Tout ce qu’il me reste de la révolution

Toutcequ'ilmeresteVoilà un film très intéressant, réalisé par Judith Davis, marquée par le fait qu’elle a grandi sur les « Maréchaux », boulevards de ceinture de Paris aux noms des Maréchaux de France, et qui sont une sorte de « pré-périph » autour de Paris.

Intéressant, car sans jamais ennuyer, elle nous pose la question de ce qu’il reste de la « révolution », celle de 1968… pas grand chose ? un film avant les Gilets jaunes, qui, qu’on les honnisse ou les adore, ou qu’on ne sache vraiment pas quoi en penser, sont en quelque sorte en germe dans le récit du film… Intéressant, et drôle, aussi, et c’est une des grandes forces du film, comme l’explique la réalisatrice : « ne pas laisser le terrain de l’humour à la bêtise ».

Quelle bonne idée ! Un vent de liberté souffle sur ce film, qui fait aussi penser à « Oublier Cheyenne », sorti en 2005, et qui se posait le même genre de questions…d’ailleurs, on y reconnaît souvent la patte de la co-scénariste Cécile Vargaftig.
Angèle, la personnage principale interprétée par Judith Davies, a du mal à abandonner le mythe du grand soir, de la révolution. Et sa façon de continuer la lutte est tout d’abord rafraîchissante : engueuler son patron, ex-soixante-huitard qui la renvoie sans états d’âmes, se planter devant Pôle emploi en faisant une parodie des services de l’agence et arracher des sourires à celles et ceux qui font la queue devant la porte, en investissant une banque pour y lire un poème aux employé·es et client·es sidéré·es.

Recruter lors de ces actions des femmes et des hommes pour participer à des « groupes de parole politique », où « il n’y a pas de chef·fe », où il n’y a pas de bon et mauvais sujet, pas de règle… mais que c’est difficile à réaliser ! (la référence à des mouvements comme Nuit debout est évidente).

A l’opposé d’Angèle, sa soeur incarne l’anti-révolution. Elle, qui a renoncé depuis longtemps à la lutte, a choisi la société actuelle, où l’objectif, est d’avoir une belle maison, une grosse voiture qu’il faut garer « dans le bon sens » (mais à quel prix), beaucoup d’invité·es à l’anniversaire de l’enfant qui constitue l’épicentre d’une famille, celui sur qui se concentre toute l’attention -le contraire en fait de ce qu’elle a vécu dans son enfance à elle.

A travers elle, et en particulier à travers le personnage du beau-frère, elle montre la violence économique, comment la société capitaliste, en exacerbant la notion de compétition, de loi du plus fort (s’il faut écraser les autres pour réussir et avoir un intérieur bourgeois, alors on y fonce), broie ces individus qu’elle prétend glorifier, et en fait des bras armés pour l’élimination des plus faibles. A tel point qu’il manque de devenir fou, dans une scène d’une violence inouïe, où masculinité toxique et violence économique se mêlent alors qu’il rejoue une scène de son quotidien : renvoyer quelqu’un·e, qui est un « boulet » pour la société (société anonyme, l’entreprise, qui se confond avec la société -le peuple).

Liberté et révolution 

Angèle, contrairement à sa soeur, a gardé l’esprit de la révolution. Comme sa mère, qui les a « abandonnées » à ses 15 ans (la suite de l’histoire révèlera ce qu’il en est réellement de cet « abandon »), voit dans la famille un obstacle à la révolution. A tel point que cela la fait résister à l’amour. Mais on découvrira que c’est en fait sa situation individuelle, la non résolution de la crise de ses 15 ans, qui l’empêche de dépasser l’époque révolue de cette forme là de révolution. Et on découvre avec elle la responsabilité de son père, Simon le révolutionnaire, dans cette crise.

Au cours du film, sans que ce soit appuyé comme tel, la masculinité toxique est épinglée. Que ce soit le mari, ou le père, à l’opposé politique l’un de l’autre (le premier incarnant le capitalisme, le second la révolution) tous deux se révèlent à un moment clé, comme porteurs de cette « maladie » patriarcale, qui mènent la société et les femmes qui les entourent à l’impasse, qui les empêche d’être libres. 

Ainsi, alors que le film, analysé un peu rapidement, pourrait donner l’impression que « tout ce qu’il me reste de la révolution », c’est l’amour…en réalité, livre une réflexion fine et drôle sur l’imbrication du privé et du politique, et sur ce que peut signifier aujourd’hui être révolutionnaire.

La séquence-clé du film nous fait quitter Paris pour une nature idyllique, nous emmène à la campagne, ce fantasme de tant de Francilien·nes se sentant « en boîte » à Paris. En boîte,  pressé·es comme des sardines, que ce soit dans les transports ou au travail, pressé·es, ne travaillant que pour les vacances ailleurs, là où l’on peut se retrouver enfin comme un poisson dans l’eau, enfin libres d’étendre les bras, de nager (comme dans la dernière scène de la séquence, dans la rivière).

Je ne sais pas si c’est l’intention de la réalisatrice, mais le film est venu rencontrer une réflexion que j’ai eue avec une amie deux jours plus tôt : et si, être révolutionnaire, être libre, ce n’était ni se fondre dans l’impératif du « collectif révolutionnaire agissant pour le grand soir », ni se fondre  dans un libéralisme qui condamne chacun·e qui l’accepte à jouer pour soi de la loi du plus fort et permet, si l’on fait partie des plus forts, de « faire ce qu’on veut », tant pis pour les autres. Si c’était, tout simplement, à chaque instant, qu’on pouvait incarner la révolution dans nos actes,  dans nos idéaux, en étant en mouvement permanent donc en révolution, en n’arrêtant jamais les aiguilles de la montre, pas plus sur ses 15 ans que sur 1789 que sur 1917 ou 1968 ou sur le backlash des années 1980… mais en continuant à les laisser  tourner, en apprenant de nos erreurs, et en ne limitant jamais notre liberté d’être nous-mêmes qu’à celle de l’autre, à chaque instant ?

S.G

La bande annonce :

 

 

Publicités

Saint-Valentin ou la défaite de l’amour

Aujourd’hui c’est la Saint-Valentin. Pas elle, me direz-vous ? Elle ne va tout de même pas en parler elle aussi ?

