à rien, je ne veux pas contester que « la parole se libère ». Je veux au contraire croire qu’à force de travail des associations de lutte contre les violences faites aux femmes et même du gouvernement, il commence à y avoir une prise de conscience de la société. Mais de là à en conclure que c’est pour cette raison qu’il y a eu 21 femmes de moins de tuées, cela me paraît pour le moins exagéré.

En outre, une morte de violence conjugale, c’est une morte de trop, et le problème de fond vient-il du nombre de victimes ? Le problème, c’est la violence masculine ! Celle-ci s’exerce dans des proportions pharamineuses dans la sphère familiale à l’échelle  mondiale, et touche les femmes et les enfants en masse, par centaine de millions, même lorsqu’il n’y a pas mort immédiate qui s’ensuit!

Du coup, j’ai envie de partager avec vous mes réflexions à ce sujet

1-Ces chiffres ne sont donc pas significatifs en soi . On pourrait dire que ce n’est « pas beaucoup », par exemple. Si l’on comparait à la Colombie, ou aux Etats-Unis. On pourrait dire aussi que peu de femmes meurent par rapport aux hommes : 30% sur l’ensemble des homicides commis chaque année en France .

On pourrait aussi constater que le nombre d’homicides en France est bas en comparaison de nombreux autres pays et en constante baisse. En 10 ans on est passé de 1.500 homicides en France à moins de 1.000. Ce qui donne un taux pour 100.000 habitants de 1, alors que la Colombie -encore elle- a le triste record de 60. Donc cela voudrait dire que peu de femmes meurent. Mais pas que la violence masculine à l’encontre des femmes est faible.

Mais on pourrait dire aussi autre chose. En Colombie me disait une amie colombienne spécialiste de ces questions, s’il y a  beaucoup plus de femmes qui meurent sous les coups de leurs conjoints qu’en France, elles représentent moins de 5% des homicides. Alors qu’ici c’est 30%. On constaterait alors qu’en France si, comme je le disais plus haut, le nombre d’homicides est en baisse, le fait que celui des meurtres de femmes par leur conjoint diminue à peine, on pourrait en déduire que si la violence globale diminue, la violence des hommes envers les femmes elle, ne diminue pas. Et ce serait déjà une vraie piste de réflexion pour envisager de faire changer les choses.

Donc, il me semble que donner des chiffres de façon simpliste, hors contexte, sans analyse, et les livrer ainsi aux médias, ne fait pas beaucoup avancer les choses.

2-Les meurtres ne sont pas significatifs en soi

Prendre comme étalon du « comptage » de la violence masculine envers les femmes le nombre de femmes tuées a-t-il un sens ? Est-ce un bon indicateur ?

Certes, la violence appelant la violence, le meurtre peut être considéré comme son aboutissement. Mais en l’occurrence, on oublie d’analyser ou de s’interroger sur le pourquoi de la violence masculine. Je m’explique : si demain on est à zéro meurtre, cela voudrait-t-il dire qu’il n’y a plus de violences masculines ?

Faudrait-il sauter de joie ? Non. Ou pas forcément. Car à mon avis la violence masculine envers les femmes et les enfants n’a pas forcément pour finalité la mort mais le contrôle et le maintien du pouvoir. Ainsi, des femmes -et des enfants- sous menaces de mort et vivant dans la terreur sont bien plus utiles vivantes que mortes, parce que mieux « utilisables ».  Et une dictature qui marche bien est une dictature qui n’a plus besoin de tuer. Il suffit que la terreur soit suffisante, la violence calculée pour maintenir l’opprimée à sa place. Car s’il y avait trop de morts, le système finirait par s’autodétruire (voir les risque à cet égard dans les pays d’Asie qui commencent à s’affoler de ne plus avoir assez de filles).

