Sommaire des articles par thèmes

Récemment, on m’a dit qu’il n’était pas forcément simple de retrouver d’anciens articles sur A dire d’elles.
Alors, pour pouvoir le faire, il y a plusieurs possibilités – choisir en cherchant dans les catégories, avec un peu de chances, ça peut se trouver. Si vous vous souvenez du thème, taper le thème ou des mots-clés possibles et A dire d’elles -je fais moi-même souvent comme ça. (Par exemple, si vous voulez voir ce que j’ai écrit sur les monologues voilés, vous tapez monologues voilés a dire d’elles et vous tombez dessus direct).

Ou consulter cette page, que je choisis de faire aujourd’hui, pour répertorier les articles qui me semblent le plus susceptibles d’être recherchés. En plus, en cliquant sur les liens, ils s’ouvriront -enfin- dans une nouvelle fenêtre !

1-Violences sexistes faites aux femmes et aux enfants :

Génocide

Et si on disait stop au génocide des femmes ?

To be or not to be…Hitler

Egalité maintenant oui, mais aussi liberté et Humanité !

a-dire-delle-la-carte-didentite/

Manipulation anti-féministe et faux féminisme

La rhétorique du moi universel

Renversement

Badinter, Caubère et le backlash

Les « pros » de la manipulation rhétorique

Moi, en jupe le 25 novembre, non, merci!

La torture ça n’est pas esthétique, ni esthétique, encore moins subversif

Que penser des slutwalks ?

Viol

Les enjeux du traitement judiciaire du viol

L’auteur n’est ni un monstre ni un malade. C’est la société qui est malade

il-y-a-35-ans-le-manifeste-feministe-contre-le-viol/

Rien, jamais, ne justifie le viol

A la maison ou dans la rue, non, c’est non !

Le manifeste contre le viol 2010

sus-au-verrou-de-la-domination-masculine/

A signer et à relayer (association mémoire traumatique et victimologie)

Les conseilleurs ne sont pas les payeurs


Présumé non-consentement ?

Ce qui est sûr c’est que le présumé consentement n’existe pas

Quand une femme est agressée, le doute n’est pas permis

Liberté sexuelle et limites
Messieurs, vous ne vous socialisez pas, vous vous déshumanisez !

Violeur récidiviste ou présumé innocent ?

Il faut que ça cesse !

Fini de rigoler…

La petite fille au bout du chemin

Pas de justice, pas de paix

Pas de justice, Pas de paix !

Pas de justice, pas de paix : manifeste

Revue de presse suite à l’abandon des charges

Sortie d' »un troussage de domestique »

Pour l’abolition de la violence sexuelle, pas de la victime

Viol et agressions sexuelles, changer la loi, changer le monde

Je soutiens la maternité des Lilas et Tristane Banon

Videos Tristane Banon se rapproche des féministes

Videos Tristane Banon à Violette and co première partie

Que faire pour créer, innover et continuer la lutte ?

Autre revue de presse

Violence patriarcale, sexisme « ordinaire » et hypersexualisation

Après son agression, Rayhana s’exprime

Faites-vous peur aux femmes ?

Joli monde…à l’envers

Ma journée de sexisme ordinaire

Minis-lolitas, disent-ils, maxi-colère

Quand mon minou est tout doux

Le sport, c’est pas un truc de gonzesses !

Les Monsieur Madame

Femmes au volant ?

Les femmes, ce quart de l’humanité…dans les médias

Ce noir désir d’euphémisme et d’oubli

Inceste et pédocriminalité

De la douceur, pour les enfants

Pour l’imprescriptibilité des crimes sexuels contre les mineur-es

Des livres et un livret salutaires

Le silence détruit ! il est politique

Diaporama manif glacée

Prostitution

Une résolution et un discours entendus

Abolition, nous ne baisserons plus le front

Abolition 2012, oui !