Pourtant, si. Je vais en parler, pas de la Saint-Valentin, mais de l’amour. Déjà, je vous en parle tous les ans en re-publiant l’article de Melanie, mon arrière-arrière-grand-mère, dybbuk issu de mon imagination qui a son propre blog. Tous les ans, elle vient nous rappeler que le principal événement historique accolé à la Saint-Valentin en France est un acte qui signe la défaite de l’amour, et la victoire de l’obscurantisme religieux, sur fond de « grande peur » (la peste)  : « Le samedi 14 février 1349, jour de la Saint-Valentin, on cerna le quartier juif. Tous ses habitants furent traînés par la foule au cimetière de la communauté, où on les entassa sur un immense bûcher. Deux mille Juifs furent brûlés vifs. Seuls échappèrent un certain nombre d’enfants et quelques adultes qui abjurèrent leur foi ». 

D’une religion dont le message nous dit-on était un message d’amour, naît la haine, la destruction, et meurt ce qui fait la vie : le lien d’amour, c’est-à-dire la reconnaissance de l’autre, vivant comme moi, comme une personne vivante que je dois respecter. Voila qui résonne fort cette année à nos oreilles, avec la question de l’obscurantisme religieux,  et de la haine des juifs sur le devant de la scène.

Quel rapport avec la Saint-Valentin aujourd’hui ? 

Mais l’obscurantisme ne s’arrête pas là, se nourrit aussi de la haine des femmes, par le biais de l’amour réifié. L’obscurantisme de l’amour, n’a rien à voir pour le coup avec la religion, mais bien avec la nouvelle religion de notre monde : l’argent, et l’ultime forme de notre société qui tente de transformer tout ce qui fait le vivant -le désir, le lien, la finitude qui pousse à se reproduire- en marchandise inerte.

Et c’est là qu’entre en jeu l’arnaque de la Saint-Valentin, l’arnaque de la société capitaliste. Tout notre système contribue aujourd’hui à transformer la pulsion de vie, le désir, le plaisir d’être en objet marchand, qu’on consomme et qu’on jette. Alors que dans le même temps, on essaie de transformer l’humain en une machine intelligente et éternelle -qui ne mourra pas. C’est la pulsion de mort qui s’exprime.

securedownload-2C’est en effet extraordinaire comme d’un côté on cherche à prolonger au maximum le vivant, oubliant que ce qui fait la vie, c’est qu’elle s’arrête, ce qui pousse au désir de créer la vie, c’est qu’elle se renouvelle, et comme de l’autre, on détruit le vivant en le réifiant. On assimile l’amour à des actes marchandisables, la sexualité à des techniques inertes à l’objectif d’atteindre un orgasme normé (1). On impose à toutes et tous un devoir de jouir pour imposer sur le marché des objets (sex-toys, mais aussi être humains entraînés dans la prostitution et qu’on assimile à des objets (2), on impose aussi une façon de jouir qui transforme l’autre -la femme en général- en objet masturbatoire, au profit de la consommation de sexe par des hommes qu’on élève à ne pouvoir ressentir autre chose. Ainsi la femme-objet devient instrument masturbatoire pour l’homme, et reçoit aujourd’hui l’injonction « d’aimer » cela, même s’il s’agit d’être violentée(3). Enfin, la Saint-Valentin associe l’expression de l’amour à l’échange commercial, la réduisant encore une fois à l’inerte (4).

Il semblerait donc  que notre société, fondée sur  patriarcat+capitalisme, soit empêtrée dans la spirale de la pulsion de mort, qui se manifeste jusque dans la volonté d’être éternellement jeune, de faire disparaître la vieillesse, la mort et l’amour. Etre effacé par la mort plutôt que vieux et mourant (suicide assisté) pour ne pas perturber la jeunesse éternelle, être inerte plutôt qu’aimant et désirant, donc être immobile plutôt qu’en permanent mouvement vers nous-mêmes. C’est le modèle qu’on nous propose, mais contre lequel heureusement nous résistons encore !

Sandrine GOLDSCHMIDT

(1) sur la norme hétérosexuelle, écouter l’excellent documentaire de F.Pollet-Rouyer sur France Culture)

(2) Dans les jours prochains je ferai une Revue de presse sur le #Carlton et l’inscription de la PPL prostitution à l’ordre du jour du Sénat. Déjà un lien http://www.humanite.fr/proces-carlton-une-plaidoirie-pour-labolition-565586

(3) sur comment le cinéma (et pas que la pornographie) apprend aux femmes à « aimer » ne pas être actrices de leur désir, cf le même documentaire, + son contre-exemple absolu, preuve de nos dires : 50 nuances de Grey.

(4) Le Gorafi a encore frappé : bien meilleur que tout billet sur l’horreur de la Saint-Valentin, cet article :http://www.legorafi.fr/2015/02/13/saint-valentin-recrudescence-des-theories-du-complot-qui-affirment-que-lamour-existe/

 

 

Soyons vieilles, et heureuses de l’être !

Je suis vieille. Je suis vieille, et fière de l’être, et j’espère que vous aussi à la fin de cet article vous serez vieilles. Parce que ce matin, en lisant un court ouvrage de Marie de Hennezel et Bertrand Vergely, « Une vie pour se mettre au monde », c’est le constat que je me suis fait. En effet, l’auteure y décrit les peurs auxquelles les « seniors » qu’elle reçoit en « stages de bien vieillir », sont confrontés. La première d’entre elles, c’est la peur de ne plus séduire.

securedownloadUne peur qui touche en particulier les femmes, évidemment. Or, à lire ce qu’elle en dit, je me dis non seulement que je suis déjà vieille, mais que le problème de notre société capitalo-patriarcale, c’est ce jeunisme du malheur, celui de la séduction obligatoire, celui du narcissisme mal placé. Et qu’il serait bon d’être vieille beaucoup plus tôt.

Le narcissisme mal placé, c’est celui du mythe de Narcisse compris par Freud : Narcisse se regarde dans le lac et tombe à l’eau. C’est celui de la « marâtre » de Blanche-Neige. C’est celui de notre société contemporaine. En effet, Marie de Hennezel explique que la première peur de vieillir, c’est donc de ne plus séduire. Pendant des décennies, on a expliqué aux femmes qu’il fallait être belle, avoir la peau lisse, ressembler à un modèle de plus en plus irréaliste et conformé au supposé désir des hommes, lui-même conformé par ce qu’ils en apprennent dès le plus jeune âge, d’abord avec les contes de fées, ensuite avec la pornographie. Arrivées à un certain âge, quoi que l’on puisse faire, les rides arrivent. Le corps change. Et personne, ne ressemblera à 80 ans à qui elle était à 20 ans. Or, au lieu de trouver cela formidable, on nous dit que c’est l’horreur et qu’il faut mettre des crèmes « anti-âge », ou aller se faire refaire le portrait. Conséquence, on vieillit toujours, mais en plus on ne laisse plus rien voir de nos expressions sur notre visage. Ces expressions qui sont pourtant ce qui fait la vraie beauté, à tout âge, et le charme.

