Une femme sans tête, c’est une morte !

tête de femme, Chagall (détail, musée de Nice)

Vous avez vu ça ? Un article pareil  sur un blog de Mediapart, ça me fait mal…

Ainsi, cet article affirme qu’en raison de la loi votée par l’Assemblée nationale en décembre dernier, les prostituées françaises sont pourchassées et obligées de « s’exiler » en Suisse.
C’est trop fort pour être vrai !

Pourquoi ? Parce que même si j’appelle de mes voeux une loi qui mette en oeuvre, avec les moyens nécessaires, l’abolition de la prostitution, en renforçant la lutte contre le proxénétisme, en reconnaissant la responsabilité du client en le verbalisant s’il se permet de disposer du corps d’un-e autre, une loi qui fasse partie d’une vraie grande priorité nationale de lutte contre les violences faites aux femmes et aux enfants -ainsi qu’à certains hommes, une telle loi n’a pas été votée pour l’instant.

Et si des prostituées sont en situation difficile, ce n’est pas à cause du soi-disant abolitionnisme de Sarkozy, c’est à cause de la mesure prohibitionniste qu’il a fait voter il y a des années sur le racolage passif. Une loi que tous les abolitionnistes veulent abroger en priorité !

Ce qui a été voté le 6 décembre, c’est une résolution réaffirmant la position abolitionniste de la France.
Alors, je sais que je ne devrais pas faire de la pub à de tels propos, mais comme c’est sur Mediapart, je me dis qu’un peu de « fact checking » (vérification d’infos), ça pourrait ne pas faire de mal.
Si j’avais le temps, je vous parlerais de la situation des personnes prostituées en Suisse, je préfère vous mettre un lien qui éclaire.

Et, avant de me dés-enerver, je veux juste vous dire qu’il faut vraiment (n’est-ce pas- clin d’oeil vers qui se reconnaîtra) qu’on travaille sur la stratégie victimaire et d’assimilation à une minorité des personnes prostituées pour réclamer « le droit à « , par les tenants de l’industrie du sexe, dans le but d’obtenir de « nouveaux marchés libres » ou plutôt, réglementés à leur profit, et au détriment de l’intégrité physique de celles qu’on ne considère que comme des marchandises. La preuve  ? La photo qui illustre l’article. Une fois de plus, une femme sans tête.
Plus que tout argument, je trouve que ça, c’est un indice indiscutable des vraies intentions dissimulées derrière cette stratégie victimaire qu’on nous sert trop souvent (ce n’est pas l’auteur de l’article que j’incrimine ici, cette partie de la société qui a intérêt à promouvoir de tels discours) des mêmes qui diront qu’il faut être « fières d’être prostituées » et reprocheront aux féministes d’en faire des victimes .

Car une femme sans tête, c’est une morte.

S.G

Advertisements

15 réflexions sur « Une femme sans tête, c’est une morte ! »

  1. L’humanité n’aime pas ses femmes. D’ailleurs, le mot gynophilie n’existe même pas encore.
    Par contre, les violences féminicides nous submergent. Les viols féminicides multipliés sont tolérés. On enferme pour beaucoup moins que cela.
    L’exploitation sexuelle induite comme forcée est une violence féminicide. Une femme sans tête, c’est une victime de féminicide. http://susaufeminicides.blogspot.com/p/feminicide-lexique.html

  2. La femme ont la respecte pas, c’est une marchandise à employer pour se servir d’elle, pour l’humilier, pour la jeter, pour la piétiner, la violer etc.
    Le droit des humains fait quoi, de la figuration ????

  3. anonyme Lou vient-elle d’ici, qui me proposait de poursuivre échange sur le blog de Sandrine ? @lou (j’ai répondu sur mon blog) puisque ce n’est pas le débat de ce sujet.

    Pour ma position sur la loi péruvienne (et les 7 autres, Mexique, Costa Rica, Nicaragua, Chili…), elle se trouve également sur mon blog depuis un temps certain sous ma page « Qualification » (Reconnaissance). Donc toujours par voie que vous avez déjà empruntée, ci-dessus.

  4. Salut Sandrine… euh, je squatte ton blog pour commenter cette question des féminicides, pcq l’autre jour tu posais la question à plusieurs d’entre nous. Or Gamita C. a une tonne de considérations là-dessus (cf le lien aquel elle renvoie).

    Sandrine, tu as écris-toi même une note me semble-t-il? Enfin, je me rends ipso facto chez Gamita, ceci dit je n’aime pas les systèmes de commentaires qui se méfient de moi, me demandent des lettres, me qualifient d’anonyme. Mais bon.

  5. De fait, il m’est un peu difficile de lire le blog de Gamita (ce doit être les poussières de mon écran, tjrs est-il que je préfère une page blanche, comme ici, surtout quand il y a autant d’infos). A suivre.

    1. c’est sûr que de féminicide fémicide ou autre mot contestés il est question dans « une femme sans tête »…mais j’ai un peu de mal à vous suivre…pas grave 🙂

  6. @lou Il faut régler la luminosité
    (système qui qualifie d’anonyme, ce sont des systèmes préorganisés sur lesquels l’auteur du blog Gamita n’a aucun pouvoir)

    Donc pas pris connaissance des réponses données à ton commentaire, en commentaires de la page Concepts ?

  7. Féminicide n’est pas un mot contesté mais possède, comme tous les mots, plusieurs acceptions. Plus ou moins politiques.

    Ce qui est contesté, à part pour les pays qui l’ont inscrit dans leur droit pénal en tant que « féminicidio », c’est que cela devienne une qualification juridique et ainsi un interdit social d’envergure.

    Afin que l’interdit de la pratique féminicide se répande, j’ai explicité le concept et le phénomène. Il n’y a aucune contestation.

  8. Gamita: Non, ce n’est pas la luminosité, c’est la couleur et la texture de fond d’écran. Oui, je sais bien qu’il y a des hebergeurs de blogs qui exigent les identifiants. Encore celui-ci laisse poster à des « anonymes » (ce n’est pas le cas de blogger).
    Oui, j’essaye de te suivre, j’ai laissé un petit commentaire sur ton blog, mais devrai lire + sérieusement tes posts avant de dialoguer, échanger sur ce sujet.

    Sandrine, oui, pardon de squatter ainsi ton territoire et introduire des questions dont tu n’as pas débattu (encore). Merci encore pour ton post que le bloggeur de Mediapart se doit de connaître.

    Allez, je me faufile, bonsoir…

  9. @ toutes (Lou, Sandrine70…) – j’ai changé le fond, enlevé la transparence – est-ce que cela va mieux sur le blog que vous aviez peine à déchiffrer ?

    @ramtha13 – C’est exactement cela le problème, les femmes ne sont ni aimées, ni respectées par l’humanité.
    C’est toute la raison de tout faire pour faire dire par le droit l’interdiction des féminicides (toutes les violences et assassinats sur les filles et les femmes)
    On commence par s’attaquer à leur sexe (au sens strict), ensuite l’on s’attaque à leur tête ! Comme l’évoque fort bien Sandrine70

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s