Pour une vraie politique contre la traite des êtres humains

Payer pour un rapport sexuel, c’est l’imposer

L’imposture !  le mot de la réalisatrice Eve Lamont

Que sommes-nous, sans espoir ? Rebecca Mott

La liberté de dire NON

Les travailleur(r)ses du sexe

Le biais du débat sur les « aidants sexuels »

Blog et manifeste

Vu de Berlin : soleil et magazines féministes

Carton rouge à Amsterdam

Triste monde, et résistance (texte de Claudine Legardinier)

Lutte contre les violences sexuelles : ressources

« Was you ever bit by a dead be(e) »

Affaire Polanski

Cartons rouges

Carton rouge aux César

Pourquoi Polanski aurait dû refuser son César…

Pas à vendre et journalisme

Sexualité-corps

Jouir sans entrave, mais sans désir ?

Dire, être et jouir

Petit manuel de sexologie : pour les sexologues ?

La GPA, pour ou contre ?

La GPA, suite, et contre !

Un ruban rouge autour de ma maison

2-Histoire féministe et lesbienne

Les femmes dans tous leurs états

Le féminisme n’est pas un isme comme les autres

Qui trompe-t-on ici ?

Mille ans en un demi-siècle ?

La côte d’Adam, l’uterus d’Eve

Se dire lesbienne, de Natacha Chetcuti

Chansons

Il faut que ça s’arrête !

Liberté sur vos fronts (tous)

Pour en finir avec l’amour fou !

Donna, donna, donne

Les 40 ans

Dans la rétrospective féministe des 40 ans, vous trouverez l’essentiel des liens des 40 ans, alors je ne les remets pas tous…

Prolétaires de tous les pays, qui lave vos chaussettes ?

40 ans de MLF, 100 ans de 8 mars…

3-ECONOMIE

Bonne bo-bonne à tout faire

Des hommes aux tâches ménagères !

A propos de la richesse et du bien-être

4-POLITIQUE moyens des luttes, manifestations

Merci pour les commentaires (de la part d’une enquiquineuse)

Que faire ?

Rage et des espoirs

6 novembre : pour l’hôpital public et le droit à l’IVG

manif du 5 novembre 2011 + photos de la manif et revue de presse

Un autre genre de télévision

Le 25 novembre en photos

videos de la manif du 5 novembre

5-CINEMA, DOCUMENTAIRE, politique ou non

L’art d’aimer les navets sexistes

Femmes en résistance 2011

Résister à la bêtise, et... Femmes en résistance 2010

Retro du cinéma d’A dire d’elles 2010 (dedans vous aurez les liens vers les autres..)

La reine des pommes

Shrek et Fiona, la belle équipe

Sisterhood is powerful

6-PHOTOS

Entre brouillard et lumière

Automne et changement d’heure

Le plus bel arbre du Bois de Vincennes

Paris, la vie, l’automne

7_ DIVERS

Papirosn et tango yiddish

Publicités

17 réflexions sur « Sommaire des articles par thèmes »

  1. Entendu pendant un soundcheck de la part de 2 ingés son  » Alors il y a 4 micros chanteurs c’est ça, donc c’est quatre musiciens ok, donc la pour le premier chanteur on va faire la voix ok, dac, ok donc pas d autres musiciens? etccc…. » Petite précision nous sommes 4 femmes dans le groupe! .

  2. dans la série Chuck qui se distingue par sa stupidité, par un usage immodéré de la violence toujours présentée comme banale et par des ralentis sur les culottes des actrices en dessous de leurs jupes, une des héroïnes est une espionne. Lors d’un épisode, elle doit jouer la femme du héros de service (un demeuré absolu) qui lui dit alors qu’elle cuisine « attention tu pourrais devenir une vraie femme »..