IMG_0890Ce qui compte nous dit-elle pour bien vieillir c’est donc le regard qu’on a sur le monde. Au lieu d’être en permanence centrée sur son reflet dans le miroir (qui nous fera un jour sombrer dans le lac de la vieillesse, mais d’un coup /cf Dorian Gray), on peut choisir de comprendre le mythe de Narcisse à la façon de Lou Andréas-Salomé. il s’agit du « narcissime cosmique », où Narcisse est fasciné par son visage au milieu de la nature. Il se voit comme faisant partie d’un tout, et non plus comme étant le monde à lui tout seul. Adopter ce regard rend non seulement la vieillesse plus plaisante mais également ce qu’on donne à voir aux autres. Ainsi ne pas être centréE en permanence sur ses bobos, douleurs, soucis de vieille, permet de s’intéresser aux autres, et de les attirer.

L’auteure nous dit qu’il faut passer « du corps que l’on a au corps que l’on est« , pour s’accepter vieille (ou vieux, mais ici je procède par l’identification donc je le mets au féminin). Et elle explique qu’avec l’avancée en âge, la peur de ne plus séduire disparaît : « (…) et nombreuses sont celles qui osent dire qu’être libérée du souci de plaire et de séduire les soulage. Quelle liberté, finalement, de pouvoir simplement être ».

Une sexualité de vieux à tout âge

Je suis donc tout à fait d’accord avec elle, mais j’ajouterais : ce n’est pas seulement parce qu’on est vieille, qu’il faut penser et se voir ainsi, mais cela devrait être le cas à tout âge ! Ceci est encore plus vrai lorsqu’elle aborde la question de l’amour et la sexualité chez les personnes âgées, en particulier chez les pensionnaires de maisons de retraites, qui nous montre à quel point c’est le regard de la société sur l’amour vrai et la sexualité qui est malade, et non pas les vieilles personnes qui s’aiment.

9782253157953-TL’autrice nous explique en effet que le tabou de la sexualité est persistant, notamment parce que les enfants, une fois que leurs parents sont en institution, ne supportent toujours pas l’idée que la sexualité puisse exister chez les parents, et comme désormais ils exercent un contrôle sur ceux-ci…

C’est certainement en partie vrai. Mais c’est surtout, à mon avis, à cause de ce que -comme pour la beauté, notre société impose comme norme de la sexualité. Que ce soit la sexualité non libre d’avant, où le désir et le plaisir des femmes n’avait aucune place, ou la sexualité mécanisée, industrialisée, commercialisée et performante d’aujourd’hui (commercialisée donc on fait des femmes des objets), les normes sont anxiogènes. Il « faut atteindre l’orgasme » à tout prix, l’orgasme étant LE critère d’évaluation de la performance. On définit comme « expertes » en sexualité les personnes qui subissent la violence prostitutionnelle ou pornographique, on encense -jusqu’en maison de retraite- « ‘l’outillage » sexuel (appelés sex toys), comme gages de libération et de plaisir.

Or, Marie de Hennezel souligne que la sexualité vieillissante et bien vécue par de nombreuses personnes âgées, c’est tout autre chose. « On est dans la perception de l’autre, de son rythme, on est à l’écoute de l’autre« , dit-elle, comme une danse. Mais la sexualité, cela ne devrait-il pas être ainsi à tout âge ? C’est en tout cas ainsi que le désir réciproque se définit, non ?

Elle explique encore que la sexualité change, qu’elle devient plus sensuelle. « Elle est moins pulsionnelle et plus affective. Mais le plaisir peut être infiniment plus profond« . Là encore, n’est-ce pas tout simplement une merveilleuse définition de ce qu’est la sexualité partagée, désirante, et qui procure cet extraordinaire bien-être, et qui donc, ne se limite surtout pas à des pulsions, pas à des positions, un outillage ou une performance ?

Devenir lesbienne ou acheter des sex toys ?

C’est en tout cas ainsi que j’ai personnellement coutume de définir les merveilles de la sexualité…

SoAu lieu de vouloir régler la question de la sexualité des personnes devenues fragiles ou perdant de l’autonomie en faisant du commerce, en proposant des « services sexuels » pour celles et ceux qui « ne pourraient plus ou pas faire de rencontre », si on promouvait ce discours sur une sexualité désirante et sensuelle ? Ainsi, si la société était féministe et s’intéressait au désir des femmes, elle n’aurait pas l’idée saugrenue de faire des « réunion sex toys » en maisons de retraite : il s’agit là en effet non pas de pallier le « problème » de l’absence d’hommes à partir d’un certain âge mais bien de vendre. Car si c’était la possibilité d’une sexualité épanouie et donc redéfinie qui nous intéressait, on favoriserait la rencontre en institution, on adapterait nos quartiers pour que les rues et les lieux publics soient accueillants pour les personnes âgées. Enfin, on oublierait les normes hétérosexuelles et on encouragerait la rencontre entre individues, ouvrant ainsi un grand champ de possibles à 80% de femmes au lieu de les mettre en concurrence et de positionner le « petit vieux » en petit roi de la maison de retraite (à qui il faut donner du viagra parce qu’il a d’autant plus de « pression à la performance »)…

En conclusion : en lisant cette définition de la sexualité, de la beauté, de la liberté, et du bonheur d’être vieille, je me dis… si être vieille, cela veut dire prendre soin de soi pour être plus à l’écoute des autres et en phase avec le monde, avoir plus de sensualité et plus de plaisir parce qu’on est dans une danse avec l’autre, parce qu’on est tournée vers le monde et non seulement vers soi, je le redis alors : je suis déjà vieille, et soyons toutes vieilles (et vieux), et heureuses de l’être ! 

Sandrine GOLDSCHMIDT

 

Sacrée liberté d’expression !

