Réalités de la prostitution : la violence des clients

M50On entend souvent les anti-abolitionnistes dire : « les abolitionnistes » sont responsables de la mort des prostituées. Un comble. Parce qu’on veut pénaliser les clients-prostitueurs, qui sont ceux là même qui exercent la violence, de l’acte sexuel imposé et contraint par l’argent, plus de toutes les violences qu’ils s’autorisent avec ce « permis de violer » .

Ainsi, on entend beaucoup parler du meurtre d’une prostituée suédoise par son conjoint, qui « serait le résultat de la politique abolitionniste suédoise ».

Ce qu’on ne dit pas, c’est qu’en 15 ans (depuis que la loi qui pénalise les « acheteurs de femmes » a été votée), une seule prostituée a été assassinée, et qu’en plus c’est dans le cadre d’une affaire de violence conjugale. Ce qu’on ne dit pas, c’est qu’en 30 ans aux Pays-Bas, pays réglementariste, plus de 120 meurtres de personnes prostituées ont eu lieu , (1983-2013) :http://www.dutchnews.nl/news/archives/2013/05/cold_case_team_identities_poss.php]

Ce qu’on ne dit pas, c’est qu’en France aujourd’hui, les clients-prostitueurs, sont les coupables d’une violence extrêmement fréquente sur les personnes prostituées, comme le montre l’actualité des derniers quinze jours (Ainsi, le Mouvement du nid lance une alerte (voir ci-dessous).

Et qu’il n’y a qu’en les pénalisant et les responsabilisant, que la situation pourra changer. Il n’y a qu’en s’attaquant à la demande que la lutte contre le proxénétisme pourra avoir de l’effet pour démanteler les réseaux. Sinon, on en démantèlera un, aussitôt un autre se constituera.

Ce qu’on ne dit pas, c’est que tout cela n’est possible que parce que les « clients » sont des hommes qui considèrent les femmes comme des produits/objets à leur disposition, comme l’expliquent Claudine Legardinier dans leur enquête, première du genre, sur les prostitueurs,  « la prostitution constitue une ouverture de droits sur le corps dautrui, notamment féminin, en entérinant dans les esprits lidée quil sagit dun produit disponible que tout homme peut légitimement sapproprier ».[Claudine LEGARDINIER et Saïd BOUAMAMA, Les clients de la prostitution. Lenquête, Paris, Presses de la Renaissance, 2006.]

 

ALERTE DU MOUVEMENT DU NID – FRANCE

Voici la terrible réalité de la prostitution, illustrée par 15 jours de « faits divers » (du 20 juin au 4 juillet seulement !)

– A Clichy-la-Garenne, un « client » tue à coups de couteau une escort girl juste après avoir quitté sa femme (03/07/14)

– A Torcy, deux adolescentes de 14 et 16 ans contraintes à la prostitution subissent les agressions sexuelles de 40 « clients » (26/06/14)

– A Paris, une prostituée chinoise finit par dénoncer les proxénètes qui l’exploitaient et la torturaient (21/06/14)

– A Mulhouse, deux CRS sont condamnés pour avoir violé une prostituée roumaine en situation irrégulière (20/06/14)

 

Présent dans 32 départements auprès de 5000 personnes prostituées chaque année, et témoin au quotidien de faits similaires, le Mouvement du Nid demande l’inscription à l’ordre du jour du Sénat, et l’adoption immédiate, de la proposition de loi renforçant la lutte contre le système prostitutionnel.

 

Notre association documentera sans relâche ses faits et dénoncera le cas échéant la complicité de ceux qui refusent de mettre fin à l’impunité des exploiteurs prostitueurs (proxénètes et clients).

 

3 juillet 2014 (le Parisien) : un client régulier de la prostitution tue à coup de couteau une « escort-girl » à Clichy – la – Garenne

«Il a notamment expliqué s’être acharnée à coups de couteau sur cette prostituée, de nationalité dominicaine et qui était âgée de 32 ans, alors qu’il venait de quitter sa femme, révèle un proche de l’affaire. Il semblait fréquenter de nombreuses prostituées».

http://www.leparisien.fr/hauts-de-seine-92/clichy-la-garenne-le-meurtrier-presume-d-une-escort-girl-interpelle-03-07-2014-3974819.php à

26 juin 2014 (RTL) : deux adolescentes fugueuses de 14 et 16 ans contraintes à la prostitution par des proxénètes à Torcy

« Sa fille de 14 ans lui a raconté avoir été « livrée » pendant 5 jours à la prostitution par plusieurs jeunes hommes lors de sa fugue. « Une quarantaine de clients se sont succédé pendant cinq jours dans cet hôtel (…) dans lequel ces deux jeunes filles étaient retenues », confie une source policière au quotidien régional. « Les prestations sexuelles étaient tarifées entre 200 et 250 €. Ces deux adolescentes étaient toujours sous la surveillance de deux des trois proxénètes ».

http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/torcy-deux-ados-fugueuses-contraintes-de-se-prostituer-7772882406

21 juin 2014 (Le Parisien) : un réseau de prostitution chinois démantelé à Paris

« Coups, tentative d’étouffement avec un oreiller, brûlures de cigarettes. Elle se plaint également que son argent lui est confisqué. La victime explique que son supplice est orchestré par une femme, avec la participation de trois hommes de main, tous de nationalité chinoise. »

http://www.leparisien.fr/paris-75/paris-demantelement-d-un-reseau-de-prostitution-chinois-7-personnes-ecrouees-21-06-2014-3941895.php

20 juin 2014 (RTL) : le calvaire d’une prostituée roumaine violée par deux CRS

« Elle était en situation irrégulière et vous l’avez utilisée comme un objet sexuel dont on pouvait se servir gratuitement »

http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/le-calvaire-d-une-prostituee-roumaine-violee-par-deux-crs-7772768583

 

L’abolition en marche : bravo à la DDF du Sénat, et au Canada

abolitionloiDe bonnes nouvelles pour la transformation de notre monde en un monde plus humain ces derniers jours : depuis que la France a voté la loi d’abolition à l’Assemblée nationale et s’apprête à le faire au Sénat, on dirait que la politique abolitionniste a fait des émules à travers le monde. Ainsi, l’assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe a voté une résolution abolitionniste de type modèle suédois -c’est une petite révolution- et le Parlement européen a adopté une résolution  (rapport Honeyball) qui recommande également une politique abolitionniste qui s’attaque à la demande. Cette semaine, c’est le Canada, conseillé par Jimmy Carter, prix Nobel de la paix et ancien Président des Etats-Unis qui a clairement pris position pour le modèle suédois, qui a présenté une loi d’abolition du système prostitueur qui protège les victimes et pénalise (amendes et peines de prison) les clients-prostitueurs-violeurs.