3-De toutes façons, ces chiffres sont forcément sous-estimés

Donc, les violences sont là pour maintenir le pouvoir, et peuvent aboutir à la mort d’une autre façon. Ou aboutir simplement à la dépression, la mauvaise santé, à une vie qui est un terrible parcours du conbattant. En effet, toutes les violences qui aboutissent à la mort dues aux violences masculines ou paternelles n’apparaissent pas dans les statistiques si la mort n’est pas immédiate. Les suicides, les maladies, les comportements dangereux, les troubles post-traumatiques dûs à des violences masculines sont bien plus nombreux que ces chiffres là. Par exemple, on dit que cette année 13 enfants sont morts de violences volontaires de leurs parents alors que l’on estime en général à plutôt 700 qui mourraient des suites de maltraitance (Salmona). En revanche, si on regardait les faits dénoncés de violences conjugales, qui se comptent par centaines de milliers et sont encore massivement le fait des hommes, alors on aurait une meilleure idée de l’ampleur de ces violences.

4-Ce qui compte, c’est le sexe des auteurs de violences : ce sont des hommes

Donc, la seule chose qui est un tant soit peu significative dans ces seuls chiffres avancés médiatiquement chaque année, c’est la proportion entre meurtres commis par des femmes et par des hommes. 25 hommes tués par des femmes pour 121 femmes tués par des hommes. Si l’on rajoute à cela que souvent les femmes qui tuent leur conjoint le font après des années de violences subies, on peut encore relativiser la proportion.

Ainsi, et c’est là que je veux en venir, la seule chose qui est vraiment significative, c’est que quel que soit le type de violence exercée à l’échelle mondiale, ce sont les hommes qui en sont les auteurs. Pour vous en assurer, je vous propose la lecture de ce texte :

« le problème, c’est l’homme », de Luc Brenner, paru dans Le Monde

Comme il le dit : « Mais il est un facteur qui n’apparaît jamais. Un facteur tellement évident que tout le monde fait semblant de ne pas le voir : la délinquance, avant d’être le fait de mineurs, d’étrangers ou de pauvres, est d’abord une affaire de sexe, l’affaire des hommes en l’occurrence ».

Résumé des chiffres qu’il avance :

Les femmes représentent 15% des mises en cause toutes infractions confondues (donc y compris chèques en blanc)

«  Pour les actes les plus graves, les crimes, les hommes représentent 95 % des condamnations en 2005 (87,9 % des homicides, 98,5 % des viols et attentats à la pudeur). Pour les délits, les mâles représentent 90,4 % des personnes condamnées.

Rappelons ici que presque 100% des clients-prostitueurs sont des hommes.

Pour les crimes commis par les mineurs, qui sont en augmentation, même constat : + de 90% par des garçons.

Il n’y a donc pas d’ambiguité possible : la violence et la délinquance ont dans les faits un sexe. Et si on veut commencer à lutter efficacement contre cela, ne vaudrait-il pas mieux prendre sérieusement ce fait en compte et se poser les bonnes questions : que doit faire la société pour ne plus transformer ses garçons en futurs hommes violents ?

Sandrine Goldschmidt

#STOPaudéni ! dénonçons la culture du viol, aidons les victimes !

« Imaginons que vous croisiez une femme s’agrippant désespérément au bord d’un précipice. Sous elle, le vide — sans aide elle ne pourra pas remonter, elle finira par tomber et s’écraser au sol.
Que faites-vous ?
Vous l’aidez bien sûr, vous lui tendez la main pour la secourir. A aucun moment il ne vous viendrait à l’idée de passer votre chemin en la laissant se débrouiller, ou pire de lui écraser les mains d’un coup de talon pour lui faire lâcher prise.
Pourtant c’est exactement ce qui se produit pour une immense majorité de victimes de viol et d’agressions sexuelles.
Car ignorer la parole de la victime, la mettre en cause, lui demander si « elle ne l’a pas un peu cherché », si « elle est sûre que c’était un viol » ou « pourquoi elle ne s’est pas débattue », ne pas lui tendre la main pour l’écouter, l’aider, la soutenir et reconnaître la gravité de ce qu’elle a subi, c’est se conduire exactement comme si l’on refusait de tendre la main à quelqu’un qui risque de tomber dans le vide. »

A l’occasion du 8 mars, journée internationale de lutte pour les droits des femmes, l’association Mémoire traumatique et victimologie présidée par Muriel Salmona lance une campagne « Stop au déni«  destinée à remettre le monde à l’endroit : les coupables à leur place, celle d’agresseurs et criminels, et les victimes à la leur, celles de victimes pour lesquelles la solidarité nationale et humaine doit s’exercer.