Sophia Aram a fait une excellente chronique sur France Inter intitulée « Le droit de blasphème, c’est sacré ». C’est très drôle, et magnifiquement juste, pour défendre le droit au blasphème de Charlie Hebdo. Ce qu’elle décrit, c’est exactement la liberté d’expression qu’on a envie de défendre.

Hier, 4 millions de personnes se sont rassemblées en France, munies d’un message en faveur de la liberté d’expression, et je crois, d’une forte envie de mettre un peu plus de lien et d’amour dans notre société. De reboiser l’âme humaine et s’aimer à tort et à travers, comme l’a écrit Julos Beaucarne dans le magnifique texte que je mets en lien tout en bas de l’article*

10898090_10205475474275596_7680048931794421129_n L’émotion passée, la récupération par les puissants un peu ridicule au regard du nombre de citoyennEs lambda qui se sont mobilisées, de nombreuses interrogations naissent. On a défendu par millions la liberté d’expression, il me semble qu’il est temps maintenant de l’expliquer, et d’essayer de la mettre en pratique en respectant les opinions des unEs et des autres, dès lors qu’elles s’expriment autrement que par la haine et la violence.

 

Expliquer, cela me paraît essentiel, d’abord pour les jeunes en formation dans notre Ecole républicaine. Essentiel, pour rendre la liberté d’expression efficiente, de ne pas la brandir comme une valeur à laquelle il faut adhérer « parce que c’est comme ça », sans réfléchir (c’est même très contradictoire) mais parce qu’on a longuement réfléchi et qu’on est capable de l’expliquer et de la justifier. Ensuite, il nous faut être capables d’en expliquer les limites, d’entendre les critiques, et d’être capables d’y répondre, ou de faire grandir la liberté d’expression avec elles.

Première partie : expliquer la liberté d’expression pour la rendre plus efficiente

Pour en parler, je vais commencer par citer le film « Les Héritiers », qui selon moi pourrait aujourd’hui être montré dans toutes les classes à partir de la 4e. Ce film relate l’histoire vraie de la seconde du lycée Léon Blum à Créteil. En disant à des jeunes de seconde totalement désorientés, violents, repliés sur leur mal-être, qu’ils sont capables de participer à un concours national de la résistance et de la déportation, leur professeure d’histoire incarne ce que peut être la République : capable de faire sortir de chacunE le meilleur de soi-même. Capable de donner du sens à nos vies, de créer du lien. ET capable de nous faire adhérer à ses valeurs.

Il y a une scène dans le film qui fait encore plus que les autres écho à ce qui se passe aujourd’hui…une scène, qui aurait pu se produire ces derniers jours. En effet, de nombreux enseignants relatent qu’ils ne parviennent pas à aborder la question des caricatures de Mahomet avec certains de leurs élèves qui se se01-450x320-pixels_28ntent insultés par toute critique du « Prophète ». Certains auraient refusé de faire la minute de silence (personne d’ailleurs n’est censé y être obligé…juste ne pas empêcher les autres de la faire, mais demander ça à des élèves dès la primaire qui ne sont pas en âge d’avoir une conscience politique…hum) Pour moi, c’est vraiment dommage de partager ces infos sans plus de réflexion, pour en conclure : regardez où on en est ? Or que nous disent ces informations ? Que les élèves de nos écoles ont besoin qu’on leur explique ce que c’est que la liberté d’expression, pas qu’on leur impose ! C’est légitime de leur expliquer pourquoi il est légitime de critiquer les religions, et qu’ils peuvent ne pas en prendre ombrage, parce qu’on ne s’attaque ni à eux ni à leur foi (même si je conçois que cela peut être difficile face à la violence !).

Ce qui s’est passé pendant les minutes de silence, c’est exactement la même chose qui se produit donc dans Les Héritiers, quand Mme Guéguen (la prof d’histoire) montre à ses élèves une fresque historique, dans laquelle Mahomet est aux côtés de Satan en enfer (si mes souvenirs sont exacts). Un des élèves musulmans, qui deviendra un des principaux personnages du film, n’attend aucune explication, il s’insurge, se fache, commence à partir, en disant « ça ne se fait pas » de dire ça, accusant la prof d’être hostile à l’islam et d’en vouloir à ses élèves. Celle-ci parvient à le calmer. Et ensuite à leur faire comprendre peu à peu ce dont il s’agit.

Qui a peint ceci, leur demande-t-elle ? Des chrétiens qui sont en guerre contre les musulmans et pour qui il y a donc intérêt à dépeindre Mahomet aux côtés de Satan. C’est donc une image de propagande. Ils parviennent à le comprendre, et à voir ce qu’ils peuvent faire de ce qu’ils viennent d’apprendre dans leur vie de tous les jours. En une séance, les voilà déjà un peu plus citoyens. Plus tard dans le film, ils feront d’ailleurs eux-mêmes le lien entre cette fresque et une caricature de propagande antisémite de l’entre-deux guerres, et en feront matière à réfléchir et penser.

028486Tout est dit sur les images. Qu’ il est fondamental de parvenir à les remettre dans leur contexte, de se demander qui parle, quand comment et dans quel but, qu’un dessin/ une caricature peut être un instrument de propagande qui incite à la haine et joue un rôle dans les violences commises comme d’être un outil de réflexion et d’ouverture d’esprit. Les caricatures des années 30 sur « le péril juif » manifestent ce que sont les limites de la liberté d’expression. Celles de Charlie Hebdo, alors, sont-elles différentes ?

Oui. Car l’intention des dessinateurs n’est pas d’appeler à la haine contre les musulmans  ou les juifs ou les catholiques mais de dénoncer l’obscurantisme religieux. Elles peuvent mettre en colère. On peut estimer et dire qu’elles nourrissent un discours anti-musulman (comme on peut estimer qu’elles nourrissent, parfois, la haine des femmes). Mais dépassent-elles les limites de la liberté d’expression ? Je ne crois pas, dès lors qu’elles ne font pas d’amalgame entre tout musulman et les terroristes islamistes, entre tout musulman et les intégristes. Néanmoins, il est parfaitement légitime de donner des explications du pourquoi c’est une expression de la liberté de conscience, et de répondre par des arguments à celles et ceux qui s’interrogent. Même quand il y a de la manipulation dans les interrogations, il est important de répondre, non pas pour faire taire les manipulateurs, mais pour donner des arguments autres à ceux qui les écoutent.