En France donc, on attend pour bientôt l’inscription à l’ordre du jour du Sénat de la loi de renforcement de la lutte contre le système prostitutionnel : en effet la loi fait partie (même si elle est d’initiative parlementaire) des avancées citées par le premier ministre Manuel Valls au sommet mondial des femmes à Paris, selon ce tweet de Claire Chahnez-Schmitt, de la délégation aux droits des femmes de l’Assemblée nationale.

Pour cela, la Commission spéciale du Sénat est en train de terminer ses travaux et rendra son rapport début juillet.

Mais déjà hier, la Délégation aux droits des femmes du Sénat, avec à sa tête Brigitte Gauthier-Morin, s’est réunie et a voté largement en faveur du rapport de Brigitte Gauthier-Morin favorable à la loi tout en l’assortissant de recommandations très pertinentes ! C’est une très bonne nouvelle, voici le communiqué de presse !

Communiqué de presse 
Paris, le 5 juin 2014 

« Prostitution: la plus vieille violence du monde faite aux femmes» un rapport et 11 recommandations adoptés par la Délégation sénatoriale. 

La Délégation sénatoriale aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les hommes et les femmes, a examiné le rapport présenté par Mme Brigitte Gonthier-Maurin (CRC, Hauts-de-Seine), présidente, sur la proposition de loi (n° 207, 2013-2014), adoptée par l’Assemblée nationale, renforçant la lutte contre le système prostitutionnel.

La délégation a considéré que la prostitution est avant tout une violence qui s’exerce contre les femmes, qu’elle ne saurait être considérée comme un métier et que le débat sur la prostitution pose, en réalité, la question de l’égalité entre hommes et femmes.

La délégation a assorti le rapport de onze recommandations, parmi lesquelles :

– l’adoption des dispositions de la proposition de loi concernant la pénalisation de l’achat d’actes sexuels et la responsabilité des acheteurs ;

– l’abrogation du délit de racolage ;

– l’attribution de moyens suffisants et pérennes au financement du parcours de sortie de prostitution ;

– l’accompagnement et la formation des associations qui participeront à sa mise en œuvre ;

– l’élaboration d’une circulaire du garde des Sceaux concernant la qualification de traite des êtres humains.

La délégation souhaite également, dans une logique de prévention, renforcer la sensibilisation à l’égalité entre hommes et femmes dès le plus jeune âge. Dans cet esprit, elle souhaite que l’égalité entre les hommes et les femmes s’insère dans les programmes d’enseignement de l’école, du collège et du lycée et dans toutes les disciplines.
Elle recommande également la généralisation des ABCD de l’égalité à tous les enseignants du primaire (maternelle et élémentaire) et du secondaire, ce qui suppose que la formation initiale et continue
des enseignants comporte obligatoirement cette dimension.

 

 

Abolir le système prostitueur, c’est oeuvrer pour les personnes prostituées

abolitionloi
268 voix pour l’abolition à l’Assemblée nationale, le 3 décembre 2013

Votée début décembre à l’Assemblée nationale, la loi pour le renforcement de la lutte contre le système prostitutionnel devrait être examinée au Sénat avant l’été. Les travaux de la Commission spéciale qui la prépare doivent se poursuivre (Danielle Bousquet a déjà été auditionnée en février). Le Sénat recevra ce mercredi à 11h30 le STRASS et ACT-UP deux associations anti-abolitionnistes. Ensuite, seront reçues à 14h30 Rosen Hicher et Laurence Noëlle, survivantes de la prostitution favorables à la loi, deux militantes infatigables et courageuses qui, par leur volonté de témoigner pour que d’autres puissent ne pas avoir à vivre ce qu’elles ont vécu, ont eu à mon avis un rôle déterminant dans l’adoption de la loi, et la compréhension par la société française de ce qu’est la prostitution.

Ces derniers mois, après le vote de la loi, le discours de ses adversaires s’est concentré sur l’idée que les personnes prostituées seraient en danger du fait que les clients-prostitueurs, ces hommes qui leur font subir chaque jours des violences répétées et inouïes, ne seraient plus autorisés à les payer pour en faire ce qu’ils veulent…les violer, les humilier, les frapper, etc..

Il est donc à nouveau nécessaire de diffuser le plus largement possible un discours fondé sur la réalité et non d’alimenter les fantasmes d’une « prostitution choisie » qui serait source d' »empowerment » (affirmation et accomplissement de soi) et vaudrait mieux que de ne pas y être. La prostitution revendiquée choisie, que je définirai pour ma part comme la prostitution revendiquée par des personnes qui affirment que si elles voulaient elles pourraient faire autre chose, concerne une infinie minorité de personnes. Sans compter que toutes les études, témoignages et documentations sérieuses expliquent que les personnes prostituées, prises dans les violences quotidiennes insoutenables, ont revendiqué à un moment ou un autre qu’elles faisaient ça par choix. Mais dès qu’elles ont pu sortir de la toile patriarcale aux fils très collants, elles ont interpellé, en particulier des féministes, pour expliquer que franchement, elles avaient été bien naïves de les croire. Quant à l’immense majorité des personnes prostituées, prises dans des trafics ou des situations de violences terribles, en majorité immigrées, pauvres, femmes, enfants, sont-elles représentées par celles et ceux qui revendiquent le « libre choix » ? Prennent-ils la parole pour les défendre ? Leur laissent-ils la parole ?