  3. Dans la série, on remet une couche pour ne pas oublier qui sont les hommes et où sont les femmes : « Avatar » un condensé de clichés et d’injonctions visant à bien ancrer femmes hommes dans la hiérarchie politiquement correcte et rassurante (pas pour tout le monde bien sûr)… En vrac … Non, j’allais lister … Bin non, ce serait trop long … Petit jeu : regarder ou re regarder ce film (ahhhh très beau esthétiquement) et décrypter : les personnages, les petites phrases, les comportements de chaque personnage, les bons les méchants, etc etc. Je trouve que ce film est un résumé de qui sont les hommes et les femmes et de ce qu’ils doivent faire ou ne pas faire. Malgré l’emballage moderne j’y vois les mêmes repères qu’il y a un siècle. Au cas où la nouvelle génération aurait eu des envies d’égalité homme femme, les clichés de ce film tendent à les recadrer. Allez, on va me taxer de féministe aigrie ;-). Non non, je suis juste réaliste. J’ajouterai que je me demande même si l’armée n’a pas financé une partie du film. Chercherait-elle à recruter ???

  4. À Droupie : bien d’accord, et non, le film n’est même pas très beau. En ce qui concerne l’esthétique aussi, c’est une collection de clichés et de valeurs attendues.

    En fait, le seul moment où il se différencie d’un film type Rambo en ce qui concerne la répartition des rôles, c’est lorsque la pilote prend l’initiative et provoque un retournement de situation en décidant de libérer le héros : dans les films traditionnels, les femmes viennent en aide aux hommes et les aident à réaliser ce qu’ils sont en train de faire mais jamais jamais ne prennent de décisions seules ou n’occasionnent un rebondissement.

    Sur plus de deux heures de film, c’est peu…

    1. A Lulu : n’empêche que les deux femmes indépendantes et passionnées, la pilote et la chercheuse fumeuse, le scénario les fait mourir. Et puis elles n’auraient pu être que de beaux personnages féminins libres ! Non. Le réalisateur (ou le scénariste) leur a donné des caractéristiques masculines pour affirmer leur indépendance, comme çi une femme femme ne pouvait pas être autonome en dehors des attributs mâles et gagneurs. Clic(hés). Clac : nous voilà encore enfermées. 😉

    2. « En fait, le seul moment où il se différencie d’un film type Rambo »

      Heu, Rambo (le premier, hein, les autres c’est de la daube) c’est un bon film qui mérite d’être vu, et qui présente un personnage masculin différent des clichés du.. genre.

  5. Des exemples comme ceux que vous citez sont légions et les mentalités peinent à évouler, c´est désolant ces propose de café du commerce!malheureusement il y a bien pire que les mots blessants de ces boeufs..il y a les actes.Les femmes violées qui de victimes deviennent accusées, les crime dit d´honneur ou les jeunes filles paient de leurs vies leurs choix sentimentaux ou le refus d´être contrainte à se marier sans possibilité de refuser.Même ici en Scandinavie on voit de telles horreurs.
    Le pouvoir des hommes et pire celui des religions ont conditionnés les hommes dans ce sens là.Ce n´est en aucun cas une excuse et votre démarche est légitime…

    1. Oui, et ce blog dénonce aussi toutes ces violences…
      Le sexisme ordinaire est néanmoins à repérer également, c’est lui qui crée un climat de tolérance au sexisme pas ordinaire…et bien trop omniprésent!

  6. Propos de bar ? Non, je ne suis pas d’accord. Oui, les viols, les contraintes, je les vomis. Et en amont il y a ce quotidien qui semble si anodin et qui prépare justement aux viols et abus à l’encontre des femmes, parce que banalisé. Apprendre à repérer les phrases et attitudes ordinaires et à y dire non, pourrait éviter de passer à l’étape supérieure. Alors oui, lister et faire circuler est nécessaire. Aujourd’hui j’en suis convaincue, consciente et à la recherche de toujours plus d’infos. Ce que j’aimerai, c’est atteindre les femmes et les hommes qui ne circulent pas sur internet, qui ne lisent pas les articles, qui ne croisent pas les personnes ayant ce discours. Comment mettre ce genre d’informations à portée du plus grand nombre, de tous les âges et de tous les groupes sociaux, d’une manière la plus impartiale et honnête possible ? C’était juste une question face au constat du concrêt, c’est tout. J’y pense, j’y pense à trouver un moyen simple et efficace pour agir. Je suis preneuse si quelqu’un à trouver et réussit à toucher autour de lui, vraiment.