Il me semble même légitime de d’abord se demander ce qui fait que des personnes sont heurtées et de s’assurer que le dessin est bien choisi… Et si on considère qu’elles excèdent les limites de la liberté d’expression, que les caricatures sont racistes (point de vue qui se défend), alors ont peut toujours recourir aux moyens démocratiques et légaux : écrire pour critiquer, faire part de son désaccord, voire entamer une action judiciaire. Certainement pas assassiner.

Autre exemple de la nécessité d’expliquer : le piège Dieudonné. C’était prévisible. A peine la manifestation terminée que l’individu connu comme humoriste et apprécié – à mon grand dam, mais c’est un fait- par de très nombreuses personnes, fait une sortie qui déclenche la polémique, mais qui surtout, est très exactement destinée à plonger tout le monde dans la confusion. Reprenant le principe de #Jesuischarlie, il a dit qu’il se sentait ce soir (le 11 janvier) « Charlie Coulibaly ». C’est très très fort.

Car ces propos sont -peut-être- passibles de la loi contre l’apologie du terrorisme. Sauf que bien sûr, Dieudonné se revendique humoriste et est reconnu comme tel par ses fans. Donc, il dira « je fais de l’humour ». Or, ces derniers jours, on a entendu en permanence, qu’on « pouvait rire de tout » (Cabu l’aurait dit semble-t-il), que les caricatures de Charlie c’est de l’humour, etc.

Donc, si on veut justifier d’ouvrir une action judiciaire, on est un petit peu obligé, après avoir passé des jours à dire « on peut rire de tout », de dire « on ne peut pas rire de tout ». Et ce n’est pas forcément évident à justifier…

Ces deux exemples posent évidemment le problème des limites de la liberté d’expression. Pourquoi quand Charlie dit devant une caricature du prophète « c’est dur d’être aimé par des cons » c’est la liberté d’expression et pourquoi quand Dieudonné dit « être Charlie Coulibaly », c’est hors limites. Pourquoi parle-t-on de pays liberticides qui enferment à tort des gens pour avoir émis une opinion et pourquoi condamne-t-on des personnes pour avoir dit, écrit ou dessiné certaines choses ?

En réalité, je ne suis pas sûre d’avoir la réponse qui convaincrait les fans (peut être Mme Guéguen ?). Je trouve que la phrase redoutable car il joue sur l’humour pour dire qu’il se sent proche d’un terroriste, mais ce qu’il vise en réalité c’est le slogan  #jesuischarlie et les interrogations que le slogan a soulevé. En effet, à mon avis ce qui l’intéresse ce n ‘est pas de faire de Coulibaly un héros, c’est de pointer le fait qu’il y a une contradiction entre les attaques judiciaires dont il fait l’objet et le propos de #jesuischarlie, et de poursuivre son intérêt personnel : passer pour la victime et faire de l’audience.

Les événements de ces derniers jours nous rappellent donc autant la nécessité de la liberté d’expression que la difficulté d’en dessiner les limites.

Un pays avec une liberté d’expression sans limite n’existe pas et tant mieux. De nombreuses personnes revendiquent même de mettre des limites supplémentaires à la liberté d’expression. Car si elle n’est pas totale, c’est qu’elle doit être délimitée. Et si elle est délimitée, alors se pose la question de la définition de ses limites, qui sont susceptibles d’être liées aux rapports de pouvoir dans la société.

2è partie : -Les limites et critiques de la liberté d’expression.

IMG_0814Les  limites légales d’abord. La « provocation aux crimes et délits » et « l’incitation à la haine et à la violence » sont interdites. On peut interdire un livre ou un spectacle pour « trouble à l’ordre public ». L’injure et la diffamation contre un individu ou un groupe  sont également condamnables. L’apologie de crime de guerres, l’apologie du terrorisme sont interdits. On n’a pas le droit de tenir des propos (mots ou dessins) racistes ou antisémites. En revanche, il n’y a pas d’interdiction des propos sexistes à proprement parler. Enfin, il existe depuis une dizaine d’années un délit d’outrage aux symboles nationaux (comme le drapeau français), souvent considérée comme une atteinte à la liberté d’expression.

Le blasphème (cf ci-dessus Sophia Aram) n’est pas une limite de la liberté d’expression aujourd’hui en France (il l’a été autrefois). Son principe est qu’on a le droit de critiquer les religions, comme les politiques, comme tout système idéologique, on a le droit de s’en moquer, dès lors qu’on n’est pas dans les limites évoquées ci-dessus.

Ce droit de critiquer les puissants a été conquis en France et n’existe pas partout. C’est la conquête centrale de notre liberté d’expression. Et il est clair qu’à travers le monde, de nombreux croyants et surtout institutions religieuses l’acceptent  mal…pour exemple cette vidéo de Holly Near : « I ain’t afraid ». Elle y critique ce que font les humains au nom de leur Dieu. Et se prend des volées de bois vert en commentaire. Pourtant, elle n’incite jamais à la haine, et ne diffame ni n’insulte personne…

Les critiques de la liberté d’expression

Elles sont légitimes, car il est normal d’avoir le droit de critiquer la liberté d’expression si on défend la liberté d’expression…

Il y a d’abord les critiques sur la définition des limites : le délit d’outrage par exemple considéré par beaucoup comme une atteinte à la liberté d’expression. Il y a aussi celles et ceux qui pensent qu’il ne devrait pas y avoir de limites.

Mais il y a aussi les critiques quant à l’exercice de la liberté d’expression

Dans une société républicaine égalitaire, le peuple est souverain, les lois doivent être l’expression de la volonté générale. Le problème, c’est que dans les faits certains ont plus accès aux libertés que d’autres… (tout le monde y a droit mais tout le monde n’a pas accès à ce droit) et la liberté de certains est plus défendue que celle de certains autres…ainsi, tous les oppriméEs, et en particulier les femmes et les minorités ont moins accès aux médias, et leurs expressions sont moins souvent publiées, peut-être même plus facilement interdites, et ont une moins large audience.

Premier problème : certaines atteintes à la liberté d’expression sont moins prises en compte que d’autres

Le sexisme n’est pas ou peu reconnu comme un motif de condamnation pour ses auteurs : en effet, avoir des propos incitant à la haine des femmes est beaucoup plus facile que d’avoir des propos incitant à la haine des noirs ou des juifs. Pire, dessiner et diffuser des images incitant à la haine et à la violence contre les femmes est largement toléré dans notre société. C’est le cas de la publicité et de certains dessins. Pourquoi ? Parce que ce n’est pas reconnu comme incitant à la haine et donc comme étant une limite de la liberté d’expression.