L’association lance donc une campagne de communication avec un dossier de presse explicatif très bien fait et très complet que vous pouvez télécharger ici : StopAuDéni_DossierDePresse

A partir de ce soir 22h, vous pourrez voir sur la page Facebook de l’événement un clip vidéo de la campagne à diffuser largement : https://www.facebook.com/events/443980902400341/?ref=ts&fref=ts

Et une campagne Twitter #stopaudeni où vous pouvez vous exprimer pour remettre le monde à l’endroit !

Aujourd’hui, ce crime qu’on ne dénonce trop souvent que lorsqu’il est une arme destinée à atteindre les hommes pendant les guerres, est une guerre quotidienne faite aux femmes et aux enfants. Le déni qui l’entoure et l’absence de reconnaissance et de soutien aux victimes qui est encore la règle sont à la mesure de la gravité des actes, et aussi la condition de leur reproduction. En ne soignant pas les victimes, on prépare une société d’hommes violents/violeurs et de femmes victimes, condamnées à revivre, dans leur mémoire ou parfois dans la réalité, les traumatismes subis. (Pour comprendre les mécanismes qui provoquent cela, lire « Le livre noir des violences sexuelles » de Muriel Salmona et ici et )
C’est donc massivement qu’il faut retourner la culpabilité et la responsabilité collectives. Les victimes ne sont pas les coupables, ce n’est pas à elles de changer la société. C’est aux coupables d’arrêter, et à la société de l’exiger d’eux. C’est à la société d’aider les victimes, pour qu’elles puissent mener une vie digne qui sorte de la survie. Ainsi, on peut mener toutes les politiques d’égalité professionnelle qu’on veut, de lutte contre les stéréotypes, tant que la famille sera le premier lieu où s’exerce la violence contre les personnes, contre les femmes massivement, contre les enfants peut être encore plus massivement, il ne faut pas espérer qu’un jour les filles puissent s’épanouir à leurs justes capacités. Mettre fin au déni, c’est donc le préalable à toute volonté d’établir une société juste, de liberté, égalité et de « Care », de solidarité envers les personnes vulnérables. Ainsi l’article premier de la déclaration universelle des droits humains dit : « Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité ». Il est temps de moderniser ce dernier mot et de dire que TOUS les êtres humains, doivent agir, toujours, envers les autres humains, (et aussi la plupart du temps envers les êtres vivants en général), dans un esprit de respect de leur liberté, égalité, dignité, et d’empathie réciproque, que cette dernière ne soit plus réservée à une moitié de l’humanité. Pas de justice, pas de paix ! #Stopaudéni Sandrine GOLDSCHMIDT

APPEL A MANIFESTER LUNDI 3 MARS A 11H – JUSTICE POUR DES MINEURES VICTIMES DE VIOLS

Lundi 3 mars à 11 heures
Devant le Ministère de la Justice
Place Vendôme

15 octobre place Vendôme
15 octobre 2012 place Vendôme

(angle rue de la Paix et rue Daniel Casanova)
75001 Paris

Je relaie ici l’appel à manifester relayé par l’AVFT. Il faudrait avoir le temps de recenser le nombre de cas où le ministère public requiert de lourdes peines de prison (8 et 12 ans) et où le résultat est acquittement. Et recenser les « causes » les plus probables. Est-ce Parce qu’on en est encore là ? Parce qu’il est nécessaire de faire comprendre « que le fait d’avoir quinze ans, de fumer du cannabis et d’embrasser un jeune homme ne légitime pas le viol » ? Parce qu’il nous faut encore expliquer que Rien, jamais, ne justifie le viol ? Il serait temps que certaines d’entre nous nous penchions sérieusement, et de façon réaliste, sur les moyens de faire reconnaître la seule chose qui pourra faire avancer la justice pour les femmes victimes de viols : le présumé-non-consentement, qui devrait définitivement invalider toutes les excuses perpétuellement invoquées pour les criminels. Qui est partante ?

