« Much Loved », film raté ou public anesthésié ?

J’ai crié. Hier, je suis allée avec une amie, également militante abolitionniste, voir « Much Loved », film sur la prostitution au Maroc, de Nabil Ayouch. Et j’ai crié, crié d’incompréhension et de colère face à la réaction du public, éclatant de rire une bonne partie du film, en regardant et écoutant ces 4 femmes tentant de survivre par la prostitution.

« Much Loved » pourrait être un très bon film, tant il nous renseigne sur tout dans la prostitution, et bien au-delà sur le patriarcat : l’extrême violence des hommes, d’où qu’ils viennent, de l’Arabie Saoudite (« vous êtes mieux que nos femmes), de la rue au Maroc ou des soirées chic, de France et d’Europe. Il nous renseigne aussi sur l’extrême violence et hypocrisie de la société où derrière un jugement social et religieux sur la « bienséance » des femmes, leur « non-obscenité », c’est l’obscénité de la société, de la religion, de la famille, des hommes qui se croient tout-puissants et détruisent les individus qui est mise en avant. La violence envers les trans, l’homosexualité refoulée, la violence envers les enfants. Tout y est.

Tout y est, et on aurait pu imaginer que le film permettrait de faire comprendre brillamment en quoi la prostitution est en soi une violence intolérable et une atteinte profonde à l’humanité. Mieux, les héroïnes du film, les seules qui « s’en sortent » aux yeux du réalisateur et de nous, ce sont bien sûr les femmes prostituées, sont les seules qui ne perdent jamais leur dignité, et conservent entre elles des relations franches, d’empathie et de sororité (très marquée à la fin du film).

Eclater de rire devant humiliation et viol ??!!!

Dans les plus flagrantes scènes de viol -tarifé ou pas, elles sont toujours filmées avec leur visage, qu’on voit en gros plan, l’homme derrière, et donc normalement c’est la violence de ce qu’elles subissent qui devrait nous apparaître, car on a en face leur visage, et leur souffrance. La caméra de Nabil Ayouch tente de ne pas les déshumaniser (clairement loin de l’image pornographique). Mais apparemment, ça ne marche pas. Apparemment, ce n’est pas le même film que nous avons vu, la salle et nous. Car si rire lorsque la gouaille (dont peut-être nous n’avons pas saisi toutes les subtilités de la langue originale) des femmes dans leur appartement, leur humour et leur vitalité malgré les conditions de leur vie, peut encore s’envisager, si parfois, on essaie d’excuser nos voisins en ce disant que c’est la gêne qui les fait rire, si on se dit que le réalisateur a écrit des dialogues truculents pour montrer l’humanité de ces personnes, là le public a dépassé les bornes. Rire quand on voit l’humiliation infligée par les Saoudiens aux femmes en leur donnant de l’argent lorsqu’elles « dansent » par terre (alors que ma voisine pleurait, dans un réflexe d’amour et d’empathie remarquables), c’était juste insupportable.

Rire encore quand la jeune femme enceinte, prostituée parce qu’elle a dû fuir son village en raison de la grossesse qui s’annonçait, est violée, un viol tarifé à quelques kilos de légumes et un billet de 100DH (cela même qui apparemment a fait rire) par un quidam pauvre qui d’un coup se découvre, malgré sa pauvreté, capable lui aussi d’exercer ce « droit de l’homme » de disposer sexuellement d’une femme, c’était juste insupportable.
Alors j’ai crié, « vous êtes cons ou quoi, c’est du viol », parce qu’il fallait bien remettre, même quelques secondes, le monde à l’endroit. Mais c’était aussi un cri de désespoir. Est-il possible, que le film soit à ce point raté que si on n’est pas déjà au courant de la violence prostitutionnelle, qu’on ne comprend pas que la dignité humaine n’est pas à notre place, mais sur l’écran incarnée par ces femmes, on ne puisse pas comprendre ce qui se passe et qu’on sorte du film en se disant que c’était un bon divertissement ? Qu’on puisse penser que « ce n’est que de la fiction » ?