Ainsi, certaine personnes pensent que certains dessins de certains dessinateurs de Charlie Hebdo, sont une incitation à la haine des femmes. Personnellement, j’aurais tendance à penser que oui et non. Rire de voir des femmes humiliées et soumises encourage à avoir beaucoup de tolérance pour ne pas dire plus envers l’humiliation et la soumission des femmes. Utiliser systématiquement la sexualisation comme façon de traiter d’un sujet (dans la pub ou la caricature) est à mon avis une façon extrêmement pernicieuse (parce que non comprise comme telle par les auteurs qui souvent, refusent de s’interroger dessus) de perpétuer le statu quo.  Mais je suis convaincue que ces hommes ne veulent pas inciter à la haine des femmes, souvent même ils cherchent à dénoncer ce qui explique que de nombreuses féministes les disent féministes. Le problème est que la réflexion sur le sens sexiste des images est à son degré zéro, et qu’ils n’ont pas l’air de vouloir l’entamer (à en croire les réactions quand des féministes les critiquent).

Bien évidemment, il ne viendrait pas l’idée à des féministes de souhaiter leur mort ou de vouloir les tuer pour avoir dessiné…c’est ce qui fait toute la différence entre la critique et le terrorisme assassin…

Deuxième problème : la défense des victimes n’est pas la même pour toutes et tous.

PDJPDPXAinsi, le week-end dernier, on a appris le massacre de 2.000 personnes au Nigéria. On a appris qu’une fillette avait été envoyée à la mort, bardée d’explosifs, pour tuer dans un marché. En décembre, plus de 130 enfants ont été massacrés dans une école au Pakistan. Tous les jours en France, des enfants -majoritairement des filles- sont violés battus et assassinés parce qu’ils n’ont juste aucun pouvoir ni moyen de faire défendre leurs droits. Tous les deux jours en France, une femme meurt sous les coups de son conjoint ou ex parce qu’elle a tenté d’exercer sa liberté d’exister. A travers le monde, des femmes sont mises en prostitution, violentées sexuellement et victimes de trafic » au nom de la « demande sexuelle » des hommes. Or, lorsqu’on fait des manifestations pour le dénoncer, on n’est pas 4 millions, mais bien contentes si on est 2.000. Alors même si on ne peut que se réjouir du fait que tout le monde se lève pour défendre la liberté d’expression, il est légitime de se poser des questions sur la source de notre indignation et du pourquoi elle est ici si forte, et là inexistante.

Troisième problème : qui dispose de la liberté d’expression ?

Avoir le droit de s’exprimer c’est une chose, pouvoir le faire en est une autre. Or, qui a accès aux médias ? Les hommes, blancs, quadras, d’un certain milieu social. Pourquoi ? Parce que pour avoir accès aux médias de masse, il faut être accepté par ceux qui les dirigent et les financent. Pour pouvoir s’exprimer sur Internet et avoir de l’influence, il faut avoir accès, déjà, à un ordinateur…Dans les supports de presse, 80% des personnes interrogées sont des hommes, les experts également…

Alors bien sûr, il faut revendiquer la liberté d’expression, et tracer la « ligne rouge » : aucun dessin ne mérite la mort, ni aucune réponse violente. Mais dès lors qu’on n’est ni dans l’incitation à la haine ni dans la violence, on a le droit de critiquer…

Sandrine GOLDSCHMIDT

*http://www.youtube.com/watch?v=_E1HbACfWNo

Abolir le système prostitueur, c’est oeuvrer pour les personnes prostituées

abolitionloi
268 voix pour l’abolition à l’Assemblée nationale, le 3 décembre 2013

Votée début décembre à l’Assemblée nationale, la loi pour le renforcement de la lutte contre le système prostitutionnel devrait être examinée au Sénat avant l’été. Les travaux de la Commission spéciale qui la prépare doivent se poursuivre (Danielle Bousquet a déjà été auditionnée en février). Le Sénat recevra ce mercredi à 11h30 le STRASS et ACT-UP deux associations anti-abolitionnistes. Ensuite, seront reçues à 14h30 Rosen Hicher et Laurence Noëlle, survivantes de la prostitution favorables à la loi, deux militantes infatigables et courageuses qui, par leur volonté de témoigner pour que d’autres puissent ne pas avoir à vivre ce qu’elles ont vécu, ont eu à mon avis un rôle déterminant dans l’adoption de la loi, et la compréhension par la société française de ce qu’est la prostitution.

Ces derniers mois, après le vote de la loi, le discours de ses adversaires s’est concentré sur l’idée que les personnes prostituées seraient en danger du fait que les clients-prostitueurs, ces hommes qui leur font subir chaque jours des violences répétées et inouïes, ne seraient plus autorisés à les payer pour en faire ce qu’ils veulent…les violer, les humilier, les frapper, etc..

Il est donc à nouveau nécessaire de diffuser le plus largement possible un discours fondé sur la réalité et non d’alimenter les fantasmes d’une « prostitution choisie » qui serait source d' »empowerment » (affirmation et accomplissement de soi) et vaudrait mieux que de ne pas y être. La prostitution revendiquée choisie, que je définirai pour ma part comme la prostitution revendiquée par des personnes qui affirment que si elles voulaient elles pourraient faire autre chose, concerne une infinie minorité de personnes. Sans compter que toutes les études, témoignages et documentations sérieuses expliquent que les personnes prostituées, prises dans les violences quotidiennes insoutenables, ont revendiqué à un moment ou un autre qu’elles faisaient ça par choix. Mais dès qu’elles ont pu sortir de la toile patriarcale aux fils très collants, elles ont interpellé, en particulier des féministes, pour expliquer que franchement, elles avaient été bien naïves de les croire. Quant à l’immense majorité des personnes prostituées, prises dans des trafics ou des situations de violences terribles, en majorité immigrées, pauvres, femmes, enfants, sont-elles représentées par celles et ceux qui revendiquent le « libre choix » ? Prennent-ils la parole pour les défendre ? Leur laissent-ils la parole ?