En attendant, je vous laisse lire l’appel à manifester qui vous expliquera les tenants et aboutissants de l’affaire :

Jeudi 20 février, nous nous rendions au TGI de Bobigny pour une audience. Après avoir passé les contrôles de sécurité, nous rencontrions fortuitement Me Avi Bitton (qui avait notamment été l’avocat de Mme A, soutenue par l’AVFT), téléphone portable à la main en mode appareil photo.

Pendant une suspension de l’audience de la Cour d’assises, une de ses deux clientes, victimes de viols, avait été menacée par des proches d’un accusé. Il tentait de les photographier.

Quelques jours plus tard, il nous informait de l’acquittement des accusés, auquel il ne se résolvait pas.

Or, tandis qu’un accusé peut faire appel de sa condamnation, une victime ne peut pas faire appel d’un acquittement, cet appel étant de la prérogative exclusive du ministère public.

Avi Bitton appelle à manifester au nom de Nadia et Myriam pour que le parquet fasse appel, lundi 3 mars à 11h. Nous relayons cet appel, et y serons.

********************************************************

La Cour d’assises de Seine-Saint-Denis vient d’acquitter deux accusés de viols sur mineures de 15 ans.

Les parties civiles, que nous appellerons Nadia et Myriam, ne peuvent pas faire appel.

Seul le Procureur général peut faire appel, avant le lundi 3 mars au soir.

Pourquoi faut-il un procès en appel ?

Parce qu’il est très étrange que trois filles, de 15 ans, qui ne se connaissaient pas, accusent toutes de viol le même individu, majeur, qu’elles ne connaissaient pas avant les faits.

Parce que le fait d’avoir quinze ans, de fumer du cannabis et d’embrasser un jeune homme ne légitime pas le viol.

Parce que le Procureur avait requis des peines de 8 ans et 12 ans de prison à l’issue du premier procès et qu’il est donc cohérent qu’il fasse appel du verdict d’acquittement.

Nous appelons nos concitoyennes et concitoyens à manifester aux cotés des victimes et de leurs familles pour demander au Procureur général de faire appel :

Lundi 3 mars à 11 heures
Devant le Ministère de la Justice
Place Vendôme
(angle rue de la Paix et rue Daniel Casanova)
75001 Paris

Avi Bitton, Avocat, au nom de Myriam, Nadia et leurs familles

R.Schembri : l’injustice française

pdjpdpx.pngJe ne vais pas écrire long alors que d’autres l’ont déjà fait et mieux. Je n’arrive juste pas à comprendre intellectuellement et humainement ce monde.
Même s’il est patriarcal et donc au service du dominant et privé d’empathie par un dressage à la violence faite aux femmes, je n’arrive pas à comprendre l’équation.
30 ans de tortures dont viols (non qualifiés par la justice comme tels mais reconnus pendant le procès) = 10 ans de prison.

Comment après ne pas dire que c’est parce que c’est « juste une femme » ?

Comment ne pas y reconnaître ce que toutes les victimes vivent et ressentent face à l’injustice française (et patriarcale) ?

Comment espérer qu’un jour les victimes puissent « briser le silence » qu’on leur enjoint perpétuellement à briser ?

Comment espérer qu’elles portent plainte ?

Comment ne pas soupçonner la justice de minimiser systématiquement les violences des hommes contre les femmes et ainsi d’encourager à ce qu’elles perdurent ?

Mais je vous laisse à la lecture du communiqué de l’AVFT, qui a été partie civile au procès, et dit tout cela beaucoup mieux et précisément que moi :

R. Schembri : 10 années de réclusion théoriques pour 32 ans de tortures réelles
Et avec la lecture du dernier article de Muriel Salmona, avec le désespoir qu’elle, nous soyons encore obligé d’expliquer que la victime n’est pas consentante mais sous emprise…

Colette, torturée pendant 30 ans par son mari, arrêtons de culpabiliser les victimes

http://www.humanite.fr/societe/muriel-salmona-des-femmes-dans-un-mode-de-survie-e-558734

 

Pas de justice, pas de paix !