DSCF6161Rappelons donc quelques réalités importantes :

1/ La prostitution est une violence inouïe faite à l’être humain, et en particulier aux femmes et aux enfants puisqu’ils sont l’immense majorité des victimes. Pour vous en parler, je publie le lien de la tribune des médecins et professionnels de santé parue dans Le Monde en fin d’année dernière, parmi lesquels Axel Kahn et Muriel Salmona :

Ce sont les acheteurs de sexe qu’il faut pénaliser

Et l’ensemble des témoignages parus en novembre : 30 jours, 30 témoignages

2/ Là où l’abolition de la prostitution a été mise en place, la situation des personnes prostituées n’empire pas. Au contraire. Elles ont enfin un recours contre la violence des hommes-prostitueurs, et elles savent que la société est de leur côté. On comprend bien que faire croire le contraire est vital pour ceux qui veulent que la prostitution perdure. Car en effet, reconnaître cette évidence, implique que les personnes prostituées ont enfin accès à leurs droits fondamentaux d’êtres humains. Comme il est fondamental que ceux qui veulent pouvoir continuer à violer des femmes et des enfants en toute impunité laissent croire à leurs victimes que si elles parlent, personne ne les entendra. Ici, la loi menace ce silence imposé.

Il faut donc diffuser largement les effets réels d’une loi d’abolition du système prostitueur :

Abolition de la prostitution : pourquoi la Suède est un bon modèle

3/ Enfin, il y a un risque réel : c’est qu’à trop dire « ça ne marchera pas de toutes façons » et ce sera pire, c’est que personne n’y croie et ne se donne les moyens que ça marche. Mais c’est sans compter sur ce que sont les militants et militantes abolitionnistes, en particulier celles et ceux, qui comme au Mouvement du Nid ou à l’Amicale du Nid, aident au quotidien les personnes prostituées. Ce sont seulement des personnes qui refusent la fatalité et l’idée ambiante que rien ne peut changer (celle qui sert si bien le patriarcat et le capitalisme), qui font le pari que si l’on ne croit pas que le monde peut s’améliorer, alors ce n’est pas la peine de le vivre. Des utopistes oui, mais au sens le plus concret du terme : elles croient que vivre mieux est possible. Ce sont enfin des personnes qui font le pari que la vie d’une personne prostituée, d’une femme, d’un enfant, vaut la peine qu’on y consacre toute son énergie militante. Et que ça va marcher. Donc oui, il faudra des moyens pour pouvoir accompagner les personnes prostituées et ce ne sera pas toujours facile. Mais les militantes et militants abolitionnistes ne s’imaginent pas que leur travail s’arrêtera après le vote de la loi. Ils et elles ont plus que conscience que c’est là que tout commencera : il faudra rendre réel le signe fort qu’aura donné l’Etat aux personnes prostituées qu’enfin, elles sont considérées comme des êtres humains.

S.G

PS : n’hésitez pas à diffuser également le Scoop.it que j’ai constitué « Abolition 2012 » avec articles et tribunes parus : http://www.scoop.it/t/abolition2012

dwo

Un enfant n’est jamais consentant

pdjpdpx.pngAujourd’hui, le Collectif féministe contre le viol a lancé une campagne importante pour la lutte contre l’impunité de l’inceste, en insistant sur ses ravages et sur les insuffisances de la loi.

Avec des arguments percutants :

-un enfant n’est jamais consentant

-Le viol par inceste est toujours (au sens de dans tous les cas) un crime 

-Il faut donc que la loi soit changée et ne prenne plus en compte la définition traditionnelle du viol qui affirme que le viol est un acte de pénétration « par force, surprise, menace, contrainte ». Il faut que ces 4 notions n’entrent pas en compte. Que tout simplement, toujours, le viol par inceste soit un crime.

En ce qui concerne ce dernier point, une petite explication du pourquoi oui, c’est indispensable, et devrait d’ailleurs à mon avis être étendu plus largement à tous les viols sur mineurEs, me semble nécessaire.

1/ Que dit la loi ?

En ce qui concerne les mineurEs, le code pénal ne définit la majorité sexuelle que dans un article sur l’atteinte sexuelle (227-3)et de la façon suivante :

« Le fait, par un majeur, d’exercer sans violence, contrainte, menace ni surprise une atteinte sexuelle sur la personne d’un mineur de quinze ans est puni de cinq ans d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende

Et rien de plus. Il n’y a pas de définition du viol sur mineur. On pourrait donc, s’il n’y avait QUE cet article, conclure qu’un viol sur enfant serait puni comme une atteinte sexuelle, donc de 5 ans d’emprisonnement…

Heureusement, cela n’est -en théorie- pas tout à fait comme cela que ça se passe : car il existe un crime de viol défini comme « tout acte de pénétration sexuelle obtenu par violence, contrainte, menace ou surprise », et pour lequel il existe des circonstances aggravantes :

  • lorsqu’il est commis sur un mineur de quinze ans ;
  • lorsqu’il est commis sur une personne dont la particulière vulnérabilité, due à son âge, à une infirmité, à une déficience physique ou psychique ou à un état de grossesse, est apparente ou connue de l’auteur ;
  • lorsqu’il est commis par un ascendant naturel ou adoptif ou par toute autre personne ayant autorité sur la victime-
  • (et d’autres cas mais je ne prends que ceux ici qui concernent les mineurEs)

Il est alors puni de la peine maximale pour crime de viol, soit 20 ans de prison. Pourquoi demander plus ?

2/ Dans les faits

En réalité, et c’est là que le CFCV a raison, le viol sur mineur est donc dans ce cas défini comme « sans violence, contrainte, menace ni surprise ». Il laisse donc la possibilité de plaider le consentement de la victime, puisque le viol est défini à part des atteintes sexuelles (alors que l’agression sexuelle est définie comme une atteinte sexuelle).
C’est donc là qu’il y a un manque flagrant qui laisse la porte ouverte à trop de ces faits d’in-justice qui nous révoltent si souvent, où les peines sont soit incroyablement faibles quand il s’agit d’enfant de moins de 12 ans, ou quand lorsqu’il s’agit d’une jeune fille de 13 ans, on invoque « qu’elle en a exprimé le désir » (enfin, c’est le criminel qui le dit en général et c’est parfois suivi par les juges), invoquant le consentement là où il n’y a pas de sujet.