DSCF6161Rappelons donc quelques réalités importantes :

1/ La prostitution est une violence inouïe faite à l’être humain, et en particulier aux femmes et aux enfants puisqu’ils sont l’immense majorité des victimes. Pour vous en parler, je publie le lien de la tribune des médecins et professionnels de santé parue dans Le Monde en fin d’année dernière, parmi lesquels Axel Kahn et Muriel Salmona :

Ce sont les acheteurs de sexe qu’il faut pénaliser

Et l’ensemble des témoignages parus en novembre : 30 jours, 30 témoignages

2/ Là où l’abolition de la prostitution a été mise en place, la situation des personnes prostituées n’empire pas. Au contraire. Elles ont enfin un recours contre la violence des hommes-prostitueurs, et elles savent que la société est de leur côté. On comprend bien que faire croire le contraire est vital pour ceux qui veulent que la prostitution perdure. Car en effet, reconnaître cette évidence, implique que les personnes prostituées ont enfin accès à leurs droits fondamentaux d’êtres humains. Comme il est fondamental que ceux qui veulent pouvoir continuer à violer des femmes et des enfants en toute impunité laissent croire à leurs victimes que si elles parlent, personne ne les entendra. Ici, la loi menace ce silence imposé.

Il faut donc diffuser largement les effets réels d’une loi d’abolition du système prostitueur :

Abolition de la prostitution : pourquoi la Suède est un bon modèle

3/ Enfin, il y a un risque réel : c’est qu’à trop dire « ça ne marchera pas de toutes façons » et ce sera pire, c’est que personne n’y croie et ne se donne les moyens que ça marche. Mais c’est sans compter sur ce que sont les militants et militantes abolitionnistes, en particulier celles et ceux, qui comme au Mouvement du Nid ou à l’Amicale du Nid, aident au quotidien les personnes prostituées. Ce sont seulement des personnes qui refusent la fatalité et l’idée ambiante que rien ne peut changer (celle qui sert si bien le patriarcat et le capitalisme), qui font le pari que si l’on ne croit pas que le monde peut s’améliorer, alors ce n’est pas la peine de le vivre. Des utopistes oui, mais au sens le plus concret du terme : elles croient que vivre mieux est possible. Ce sont enfin des personnes qui font le pari que la vie d’une personne prostituée, d’une femme, d’un enfant, vaut la peine qu’on y consacre toute son énergie militante. Et que ça va marcher. Donc oui, il faudra des moyens pour pouvoir accompagner les personnes prostituées et ce ne sera pas toujours facile. Mais les militantes et militants abolitionnistes ne s’imaginent pas que leur travail s’arrêtera après le vote de la loi. Ils et elles ont plus que conscience que c’est là que tout commencera : il faudra rendre réel le signe fort qu’aura donné l’Etat aux personnes prostituées qu’enfin, elles sont considérées comme des êtres humains.

S.G

PS : n’hésitez pas à diffuser également le Scoop.it que j’ai constitué « Abolition 2012 » avec articles et tribunes parus : http://www.scoop.it/t/abolition2012

dwo

Un pas vers une Europe de l’abolition: #honeyballYES

M43Pendant que certaines antennes d’organisations internationales de droits humains comme Amnesty International dans certains pays répondent de façon ahurissante aux sirènes d’un réglementarisme et d’une objectivisation des humains qui ont prouvé les dangers qu’elles portent, le combat pour la dignité humaine se poursuit à l’échelon politique.

Grâce à l’excellent rapport de la « MP » européenne Mary Honeyball, le Parlement européen vient d’adopter une résolution recommandant de punir le client-prostitueur et non la personne mise en prostitution, et c’est un excellent signe  ! Une résolution non contraignante certes, mais oser affirmer, et à une large majorité, que la prostitution est une violence intolérable pour les êtres humains qui la subissent, ultra-majoritairement femmes et enfants et personnes en situation de vulnérabilité (économique, d’origine, etc.), alors même que parmi les 28 certains « gros pays » sont réglementaristes (Allemagne, Pays-Bas), c’était loin d’être gagné d’avance. Il faut dire que l’échec de ces derniers est tellement patent, et le succès du modèle suédois tellement évident (même si bien sûr, tout n’est pas « rose », c’est tellement moins inhumain !), que le rapport en tire forcément des conclusions.

Voici quelques liens sur l’adoption du rapport :

Communiqué de presse du Parlement européen : http://www.europarl.europa.eu/news/en/news-room/content/20140221IPR36644/html/Punish-the-client-not-the-prostitute

Communiqué de presse du Lobby européen des femmes : http://womenlobby.org/news/ewl-news/article/for-women-s-organisations-a?lang=en

Communiqué de presse du Mouvement du Nid : https://www.facebook.com/notes/mouvement-du-nid-france/communique-de-presse-mouvement-du-nid-france-26-f%C3%A9vrier-2014/661220550590911

Et une interview de Rosen Hicher, survivante de la prostitution, à lire aujourd’hui  sur le blog d’Isabelle Alonso : http://www.isabelle-alonso.com/interview-de-rosen-hicher/

Et pour fêter cette belle victoire, dont on espère qu’elle inspirera nos sénateurs pour le vote de la loi d’abolition d’ici l’été, voici la vidéo de l’appel de Bruxelles, qui réunit 200 associations abolitionnistes sous la houlette du Lobby européen des femmes, dont je tiens à saluer l’excellent travail en la matière !

« Survivantes de la prostitution » sur LCP et Public Sénat

En plus de L’imposture, qui devrait encore passer lundi après-midi sur TV5 monde (14h), un nouveau documentaire à voir absolument, « Survivantes de la prostitution », d’Hubert Dubois, réalisateur que nous avions invité à l’Abolition citoyenne du système prostitueur le 13 avril 2013. La première diffusion est prévue dimanche soir à 20h50 sur LCP .

Il sera rediffusé :

  • 20h35 dimanche 9 février
  • 17h00 samedi 15 février
  • 17h05 samedi 15 février
  • 20h30 jeudi 20 février

Pour en savoir plus : http://www.programme-television.org/documentaires/societe/survivantes-de-la-prostitution#96414116

Evenement : diffusion de L’imposture sur TV5 Monde !

L’imposture, c’est le documentaire exceptionnel réalisé par Eve Lamont que nous avons diffusé en première européenne à Femmes en résistance en 2011.