  7. J’adore les documentaires animaliers, quel est le rapport me direz vous? Car au dire des zoologues, ils ne font jamais d’anthropomorphisme, se sont des professionnels, tu parles!
    Le mot femme n’est pas cité bien sur, pour les autres espèces on dit femelle, femelles dont on minimise l’utilité si possible « difficile, ce sont- elles qui s’occupent le plus souvent d’élever les futures générations » mauvaises mères si non parfaites « selon notre espèce si parfaite » citées comme individus si elles sont dominantes « évitant ainsi le terme femelle dominante… sans parler de Matriarcat »n’oubliant pas de souligner leurs grandes agressivités « mauvaise comme pourrais l’être une femme dominante », pour les males par contre on souligne tailles, forces, dominances et bons pères si présence ou participation à l’élevage des petits. On en oublierait presque que le plus important est la pérennité des espèces…je résume là, mais … ça vous rappel pas quelque chose ?

  8. je suis profondément affligé par les quelques articles que j’ai lu ainsi que les commentaires, uniquement a sens unique, se focaliser sur des événements ponctuels et des abruti(e)s, je suis désolé, mais c’est vraiment trop simple (comparaison entre un bourré et une petit fille…).
    Je crois profondément en l’égalité des hommes et des femmes, c’est de cette façon que j’ai été élevé et bien que nous sommes différents sur des points mineurs nous pouvons et nous devons cohabiter et ceci implique des compromis et d’accepter les différences de l’autre, bref de la tolérance.
    A mon sens ce blog incarne le féminisme a outrance, issu de mauvaises expériences avec les hommes de certaines femmes qui se retrouvent a haïr sans retenue la gant masculine, le fameux effet « c’est tous des connards de toutes façons. » analogue avec son pendant macho : »toutes des putes »
    Avec ces états d’esprits nous finirons indéniablement par vivre les hommes d’un coté les femmes de l’autre avec au milieu un gros mur infranchissable. au moins il n’y aura plus de de problèmes, ni de chiennes de garde, ni de gros beaufs macho.

  9. Tu peux ajouter l’article du Monde intitulé « conseils pour recruter la baby-sitter idéale » datant du 15.08.11 où se tisse en filigrane une formidable démonstration de sexisme par…. une journaliste femme! Le plus drôle? Il faut être abonné pour réagir (payer donc 15euros/mois). Ah la la… le « Progrès » du XXIè siècle!

  10. Au travail, tout le monde regarde le foot. moi j’ai essayé d’éviter, je vois un téléfilm sur Arte sur la reine Victoria. Je me dis, voila quelque choses d’intéressant. Mais en voyant le titre, je commence à déchanter. Cela s’appelle : « Victoria et Albert ». Oui, si on s’intéresse à un des personnages les plus puissants de l’histoire, mais qui est une femme, ce qui intéresse avant tout…c’est sa vie amoureuse !

    Je ne suis pas d’accord avec toi sur ce point. Il existe également un film qui s’appelle The young Victoria. Le titre d’un fim importe peu, c’est le traitement du sujet qui importe.
    D’autant plus que Victoria était la reine d’un royaume extrêmement puissant à l’époque mais elle était aussi et surtout un excellent sujet pour un film d’amour. Elle a beaucoup intéressé, même à l’époque, parce que c’était une femme qui aimait et avait choisi et imposé un mariage d’amour. Les rois ont rarement été amoureux d’une seule femme et ont rarement pris des décisions politiques en couple. Victoria fut indissociable d’Albert. Il suffit de visiter leur maison sur l’Ile de Wight: leurs bureau sont côte à côte car ils travaillaient ensemble. Victoria et Albert est au contraire un titre presque féministe (homme et femme sur un pied d’égalité, ou presque… )
    😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s