Donc, oui, évidemment, il faudrait une définition du crime de viol sur mineur de 15 ans !

Mais suffit-il de parler d’inceste ?

En effet, une loi en 2011 avait inscrit une définition de l’inceste et en faisant un crime aggravé. Sa définition en a été jugée trop imprécise par le Conseil constitutionnel : elle ne limitait pas l’inceste à la famille de sang, et par exemple une personne qui avait l’autorité temporaire sur l’enfant (concubin d’une tante par exemple) rentrait dans cette définition, ce qui a fait polémique. Et depuis, rien n’a été fait.

Alors certes, cette enquête met un focus sur l’inceste, et c’est fondamental, puisque c’est ce crime qui reste le plus tabou, le moins puni et le plus fréquent, et celui qui fait le plus de ravage, et détruit des vies avant même qu’elles n’aient commencé (voir les chiffres dans le dossier de presse). Mais c’est sur l’ensemble des atteintes, agressions sexuelles et viols sur mineurEs qu’il faut changer les choses. On ne peut à mon avis seulement mettre en avant l’inceste, car on écarte le voisin, l’inconnu, « l’ami de la famille »…qui lui reste sous le coup de la définition du viol aggravé, alors qu’il n’y a pas plus consentement.

Pourquoi alors ne pas créer une définition du viol sur mineur qui précise l’évidence : puisqu’il n’y a pas consentement avant 15 ans, il y a donc viol dans tous les cas, et c’est donc un crime qui doit être jugé aux assises dans tous les cas et puni de 20 ans ! Et on enlève les notions ici sans objet de violence, surprise, menace ou contrainte.

Et y ajouter -peut-être- (je soumets ceci à la réflexion) une circonstance aggravante d’inceste, quand le criminel a non seulement autorité mais devoir de protection parental et familial, en en rédigeant une définition suffisante (je ne suis pas spécialiste de la question, du coup ma définition ici n’est pas à prendre au mot près mais comme un élément, parmi d’autres certainement) ? Mais plus que la circonstance aggravante, c’est l’impossibilité de maintien de toute forme d’autorité parentale qui doit être décidée (ce que demande d’ailleurs le CFCV), ainsi que la prise en charge à vie des soins aux victimes.

Je rejoins par ailleurs le CFCV dans sa demande d’imprescriptibilité des crimes sexuels contre les mineurEs, et ses autres revendications.

Image 2

Un mot encore sur une formule qui peut malheureusement prêter à confusion au sein d’une campagne si importante. L’inceste est toujours un crime/ Changeons la loi. Certains au premier regard comprennent qu’il faut changer la loi pour que l’inceste ne soit plus un crime. Alors que bien sûr il faut comprendre changeons la loi pour que l’inceste soit toujours jugé pour ce qu’il est, un crime ! Encore une fois, on se fait souvent piéger par nos campagnes de communication.

Et enfin, une note un peu pessimiste…malheureusement, si seulement la justice avait l’heur d’entendre la réalité de ce qu’est le crime de viol, et de ce qu’il provoque comme souffrance souvent toute la vie aux enfants, aux femmes, à tous les humains qui les subissent, cela serait une évidence. Mais aux enfants encore plus, oui, lorsqu’ils sont à la fois enfants et victimes de bourreaux. Si la société dans son ensemble remettait en question la façon si répandue d’élever les enfants à l’envers, en retournant systématiquement la culpabilité sur eux et en mettant sur leur chemin tant de souffrances, on n’aurait pas besoin de toujours, changer les lois…

Le travail de sensibilisation est donc bien ici aussi très important, en faisant connaître et reconnaître cette réalité, cette souffrance, pour qu’à un moment donné, on, la société dans son entier, et ses institutions, cesse de la tolérer, de fermer les yeux. Il faut donc changer la loi, mais aussi les pratiques patriarcales d’un monde où l’on préfère les dominants -hommes et pères violeurs de femmes et enfants- aux victimes.

Pas de justice, pas de paix !

Sandrine Goldschmidt

Lettre ouverte à François Hollande Abolition du système prostitueur : la loi !

111 associations qui accueillent et accompagnent chaque année des centaines de milliers de femmes victimes de violences, notamment des femmes en situation de prostitution, rendent aujourd’hui publique une lettre ouverte à François Hollande.

La lettre est ci-dessous et ici
http://lettreouverteabolition.wordpress.com

Vous pouvez la signer, la relayer et l’envoyer à votre député-es,

Monsieur le Président,

Vous vous êtes exprimé à plusieurs reprises depuis votre élection pour affirmer votre volonté de tout mettre en œuvre pour lutter contre les violences faites aux femmes. Nos 111 associations, engagées partout en France pour faire reculer ces violences et soutenir les femmes victimes, vous appellent à transformer vos déclarations en actes.

Fortes de nos expériences multiples, nous vous l’affirmons : il ne sera pas possible de faire reculer durablement les violences sexistes et sexuelles en France tant que nous tolèrerons que s’exerce en toute impunité l’une des plus insupportables d’entre elles : la prostitution.

En ratifiant dès 1960 la Convention des Nations Unies du 2 décembre 1949 puis en adoptant en décembre 2011 une résolution parlementaire réaffirmant sa position abolitionniste, la France a solennellement affirmé que la prostitution constitue une atteinte majeure à la dignité de la personne humaine. Candidat à l’élection présidentielle de 2012, vous avez vous-même réaffirmé que la prostitution constitue non seulement une exploitation de toutes les précarités mais aussi une violence extrême, qui s’exerce en grande majorité sur les femmes les plus vulnérables.

