Quelques réflexions sur le viol de guerre, crime contre l’humanité

Ceci est un ensemble de réflexions dont je ne dirais pas qu’elles sont toutes incontestables ou vraiment abouties, mais auxquelles il me semble important de réfléchir, ensemble.

En 2008, l’Organisation des nations unies a reconnu le viol de guerre comme crime contre l’humanité.

Aujourd’hui, quand on pense aux viols de guerre, on pense en premier lieu à la République démocratique du Congo, RDC, où la situation est dramatique. On pense, parfois aussi, aux viols de femmes allemandes par « le libérateur soviétique », l’homme au couteau entre les dents. On pense enfin aux Japonais, qui ont violé des milliers de femmes coréennes qu’ils appelaient femmes du réconfort.

On parle moins des viols commis par les soldats français sur les terrains de guerre, et encore moins des viols commis par les GI, les soldats américains de la seconde guerre mondiale. A ce titre, le travail de l’historienne américaine Mary Louise Roberts est à la fois pionnier et crucial. A lire son interview récemment parue dans Le Monde, on y apprend des choses essentielles, pour mieux comprendre comment, quoi qu’il arrive et quelles que soient les circonstances, la société virile et patriarcale utilise les femmes comme cela l’arrange.

On ne parle pas non plus des viols organisés par les nazis dans les camps de concentration, « de peur que cela ne minimise l’horreur des camps » ? Hein ? Quoi ? Oui, car s’il y avait des bordels, des hommes prenaient du bon temps ? Les femmes, niées, encore et toujours. Je faisais le tour de la question ici l’an dernier : Jusqu’au bout de l’horreur

Ce crime contre l’humanité à grande échelle n’est pris en compte politiquement que lorsque cela sert les intérêts du dominant, de celui qui veut conserver le pouvoir.

Ainsi, les crimes de l’armée rouge sur les femmes, sont considérés comme « normaux » -après tout, ce ne sont que des viols de femmes, jusqu’à ce que les communistes, ex-alliés, deviennent ennemis. Les crimes commis par les GI, on ne doit pas les mettre en avant, cela serait un « manque de loyauté » envers le libérateur, qui en plus à coup de plan Marshall aide le pays à se relever.

 

Ainsi, en premier lieu, dénoncer les crimes de viols de guerre d’autrui, a plusieurs fonctions, toutes liées à entériner un peu plus la victoire :

-blanchir ses propres crimes et de les passer sous silence (à cet égard, le paragraphe sur la façon dont seuls des noirs ont été condamnés et exécutés pour les viols en France, illustrant à la fois le racisme de l’armée américaine et de la population française est très intéressant)

-assurer son impunité : il ne s’agit pas de rendre justice aux femmes victimes de ce crime contre l’humanité, mais de dire : les monstres, c’est les autres. Eviter de se poser des questions sur les responsabilités du système d’organisation sociale et politique dans la possibilité des crimes contre l’humanité, de la Shoah, des génocides et de toutes les horreurs de la guerre, dont le génocide par le viol. Il est plus facile de penser, en réfléchissant à la Shoah et à tous les crimes commis pendant les guerres, que le problème n’est pas le système, mais bien le monstre.

On utilise l’idée du monstre idéologique et personnifié dans un homme -le dictateur- pour expliquer l’horreur rendue possible par une combinaison de facteurs. Je prends l’exemple de la Shoah : des facteurs à la fois politiques (faiblesse de la république de Weimar, montée des fascismes et totalistarismes), historiques (humiliation du traité de Versailles, antisémitisme millénaire), économiques (ampleur de la crise), culture sociale de violences éducationnelle envers les enfants (éducation à l’ordre et à la discipline cf « la mort est mon métier » de Robert Merle ou Hannah Arendt sur la banalité du mal), sur fond de système patriarcal fondé sur des systèmes de domination sexistes, classistes et racistes, peuvent donner des éléments d’explication à la survenue du pire (et j’en oublie certainement). Autant d’éléments dont certains sont propres à l’Allemagne des années 1930/40, d’autres à la personnalité du dictateur. Mais dont la plupart auraient très bien pu avoir lieu ailleurs. On se concentre sur le soi-disant monstre pour justifier que ce sont les autres qui sont responsables et que cela ne peut arriver chez nous. Idem avec le stalinisme, où là encore ce que l’on dénonce, c’est une idéologie monstrueuse, incarnée dans un dirigeant et tous ceux qui le suivent. L’objectif ultime étant donc de ne pas remettre en cause l’organisation sociale qui pousse à la violence et de pouvoir…

-recommencer : car c’est le meilleur moyen, finalement, d’assurer la possibilité de la perpétuation du système.
En clair, si je (ou la société) ne m’interroge pas en quoi je suis colonisée par le système et donc inconsciente des mécanismes de la violence, je suis condamnée à en être la victime et/ou à les reproduire.