Est-il possible en effet, que le public avait envie de voir un film « divertissant » sur le Maroc, ayant pour sujet la prostitution, sans plus s’interroger ? En effet, en entrant dans la salle, je me suis vraiment demandé ce qui faisait qu’elle était si pleine, pourquoi les gens venaient-ils voir le film ?

La pornographie, industrie de destruction de l’empathie

Et si c’était encore pire ? Pourquoi s’étonner en effet que certains rient devant ces scènes quand on sait que certainement ils sont nombreux à jouir devant les tortures infligées dans la pornographie ? La violence montrée dans le film (encore très en dessous de ce qu’on sait de la prostitution, même si tous ses aspects sont passés en revue), serait alors anodine pour une société baignée de culture du viol, où se moquer de la faiblesse de la vulnérabilité, de la douleur soit devenu la règle, ou la pornographie aurait déjà détruite toute forme d’empathie ?
Est-il possible donc que la pornographie, qui dresse tout le monde à jouir et prendre du plaisir à regarder des choses bien pires encore que dans le film, des femmes être humiliées, violées et torturées EN VRAI (même si on le voit sur un écran) ait déjà à ce point réussi son œuvre d’anesthésie sur le public, à tel point qu’il ne soit plus capable d’aucune empathie ?

La violence infligée aux enfants et aux femmes, provoque l’anesthésie collective, et favorise la rupture d’empathie. Ainsi, des millions d’hommes qui infligent des viols à des millions de femmes peuvent le faire sans jamais sembler être effleurés par l’idée que la personne souffre et qu’ils sont en train de la détruire -pis, c’est peut-être ce qui les fait jouir. Mais avec la pornographie, c’est pire.

Il est donc urgent de s’attaquer à la pornographie, qui invite les jeunes gens, garçons et filles, à jouir de la souffrance des femmes et des enfants, provoquant une anesthésie collective. Sinon, on ira définitivement vers notre autodestruction, par une société où l’empathie sera morte. Une société du désespoir, une société de morts-vivants, comme celle que tant de publicitaires nous dessinent déjà*.

J’ajouterais pour conclure: « Much Loved » est donc, malgré des qualités, un film raté, car ce qui s’est passé ici prouve qu’on ne peut pas faire de film de fiction réussi sur le sujet en essayant d’être « réaliste », car la compréhension de l’image dans notre société est trop imprégnée des codes patriarcaux.

Sandrine Goldschmidt

Ajout du 18 septembre : j’ajouterais encore au vu des réactions, qu’une grande partie de la responsabilité incombe peut être aussi à l’intention du réalisateur, qui malgré ce qu’il montre, semblerait ne pas vraiment vouloir remettre en cause la prostitution ?

*et comme ont semblé le découvrir tant de gens avec cette publicité dans Le Monde en page 3 quand une photo nous montrait en « une », la mort d’un enfant, Aylan, provoquant d’un coup un choc de réalité : non ce n’est pas de la fiction, et ce n’est pas drôle.

5 thoughts on “« Much Loved », film raté ou public anesthésié ?”

  1. MERCI
    Je pensais être la seule à pleurer devant chaque description de prostitution/viol/scène porno.
    En effet, il semble que c’est ma sensibilité qui soit anormale, car pour tout le monde, anesthésié par des scènes pires que tout depuis des années, il n’y a pas de problème dans tout ça…
    MERCI donc de ne pas nous laisser seules dans nos révoltes cinématographiques, photographiques, journalistiques etc.

  2. mon commentaire vous déplaît? Pourtant la pédagogie, expliquer donner un autre regard sur ce qu’est la prostitution me semble important…Lorsque j’ai slamé ce texte à Liège, une femme est venue me remercier, lorsque je l’ai slamé à PAris dans un café, c’est le silence qui a applaudit et Rosen l’a reconnu pertinent puisqu’il a accompagné son émission sur Radio Libertaire. Et pour étayer vos commentaires je vous offre mon texte et vous le balayer sans lui laisser une minuscule chance de paraître sur votre site en tant que commentaires… Il y a comme un arrière-goût….https://youtu.be/9Hj7ibhs_Bo

    1. je n’avais pas « approuvé » les derniers commentaires sur l’article, pas de « déplaisance » ni de censure de ma part ici…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s