Des dizaines de milliers de personnes subissent chaque jour cette violence sans que les auteurs ne soient ni poursuivis, ni condamnés, ni même responsabilisés. Quel message envoyons-nous aux futurs citoyens et futures citoyennes de notre pays en tolérant que l’on puisse acheter le corps des femmes, exploiter leur situation de précarité sociale pour leur imposer un acte sexuel sans désir ?

Nous ne vous demandons pas de faire disparaître du jour au lendemain un fait social qui existe depuis des millénaires. Il faut du temps et nous y travaillons. Votre responsabilité par contre est d’impulser un mouvement. Monsieur le Président nous attendons de vous que vous engagiez la France, ses citoyennes et ses citoyens dans une démarche de progrès inédite pour notre pays : celle d’affirmer que l’horizon de l’égalité est possible. Pour toutes et tous.

Monsieur le Président, c’est un cri d’alerte que vous envoient nos associations.

Nous travaillons sans relâche, avec des moyens insuffisants, pour prévenir, accueillir, accompagner, ou soigner, informer et former. Nous ne cessons de dénoncer toutes les violences : viol, harcèlement sexuel, violences conjugales, coups, insultes,  mariages forcés,  mutilations sexuelles, prostitution… . Si votre objectif, comme vous l’avez souvent affirmé, est d’en finir avec les violences sexistes et sexuelles, nous comptons sur vous pour faire en sorte que la France adopte une loi pour l’abolition du système prostitueur.

Les associations signataires : Collectif Féministe contre le Viol, Collectif National Droits des femmes, Fédération Nationale GAMS, Femmes Solidaires, Mouvement du Nid, Osez le féminisme, Solidarité Femmes

Osez le féminisme Nice ! (06), Syndicat SUD Santé Sociaux Nice (06), Osez Le Féminisme Aube (10), SOLIDARITE FEMMES (10), Centre Evolutif Lilith (13), Forum Femmes Mediterranée (13), SOS FEMMES 13 (13), SOS VIOL (13), Osez le Féminisme! Calvados (14), Rupture (18), ZONTA CLUB de BOURGES (18), Comité permanent de liaison assoc Abolitioinnistes (21), Comite permanent de liaison des assos abolitionnites (21), CPL (21), Mouvement Le CRI (21), Marche Mondiale des femmes.22 (22), Mouvement Le CRI (24), Bagdam Espace lesbien (31), Collectif Midi Pyrenéées des Droits des Femmes (31), Comité permanent de liaison assoc Abolitioinnistes (31), coordination de la Marche Mondiale des Femmes 31 (31), Femmes de Papier (31), Le CRI 31 (31), mouvement le CRI (31), Mouvement Le CRI (31), Osez le féminisme 31 (31), Zerose (31), Agir Contre les Violences Faites aux Femmes (33), Comité permanent de liaison assoc Abolitionnistes (33), Maison des Femmes de Bordeaux (33), mouvement le CRI (33), MouvementLE CRI Section Gironde (33) (33), OSEZ LE FEMINISME 33 (33), SOLIDARITE FEMMES BASSIN (33), Osez le féminisme 34 (34), PSYC & GENRE (34), PSYC & GENRE (34), ZONTA CLUB de TOURS (37), Osez le féminisme 38! (38), femmes en détresse vignoble nantais (44), Mouvement Le CRI (47), Sortir du Silence (50), Osez le Féminisme 63 ! (63), Mouvement Le CRI (64), Osez le feminisme 67 (67), Mouvement Jeunes Femmes (69) (69), Osez le Féminisme 69 (69), Regards de Femmes (69), Comité permanent de liaison assoc Abolitionnistes (71), Espace Femmes Geneviève D (74), Adéquations (75), Amicale du Nid (75), Assemblée des femmes (75), Centre National d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles (75), Collectif de Pratiques et de Réflexions Féministes « Ruptures » (75), Coordination française pour le Lobby Européen des Femmes (75), Conseil National des Femmes Françaises (75), Elle’s IMAGINE’nt (75), Encore féministes ! (75), EQUIPES D’ACTION CONTRE LE PROXENETISME (75), Feminisme Enjeux théâtre de l’Opprimé (75), Femmes pour le dire, femmes pour agir (75), FIT, une femme, un toit (75), Fondation Scelles (75), Gender Company (75), Grand Chapitre Général Féminin de France (75), Halte aide aux femmes battues (75), Institut de Victimologie (75), Le Planning Familial Paris (75), Libres MarianneS (75), Marche Mondiale des Femmes (75), Mouvement jeunes femmes (75), Mouvement Le CRI (75), Mue Productions (75), Prévenance (75), Prévenance (75), Rajfire (75), Réseau Féministe « Ruptures » (75), resistances de femmes (75), Réussir l’égalité Femmes-Hommes (75), Zonta Club Paris III (75), 82Les efFRONTé-e-s (75), SOS Sexisme (75), Zonta 76 (76), zontarouen reine mathilde (76), Centre de Recherches Internationales et de Formation sur L’Inceste et la Pédocriminalité (78), Le Monde à Travers un Regard (78), ruptures (78), Mouvement Le CRI (79), FEMMES SOLIDAIRES de la Somme (80), Mouvement jeunes jemmes (81), Mouvement Le CRI (86), Centre d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles de l’ Essonne (91), PAROLES de FEMMES (91), L’ESCALE (Solidarité Femmes) (92), Ligue du Droit International des Femmes (92), amicale du Nid 93 (93), Memoire Traumatique et Victimologie (94), Osez le féminisme ! (94), Comité permanent de liaison assoc Abolitionnistes (95), Du Côté Des Femmes (95), ASSOCIATION FEMMES 974 (97), Union des Femmes de la Martinique (97), Voix de Femmes (99),

SIGNEZ LA LETTRE OUVERTE

NON au saucissonage visant à favoriser la thèse du « travail sexuel »

manifslateLe collectif abolition 2012 a envoyé hier au Sénat et à la presse un communiqué de presse expliquant notre position face au travail législatif concernant le système prostitueur.
Le voici, et à télécharger, la note de position du collectif, si vous souhaitez en savoir plus, ici