Le viol est un crime contre l’humanité, d’une guerre au quotidien contre les femmes, qui commence par la guerre contre les enfants

Le viol est donc devenu crime contre l’humanité, en tant qu’arme de guerre. C’est une incontestable avancée du droit international.

L’ONU, constatant   que « l’immense majorité de ceux qui subissent les effets préjudiciables des conflits armés sont des civils ». Et que « les femmes et les filles sont particulièrement victimes de la violence sexuelle utilisée notamment comme arme de guerre pour humilier, dominer, ou intimider ».
« Le viol est une forme de violence sexuelle qui peut, dans certains cas, subsister après la fin des hostilités ». Les violences sexuelles sont également de nature à « exacerber considérablement tout conflit armé » et « faire obstacle au rétablissement de la paix et de la sécurité internationale. »

Donc, voici le viol-arme de guerre crime contre l’humanité ou élément constitutif du crime de génocide, ce qui est une excellente chose. Mais amène à se poser plusieurs questions :  Qui sera jugé et comment ? Et pourquoi, dans un système patriarcal mondial où le viol est passé sous silence, la culture du viol omniprésente et le silence et la terreur imposés aux femmes, a-t-on obtenu une telle avancée ?

La seconde phrase des nations unies citée ci-dessus nous donne une indication : « les violences sexuelles sont de nature à exacerber tout conflit armé et faire obstacle au rétablissement de la paix ». Il semble en effet nécessaire à l’ONU de préciser que le problème du viol n’est pas seulement la déshumanisation qu’il entraîne (« humiliation, domination, intimidation »), mais bien le fait qu’il empêche le retour de la paix pour les hommes ! Car violer la femme d’un homme, si celui-ci est encore en vie, c’est toucher à son bien, et donc le rendre plus furieux et prêt à reprendre le combat…

Autre interrogation : tous les crimes de viols de guerre seront-ils également jugés ou allons-nous nous retrouver devant le même mécanisme que celui qui a vu quasi exclusivement des hommes noirs exécutés pour viols à la fin de la seconde guerre mondiale ? Je m’explique : aujourd’hui, on envisage éventuellement de porter devant la justice internationale des crimes de viols qui viennent d’être commis. Mais puisqu’il s’agit de crimes contre l’humanité, ils sont imprescriptibles. Donc, il est en théorie parfaitement logique et légitime de vouloir poursuivre des crimes anciens de plusieurs décennies. Et de part et d’autre des conflits. Car le crime contre l’humanité n’est quasiment jamais que d’un seul côté, surtout lorsqu’il s’agit de viol.

Enfin, pourquoi réserver la notion de crime contre l’humanité – génocide- au seul viol de guerre ?

En effet, le viol comme arme de guerre n’est pas l’apanage des seuls conflits armés ni d’un seul côté des conflits. Il est l’apanage du système patriarcal et des hommes en son sein, qui instrumentalisent des humaines pour en faire des objets de négociation et de pouvoir. Ainsi chaque année, des enfants et des femmes en sont victimes par millions, et la justice, les institutions, ne font pas grand chose pour l’empêcher.

On retrouve alors les mêmes processus cités ci-dessus : on ne dénoncera le viol que lorsqu’il est le fait « du monstre ». Que lorsqu’il est le fait « du dominé » racialement et classistement (aux Etats-Unis, les hommes condamnés pour viols sont noirs, en France ils sont pauvres, alors que sociologiquement ce sont les hommes de partout qui violent), et que s’il n’empêche pas le système de continuer à broyer des humains. Ainsi, le viol des enfants au sein de la famille, passe incroyablement inaperçu alors que c’est bien évidemment là qu’il est le plus dévastateur. Et garant de la reproduction du système (en effet, en « apprenant » par la violence à l’enfant à se soumettre et à être dominé, on garantit qu’il n’aura pas de possibilité de se révolter)

En conclusion, je dirais donc que le viol, et la peur du viol, sont des armes utilisées pour la perpétuation du système de domination, et devrait donc incontestablement, toujours, et sous toutes ses formes, être reconnu comme un crime contre l’humanité. Dont les enfants, les femmes, certains hommes sont les victimes, et dont les coupables sont toujours les hommes. C’est donc l’entièreté du système de domination masculine et de possession de l’enfant par l’adulte qu’il faut changer.