En 2014, s’inspirer des justes pour lutter contre la morosité

2014J’ai du retard cette année pour les voeux. Il m’a fallu plus de temps pour me « remettre » dans le bain de l’écriture, après un mois de décembre réservé à Melanie et une petite pause militante. En outre il s’est passé tellement de choses depuis le vote à l’Assemblée de la loi pour l’abolition de la prostitution, et le moins qu’on puisse dire, pas toutes réjouissantes, il n’est pas simple de tout rattraper, tout dire, et surtout, d’appliquer une « résolution » qui n’est pas que de nouvelle année, celle de lutter contre la morosité.

En effet, en Inde, les luttes des militantEs féministes contre le viol et lesbiennes et gays contre l’obscurantisme homophobe (la cour suprême influencée par des religieux a annulé la loi dépénalisant l’homosexualité, obtenue de haute lutte il y a deux ans), qui ressemblent au combat de Sisyphe. A peine a-t-on l’impression que le caillou arrive en haut de la montagne, que l’obscurantisme l’a déjà fait redescendre tout en bas d’un coup de pied…mais il n’y a pas qu’en Inde où la lutte contre le viol des femmes et des enfants peine : c’est aussi notre lot, ici, et nous devons sans cesse lutter contre le découragement, surtout quand les avancées en ce sens, sont mises en cause par les tenants du pouvoir, ou jugées inutiles par d’autres…et les militantes indiennes sont à cet effet exemplaires de courage et de refus de la résignation.

Il y a aussi cette lutte de Sisyphe autour d’un caillou qu’on a un temps cru bien installé en haut de la montagne (même si les alertes se multipliaient depuis des années et que nous avions considéré le sujet l’an dernier à Femmes en résistance, lors de la séance « tu n’auras d’enfant que désiré ») je parle bien sûr de la lutte pour le droit à l’avortement, avec l’Espagne qui est revenue 30 ans en arrière, le gouvernement modifiant la loi et ne le rendant autorisé qu’en cas de viol et de problèmes de santé de la mère, le président du gouvernement espagnol allant jusqu’à affirmer qu’on ne pouvait laisser aux femmes la possibilité de décider seules. Il y a aussi le texte que n’a pas voté en décembre le parlement européen, et qui aurait pu garantir à l’échelle des 28 ce droit fondamental, et qui a préféré en laisser la souveraineté aux Etats, laissant les obscurantismes marquer un pas décisif.

Il y a encore la bêtise raciste et antisémite qui s’exprime de plus en plus ouvertement (affaire de la quenelle). Toutes ces nouvelles sont bien mauvaises, auxquelles il faut ajouter le manque d’attention encore porté aux soins aux victimes, dès lors qu’on est dans le champ des violences sexuelles patriarcales, et le manque d’énergie mis à lutter contre l’impunité des agresseurs, en particulier lorsque les enfants sont les victimes. Sans parler des offensives des lobbies masculinistes en France (ouf, l’amendement sur la résidence alternée a été retiré de la loi famille) ou en Italie (où la complaisance envers les pères pédocriminels dans la loi est l’objet de leur combat)

Et pourtant, je n’ai ni la conviction ni l’envie de me morfondre ou de me complaire dans la morosité.

Face à tous ces obscurantismes, il y a deux choix que je refuse : celui de la résignation et celui de la résignation 😉

12654_1264391579233_1513075356_738436_3356570_nLa résignation telle que je l’ai entendue le 1er janvier, qui consiste à dire « de toutes façons rien ne change » et surtout « je ne peux pas changer alors je vais déclarer partout que je suis quand même dans l’endroit le moins pire possible (le moins raciste, le moins sexiste, le moins antisémite), et m’assurer à moi un petit univers sécurisé si j’ai suffisamment d’espace pour le faire (argent, travail, sécurité physique). Je continuerai donc -évidemment- à participer aux luttes féministes, à m’en faire l’avocate et à publier les informations qui les concernent. Ainsi, début janvier dans plusieurs villes de France, sont organisées des manifestations de soutien aux espagnoles (après celles organisée par plusieurs assos fin décembre à Paris). Et l’association Osez le féminisme a lancé pendant les fêtes une campagne pour essayer de faire bouger les femmes (car trop souvent il n’y a que les militantes qui se manifestent).