Proposition de loi « Benbassa » visant l’abrogation seule du délit de racolage
53 associations se prononcent :
CONTRE la stratégie du saucissonnage favorisant la thèse du « travail sexuel » !
POUR une refonte globale, cohérente et transpartisane des politiques publiques en matière de prostitution incluant l’abrogation du délit de racolage !
Paris, le 22 mars 2013
Nos 53 associations de soutien aux personnes prostituées, de lutte contre les violences faites aux femmes et de promotion de l’égalité femmes-hommes sont toutes favorables à l’abrogation du délit de racolage. Elles dénoncent cependant la logique d’abrogation seule du délit de racolage proposée par la proposition de loi examinée au Sénat le 28 mars.
En effet, l’abrogation seule du délit de racolage ne règlera aucunement la question de la précarisation des personnes prostituées. Par ailleurs, elle fragilise quatre années d’efforts associatifs et de travail transpartisan au niveau parlementaire et gouvernemental visant à reconnaître enfin la violence que constitue la prostitution et la nécessité d’adopter des politiques publiques globales et cohérentes en la matière.
Dans ce contexte, et alors que plusieurs travaux parlementaires sont encore en cours à l’Assemblée nationale (délégation aux droits des femmes) et au Sénat (commission Affaires sociales et Délégation aux droits des femmes), la stratégie d’adoption précipitée d’une loi d’abrogation seule du délit de racolage révèle la volonté de mettre à mal la construction d’une politique globale et abolitionniste en France.
La sénatrice Esther Benbassa (EELV) à l’origine de la proposition de loi ne cache d’ailleurs nullement son engagement pour la reconnaissance du « travail sexuel » et contre la pénalisation des clients,  ni son soutien financier, sur sa réserve parlementaire, au STRASS, lobby pro-prostitution qui milite notamment pour la « décriminalisation du travail sexuel » mais aussi contre la reconnaissance de la prostitution comme une violence, contre l’interdiction de tout achat d’un acte sexuel mais aussi pour l’abrogation des lois de lutte contre le proxénétisme[1].
Nos associations rappellent que :
– La prostitution s’inscrit dans une longue tradition patriarcale de mise à disposition du corps des femmes au profit des hommes (droit de cuissage, viol, viol conjugal, harcèlement sexuel) et constitue, en soi, un obstacle à l’égalité.
– La répétition d’actes sexuels jamais désirés car imposés par l’argent et la précarité est, en soi, une violence.
– La marchandisation de l’accès au corps et à la sexualité de l’autre est incompatible avec le respect de la dignité de la personne humaine.
C’est pourquoi, nos associations, tout comme le Rapport d’information parlementaire sur la prostitution en France (2011), insistent sur la nécessité d’adopter enfin une politique globale et respectueuse de l’engagement international abolitionniste de la France. Cette politique devrait s’articuler autour de quatre axes :
I- De véritables alternatives à la prostitution, y compris pour les personnes étrangères.
II- L’ inversion de la charge pénale : une exigence de justice et de protection des femmes !
III- Le renforcement de la politique pénale de lutte contre le proxénétisme.
IV- Une politique ambitieuse d’éducation à l’égalité et à la sexualité, de prévention et d’information.
[1] Positions publiques du STRASS en matière de proxénétisme :
« Cela inclut donc d’abroger les lois sur le racolage et le proxénétisme qui nous empêchent d‘organiser notre travail »
« La pénalisation du proxénétisme est surabondante et ne sert qu’à stigmatiser les travailleurSEs du sexe. L’application du droit commun permettrait le rétablissement des travailleurSEs du sexe dans leurs droits fondamentaux. »
Mouvement du Nid, Fondation Scelles, Amicale du Nid, EluEs Contre les Violences faites aux Femmes, regards de femmes, Assemblée des Femmes, Coordination française pour le Lobby Européen des Femmes, Osez Le Féminisme, Femmes pour le Dire Femmes pour Agir, Conseil National des Femmes Françaises, Choisir la cause des femmes, L’égalité c’est pas sorcier, Femmes solidaires, Clara Magazine, CATW Europe, Réseau féministe «Ruptures», Mémoire traumatique et victimologie, Femmes en résistance, Commission genre et mondialisation d’ATTAC, Solidarité femmes, Le monde à travers un regard, CRIFIP, Association française des Femmes de Carrières Juridiques, Les Trois Quarts Du Monde, Lobby européen des femmes, Espace Simone de Beauvoir, Équipes d’action contre le proxénétisme, Collectif alouette, Collectif Féministe Contre le Viol, L’escale, Mouvement des Jeunes Femmes, Association Contre la Prostitution des Enfants, Collectif National Droits des Femmes, Coordination des Associations pour le Droit à l’Avortement et à la Contraception, Collectif Fièr-e-s et révolutionnaires du PCF, SOS les mamans, CNIDFF, Mouvement national le CRI, Comité permanent de liaison des associations abolitionnistes du proxénétisme, ZéroMacho, Marche Mondiale des Femmes, Zonta Club de France, Association Femmes Libres, Collectif lesbiennes-féministes-ba-ham, Chiennes de garde, CLF, SOS Sexisme, Association FIT une femme un toit, Collectif les moutons noirs, Collectif Encore féministes !, Les efFRONTé-e-s, Réseau Rajfire, AVFT, Fédération National GAMS, MUE, Maison des femmes.

Une belle affiche, il faut aussi le dire !

Parfois, on me reproche d’être trop critique…alors je me dis c’est vrai, quand c’est bien, il faut le dire aussi !

C’est tellement difficile de dénoncer l’oppression sans la reproduire…et lors de l’atelier fait aux dernières rencontres des féministes en mouvement sur les femmes sans tête, ou la représentation des femmes en image, nous nous étions dit : il faut trouver les bons exemples ! N’hésitez pas à m’en envoyer si vous en trouvez d’autres…

Aujourd’hui, voici donc une belle affiche, découverte dimanche à la Mirabal, par le Collectif féministe contre le viol, est un bel exemple de comment le visuel et le message peuvent servir efficacement notre cause.