S.G

 

Pas de justice, pas de paix ! #zimmermann #alexander

Vous voulez savoir pourquoi nous, femmes, sommes en rage ? Vous voulez savoir pourquoi les personnes noires, aux Etat-Unis, sont en rage ? C’est très simple. Parce que Pas de justice, pas de paix. C’est d’ailleurs aux Etats-Unis qu’est né ce slogan.

Pour comprendre, la mise en parallelle de deux affaires judiciaires qui viennent de se terminer :

-la première : George Zimmermann, veilleur de nuit , (métis mais représentant « le blanc armé qui défend ses biens ») tire sur un jeune noir de 17 ans non armé et le tue. Il invoque le fait qu’il a eu peur pour sa vie. Il est acquitté.

-la seconde : Marissa Alexander, jeune femme noire qui a déja signalé la violence de son mari, tire des coups en l’air pour échapper aux coups de son mari. Elle est condamnée à 20 ans de prison.

Alors le message ici est très clair :  la société dominante défend ses privilèges : un homme qui représente celle-ci et qui tue un jeune homme noir, ce n’est pas grave. Tous les jeunes noirs sont en danger d’être tués (ils savent qu’on peut leur tirer dessus pour rien), mais l’ordre social n’est pas en danger.

Une femme qui ne tue pas son mari mais essaie de lui échapper, personne n’est en danger, mais l’ordre social patriarcal est menacé : imaginez que d’autres femmes suivent son exemple et parviennent ainsi à échapper à l’oppresseur ? Il ne le supporterait pas…

Il n’y a pas de justice, il n’y a que des institutions qui protègent les privilèges des oppresseurs. C’est insupportable.

PAS DE JUSTICE, PAS DE PAIX !

 

 

Pas de justice, pas de paix…aux assises de Créteil

Dans la province de l’Uttar Pradesh en Inde, quand la justice est impossible pour les opprimé-e-s et en particulier pour les femmes, d’autres femmes, par milliers, organisées par Sampat Pal prennent des bâtons et vont exiger que leurs droits soient reconnus. Qu’allons-nous donc pouvoir faire, en France, de semblable, pour qu’enfin la justice soit faite pour les femmes victimes de violences ?
En 40 ans, les féministes ont tout essayé. Elles ont réussi à faire changer les lois. Nous avons fait des campagnes qui permettent de libérer la parole.
Et pourtant, dans des affaires rien moins que de viols collectifs, l’impunité des violeurs reste quasi entière.
Alors oui, procédure de justice il y a eu, durant dix ans. Mais pour atteindre au même résultat : les charges ne seraient pas suffisantes, et la plupart des accusés relaxés. Christine Le Doaré explique tout ici sur son blog : http://christineld75.wordpress.com/2012/10/11/aux-assises-de-creteil-scandaleuse-indulgence-pour-les-violeurs/. Où la société patriarcale réaffirme que les victimes de viols sont moins importantes que les hommes qui les violent. Où les pires idées reçues criminelles sont reprises pour disculper les agresseurs. Où encore une fois, « la victime c’est la coupable ».
Un réflexion en plus de ce très bon article qui reprend les faits essentiels : la justice d’assises, à qui cela coûte cher d’organiser de tels procès, qui donne des peines de sursis de l’ordre de la correctionnelle à des violeurs, quel est donc son objectif ? Dire le droit, dire ce qui est juste, ou assurer la perpétuation du système d’impunité pour les violeurs ?Pour exiger que justice et réparation soient faites aux femmes, comme nous le faisions ici, nous continuerons à lutter.

Mais il nous faudra encore songer à radicaliser nos moyens (à la manière du Gulabi Gang), pour lever tous les obstacles que les défenseurs de cette société d’impunité mettent sur notre chemin.

Pas de justice, pas de paix !