Je ne me résignerai pas non plus à penser que le système patriarcal est trop fort et que je ne peux rien à titre individuel parce que la conscience collective est trop loin d’un monde juste. Bien sûr qu’il est trop fort, bien sûr que la conscience collective, pétrie d’individualisme économique et de culture du viol est très loin d’un monde à l’endroit. Mais ce n’est pas une raison. Je ne me résignerai pas à penser qu’il est vain de tendre la main à une victime, d’obtenir une modification législative pour faire reconnaître les victimes comme telles et désigner les coupables, même si leur pénalisation est bien faible (abolition/clients prostitueurs), je ne penserai jamais que l’expression de son ressenti par une victime n’est pas digne d’écoute ou d’intérêt, je ne me résignerai pas à considérer que femmes et petites filles n’ont aucune latitude et qu’elles ne seraient donc pas redevables de leur choix, ce qui reviendrait d’ailleurs in fine à mettre dans le même sac victimes et bourreaux.

A cet égard, j’ai envie de vous parler d’une des choses que j’ai retenues de l’intervention d’Hélène Romano, docteure en psychopathologie, psychologue clinicienne et psychothérapeute au colloque de l’Association mémoire traumatique et victimologie en novembre à propos des violences commises contre les enfants et les bébés, et qui m’a paru essentielle. En tant que féministe, en tant qu’aidante, en tant que personne qui veut remettre à l’endroit, nous devons avoir une vigilance et une remise en cause de nos pratiques de tous les instants, pour essayer d’être toujours (ou aussi souvent que nous y parvenons), au plus juste : ainsi, lorsqu’un enfant, disait-elle, exprime que ça ne va pas, s’il s’estime n’être rien et ne rien faire de bien, alors qu’à l’évidence la personne en face ne pense pas cela, il ne suffit pas de lui dire : « ça va aller », l’effet risque d’être sidérant : il s’évertue à vous dire que ça ne va pas et vous voudriez lui dire ça va aller sans rien changer, d’autant plus qu’il vit ou a vécu des choses intolérables. Mais il ne suffit pas non plus seulement de dire : « mais non, tu n’es pas rien ou nul ». Car le ressenti qu’il ou elle exprime est bien tel, et il ne peut que ne pas comprendre pourquoi on lui dit le contraire. En revanche, l’aidant professionnel peut alors essayer de demander à l’enfant d’expliquer pourquoi il ressent cela, de creuser l’origine du ressenti, c’est-à-dire vraiment écouter la personne qui est en face de lui à ce moment là.

Pour moi, il y a dans cette simple démarche, de quelques professionnels engagés au quotidien et sur le terrain aux côtés des victimes, même si parfois elles n’ont pas le « discours féministe » le plus orthodoxe, toutes les raisons de l’espoir, toutes les graines de la force pour lutter contre l’obscurantisme et la morosité. Elles et ils (etPatagonie2013 je pourrais prendre d’autres exemples dans plein d’autres organisations, au sein du féminisme ou ailleurs)  sont les justes d’aujourd’hui, et font la même chose que celles et ceux qui pendant les guerres ont risqué leur vie, la risquent encore ou risquent bien-être ou carrière pour sauver un enfant, une femme, un être humain. Leur action vaut tous les discours et est un guide, en espérant que les graines de justice qu’elles plantent puissent, à un moment donné, grandir et se développer, servir de référence pour redonner au monde sa cohérence. Il faut aussi qu’elles et ils se protègent, trouvent des moments de répit, et reçoivent reconnaissance et soutien. En 2014, je ne sais pas à quelle fréquence je vais écrire sur ce blog, mais je sais que j’aurai envie de parler des personnes qui oeuvrent dans tant de domaines (violences faites aux femmes et aux enfants, aide aux personnes en difficulté et âgées, …), parce que ce sont elles qui nous permettent, au quotidien, de lutter contre la morosité, et de porter l’espoir.Sandrine GOLDSCHMIDT

PS : Pour finir, je mets en lien les voeux d’Ariane Mnouchkine, qui nous offre l’espoir d’ouvrir un grand chantier, de lutte contre la morosité..

Merci à L. pour la photo des nuages