Voilà pourquoi je pense que cette affiche est bien :

elle s’adresse à la victime de viol sans la culpabiliser. Elle ne la montre pas de face mais c’est tout de même elle qui est dans la lumière. Et regarde vers l’avenir. Ensuite, le message :

Victime de viol
Vous n’y êtes pour rien
Le coupable c’est lui
Il n’avait pas le droit
C’est la loi

C’est simple, clair, précis, cela n’invisibilise pas le coupable, le violeur criminel, cela rappelle la loi. Et cela déculpabilise.
Et pour parfaire les choses, le message en bas : »NOUS POUVONS VOUS AIDER ».
L’association ici remplit son rôle de décharger les victimes de devoir tout faire. On ne leur dit pas, comme trop souvent ces jours-ci : c’est à vous de parler, de briser le silence. Mais on les rassure et on leur donne confiance, qu’elles ne vont pas rester plus longtemps seules.

C’est en fait la racine du message apporté par le Collectif féministe contre le viol et ça fait du bien !

S.G

A lire également :

https://sandrine70.wordpress.com/2012/04/04/un-festival-de-mortes/

https://sandrine70.wordpress.com/2012/04/09/denoncer-loppression-sans-la-reproduire/

https://sandrine70.wordpress.com/2011/06/17/peut-on-representer-les-femmes/

https://sandrine70.wordpress.com/2012/02/01/une-femme-sans-tete-cest-une-morte/

https://sandrine70.wordpress.com/2012/07/09/feterons-nous-labolition-du-systeme-prostitueur-aux-3emes-rencontres-des-fem/

Et du coup, je rappelle le numéro de Viol femmes informations : 0 800 05 95 95

Harcèlement sexuel, viol et meurtre de notre humanité

Les députés ont adopté à l’unanimité et à main levée le texte réinstaurant le délit de harcèlement sexuel légèrement modifié par rapport à la version votée au Sénat.

Le texte doit maintenant passer en commission mixte paritaire et être adopté définitivement le 31 juillet.

Les amendements apportés par l’Assemblée nationale étaient destinés à améliorer le texte suite aux critiques des associations féministes et à l’analyse que l’AVFT a présentée en commission des lois : http://avft.org/article.php?id_article=652

« Est assimilé au harcèlement sexuel le fait, même non répété, d’user de toute forme de pression grave, dans le but réel ou apparent d’obtenir un acte de nature sexuelle »

Les peines sont portées à 2 ans d’emprisonnement et 30.000 euros d’amende, avec plus si circonstances aggravantes.

Je ne suis pas en mesure de donner un avis si cette nouvelle loi est suffisante, la réaction de l’AVFT ne devrait pas tarder.. Mais à partir d’août, un vide juridique gravissime, laissant toute impunité aux agresseurs, va tomber. Ouf. Reste ensuite, à faire que la loi soit appliquée, on espère des autorités judiciaires autant de détermination qu’en a eu la ministre des droits des femmes.

Parce qu’en matière d’impunité des violences sexuelles, tout est encore à faire. 70.000 femmes qui ne portent pas plaintes pour viol, des centaines de miliers de victimes de violences et viols conjugaux, sont toujours abandonnées, maltraitées par les institutions.

Et dans un dernier cas, atroce, mais ils le sont tous, cette  « info » : un homme a tué sa femme, devant ses 4 enfants, parce qu’elle lui a avoué qu’elle avait été violée :

Il s’est ensuite livré à la police, expliquant qu’il « n’avait pas pu supporter » que sa femme ait été violée. Alors, en bon pur produit du patriarcat,
il a ajouté l’horreur à l’horreur, il a disposé d’une femme meurtrie en la brisant comme un objet qui lui appartient et qu’on casse, il a réitéré la négation de notre humanité en prenant la vie là où il estimait qu’elle n’était pas. S’il avait vu en elle un être humain, il aurait eu de l’empathie, il aurait eu peut-être un désir de vengeance, cherchant à tuer le violeur et retournant ensuite sa violence contre lui-même.

Non, encore une fois, il a choisi de participer à l’élimination des femmes qu’avait commencée le violeur, qu’a poursuivie l’assassin.
Pas de justice, pas de paix !

La loi sur le harcèlement sexuel au Sénat le 11 juillet

Voici le communiqué des associations féministes ayant travaillé sur la loi sur le harcèlement sexuel.
Elle passe au Sénat le 11 juillet, les féministes seront dans les gradins, et appellent à un rassemblement place Paul Claudel (angle rue Médicis, à côté du sénat) à une heure (soit 13, soit 18h30, que je repréciserai)

Pour lire une explication complète sur la loi en préparation : http://avft.org/article.php?id_article=649

Et voici le communiqué :
RASSEMBLEMENT

                                    Mercredi 11 juillet –
                                          Place Paul Claudel

                                      Toujours mobilisé-es !

Le projet de loi relatif au harcèlement sexuel sera examiné en procédure
accélérée par le Sénat en séance publique mercredi 11 juillet. Il sera
ensuite transmis à l’Assemblée nationale pour un examen par les
député-es le 24 juillet.

Les associations féministes et organisations mobilisées pour une loi
juste et efficace sur le harcèlement sexuel tiennent à réaffirmer leur
soutien aux analyses de l’AVFT en la matière.

La commission des lois du Sénat, en créant deux délits autonomes – un
délit de harcèlement sexuel et un délit « assimilé au harcèlement sexuel
» – punis des mêmes peines (2 ans d’emprisonnement), a pris en compte la
critique formulée sur la hiérarchisation entre deux « formes » de
harcèlement sexuel.

Cependant, le délit « assimilé au harcèlement sexuel » représente un
danger très important de déqualification de violences sexuelles plus
sévèrement réprimées, puisque sa définition concorde avec la définition
de la tentative de viol ou de la tentative d’agression sexuelle.

Nous continuons donc à revendiquer une seule et unique définition du
harcèlement sexuel et non pas deux définitions distinctes, dont l’une
permettrait de déqualifier des violences plus sévèrement réprimées.

Nous dénonçons le fait que, si ce projet de loi est voté en l’état, un
acte unique, même s’il est d’une gravité telle qu’il « porte atteinte à
la dignité en raison de son caractère dégradant ou humiliant » ou qu’il
créé à l’égard de la victime un « environnement intimidant, hostile ou
offensant » ne pourra pas être réprimé.

Si nous prenons acte du doublement, dans le projet de loi, des peines du
délit de harcèlement sexuel, (passé de 1 an à 2 ans d’emprisonnement),
nous regrettons que l’échelle des peines place encore le harcèlement
sexuel, même dans sa forme la plus grave (en cumulant toutes les
circonstances aggravantes) au même niveau que le délit du vol le moins
grave.

Nous restons mobilisé-es pour que ce texte progresse encore dans le but
final d’obtenir une loi juste et efficace. Nous serons présent-es dans
l’hémicycle le 11 juillet 2012 et au rassemblement Place Paul Claudel à
18h30 ce même jour !

Communiqué Abolition 2012 : Féministes, et donc pour une politique cohérente et entière contre la prostitution !

Après l’annonce de la ministre des droits des femmes Abolition 2012, le Planning familial a écrit un communiqué intitulé : « oui, on peut être féministe et contre lé pénalisation du client », les 40 associations d’abolition 2012 ont écrit une réponse commune pour clarifier la position abolitionniste pour celles et ceux qui continuent à la présenter comme une politique répressive.

Une réponse intéressante a par ailleurs déjà été publiée sur un blog militant : http://pqjvld.canalblog.com/

Féministes, et donc pour une politique cohérente et entière contre la prostitution !

Nous serions-nous fait mal comprendre ? Nous sommes d’accord avec l’essentiel de l’analyse posée par le Planning Familial sur la prostitution : symbole de la domination masculine, question sociale et économique dont les femmes les plus précaires paient le prix fort. Il ne s’agit évidemment pas de décréter du jour au lendemain la fin de la prostitution ! Mais, en tout réalisme, d’engager une politique à même de faire reculer cet archaïsme indigne de nos démocraties. Et cette politique comporte de multiples entrées. D’où vient que les médias, et maintenant le Planning, aient une seule obsession, la pénalisation du client ? Le client est-il vraiment celui qu’il faut prioritairement protéger ? Ce que nous demandons, comme le Planning, avec le même sentiment d’urgence, c’est d’abord la fin de la répression qui pèse sur les personnes prostituées et pour elles un véritable Plan Marshall à même de les aider à accéder à tous les droits humains – notamment à la santé – et à sortir d’une voie sans issue. Ce que nous demandons, c’est un vrai travail de prévention, une éducation solide à l’égalité entre les femmes et les hommes, à une sexualité respectueuse de l’autre. Pour nous, cet édifice ne peut se construire en continuant de fermer les yeux sur le comportement sexiste du client prostitueur qui fait son marché parmi une catégorie de personnes – des femmes en immense majorité – reléguées dans la prostitution, non seulement en raison de leur précarité économique ou du coup de pouce des trafiquants, mais surtout du fait de parcours souvent fracassés, marqués par toutes sortes de violences, physiques, psychiques et sexuelles. Ce qu’ils achètent – et c’est ce que nous refusons -, c’est l’impossibilité qu’ont ces personnes d’exercer la liberté de leur dire non.
Si la prostitution, comme l’affirme le Planning, s’inscrit dans le continuum des violences faites aux femmes, pourquoi le client prostitueur, premier agresseur des personnes prostituées (comme le montrent toutes les enquêtes), n’aurait-il pas à en répondre ? Pour éviter une clandestinité accrue ? Mais la clandestinité est déjà là et elle est le fait d’Internet ! Pièce maîtresse du système, le « client » ne peut plus faire semblant d’ignorer qu’il est le moteur d’une traite des femmes en pleine expansion. Tous les textes internationaux sur la traite posent désormais pour première exigence de « décourager la demande ». Ce n’est pas avec quelques incantations qu’on y parviendra. Mais hélas avec des mesures fortes. Seuls, les radars, douloureux et controversés, ont été capables d’éviter des milliers de morts sur les routes.
Non, le débat entre abolitionnisme et réglementarisme n’est pas « sclérosant ». Il relève d’un choix politique capital pour le statut – symbolique et réel – des femmes dans nos sociétés.

www.abolition2012.fr

Contact presse  :
SecrétariatduMouvementduNid-France  :0142707779/0142709240
ou ClaireQuidet,Porte-Parole  :0641912722
Siège social de l’Amicale du Nid:0144525640 ou Hélène de Rugy 0607155565
Fondation Scelles: Yves Charpenel 0140260445

Liste des associations signataires : Mouvement du Nid, Amicale du Nid,  Fondation Scelles,  Elu-e-s contre les violences faites aux femmes, Regards de Femmes,  Coordination  française pour le Lobby européen des femmes, Osez le Féminisme, FDFA, CNFF, Choisir la cause des Femmes, Ensemble, l’Egalité, C’estpasSorcier, Clara Magazine, Femmes Solidaires, Réseau Féministe Ruptures, Association Mémoire Traumatique et Victimologie, Femmes en Résistance, Commission Genre et Mondialisation d’Attac, Fédération Nationale Solidarité Femmes, Le monde à travers un regard,

CRIFIP,

AFCJ, Les Trois Quarts du monde, Lobby Européen des Femmes, Espace Simone de Beauvoir, Equipes d’action contre le proxénétisme, Collectif féministe contre le viol, L’Escale, Mouvement Jeunes Femmes, ACPE, Collectif National Droits desFemmes, CADAC,« Fier-e-setrévolutionnaires ».  du PCF, CNIDFF, Le CRI, CPL, ZéroMacho, Marche Mondiale des Femmes , Zonta Club de France, Femmes Libres, FIT Une Femme Un Toit, Chiennes de garde, CLFBH, SOS Sexisme, CLF.