Eve Lamont a, pendant 7 ans, rencontré des dizaines de personnes prostituées et en a fait un documentaire qui est le leur. On peut y voir également l’excellente travailleuse sociale et militante Rose Dufour. Tous les mythes sur la prostitution sont battus en brèche. Pour céder la place à la réalité des faits. Après moultes difficultés pour le faire distribuer en France, qu’il passe à télé est une excellent nouvelle !

Voici la liste des diffusions, la première ce mercredi soir à 20H !

  • LUNDI 10 février 2014 14h02 (heure Paris) – TV5MONDE Europe
  •  
  • DIMANCHE 9 février 2014 15h04 (heure Paris) – TV5MONDE Pacifique.
  • VENDREDI 28 février 2014 00h54 (heure Paris) – TV5MONDE Afrique

Pour en savoir plus sur le film, je recommande toujours la lecture du « mot de la réalisatrice », Eve Lamont, qui est poignant, comme l’ensemble du film :

 Et la vidéo du jour où j’étais intervenue à la convention abolitionniste de novembre 2011 où je parlais du film et avais réclamé sa diffusion en France

En 2014, s’inspirer des justes pour lutter contre la morosité

2014J’ai du retard cette année pour les voeux. Il m’a fallu plus de temps pour me « remettre » dans le bain de l’écriture, après un mois de décembre réservé à Melanie et une petite pause militante. En outre il s’est passé tellement de choses depuis le vote à l’Assemblée de la loi pour l’abolition de la prostitution, et le moins qu’on puisse dire, pas toutes réjouissantes, il n’est pas simple de tout rattraper, tout dire, et surtout, d’appliquer une « résolution » qui n’est pas que de nouvelle année, celle de lutter contre la morosité.

En effet, en Inde, les luttes des militantEs féministes contre le viol et lesbiennes et gays contre l’obscurantisme homophobe (la cour suprême influencée par des religieux a annulé la loi dépénalisant l’homosexualité, obtenue de haute lutte il y a deux ans), qui ressemblent au combat de Sisyphe. A peine a-t-on l’impression que le caillou arrive en haut de la montagne, que l’obscurantisme l’a déjà fait redescendre tout en bas d’un coup de pied…mais il n’y a pas qu’en Inde où la lutte contre le viol des femmes et des enfants peine : c’est aussi notre lot, ici, et nous devons sans cesse lutter contre le découragement, surtout quand les avancées en ce sens, sont mises en cause par les tenants du pouvoir, ou jugées inutiles par d’autres…et les militantes indiennes sont à cet effet exemplaires de courage et de refus de la résignation.

Il y a aussi cette lutte de Sisyphe autour d’un caillou qu’on a un temps cru bien installé en haut de la montagne (même si les alertes se multipliaient depuis des années et que nous avions considéré le sujet l’an dernier à Femmes en résistance, lors de la séance « tu n’auras d’enfant que désiré ») je parle bien sûr de la lutte pour le droit à l’avortement, avec l’Espagne qui est revenue 30 ans en arrière, le gouvernement modifiant la loi et ne le rendant autorisé qu’en cas de viol et de problèmes de santé de la mère, le président du gouvernement espagnol allant jusqu’à affirmer qu’on ne pouvait laisser aux femmes la possibilité de décider seules. Il y a aussi le texte que n’a pas voté en décembre le parlement européen, et qui aurait pu garantir à l’échelle des 28 ce droit fondamental, et qui a préféré en laisser la souveraineté aux Etats, laissant les obscurantismes marquer un pas décisif.

Il y a encore la bêtise raciste et antisémite qui s’exprime de plus en plus ouvertement (affaire de la quenelle). Toutes ces nouvelles sont bien mauvaises, auxquelles il faut ajouter le manque d’attention encore porté aux soins aux victimes, dès lors qu’on est dans le champ des violences sexuelles patriarcales, et le manque d’énergie mis à lutter contre l’impunité des agresseurs, en particulier lorsque les enfants sont les victimes. Sans parler des offensives des lobbies masculinistes en France (ouf, l’amendement sur la résidence alternée a été retiré de la loi famille) ou en Italie (où la complaisance envers les pères pédocriminels dans la loi est l’objet de leur combat)

Et pourtant, je n’ai ni la conviction ni l’envie de me morfondre ou de me complaire dans la morosité.

Face à tous ces obscurantismes, il y a deux choix que je refuse : celui de la résignation et celui de la résignation 😉

12654_1264391579233_1513075356_738436_3356570_nLa résignation telle que je l’ai entendue le 1er janvier, qui consiste à dire « de toutes façons rien ne change » et surtout « je ne peux pas changer alors je vais déclarer partout que je suis quand même dans l’endroit le moins pire possible (le moins raciste, le moins sexiste, le moins antisémite), et m’assurer à moi un petit univers sécurisé si j’ai suffisamment d’espace pour le faire (argent, travail, sécurité physique). Je continuerai donc -évidemment- à participer aux luttes féministes, à m’en faire l’avocate et à publier les informations qui les concernent. Ainsi, début janvier dans plusieurs villes de France, sont organisées des manifestations de soutien aux espagnoles (après celles organisée par plusieurs assos fin décembre à Paris). Et l’association Osez le féminisme a lancé pendant les fêtes une campagne pour essayer de faire bouger les femmes (car trop souvent il n’y a que les militantes qui se manifestent).

Je ne me résignerai pas non plus à penser que le système patriarcal est trop fort et que je ne peux rien à titre individuel parce que la conscience collective est trop loin d’un monde juste. Bien sûr qu’il est trop fort, bien sûr que la conscience collective, pétrie d’individualisme économique et de culture du viol est très loin d’un monde à l’endroit. Mais ce n’est pas une raison. Je ne me résignerai pas à penser qu’il est vain de tendre la main à une victime, d’obtenir une modification législative pour faire reconnaître les victimes comme telles et désigner les coupables, même si leur pénalisation est bien faible (abolition/clients prostitueurs), je ne penserai jamais que l’expression de son ressenti par une victime n’est pas digne d’écoute ou d’intérêt, je ne me résignerai pas à considérer que femmes et petites filles n’ont aucune latitude et qu’elles ne seraient donc pas redevables de leur choix, ce qui reviendrait d’ailleurs in fine à mettre dans le même sac victimes et bourreaux.

A cet égard, j’ai envie de vous parler d’une des choses que j’ai retenues de l’intervention d’Hélène Romano, docteure en psychopathologie, psychologue clinicienne et psychothérapeute au colloque de l’Association mémoire traumatique et victimologie en novembre à propos des violences commises contre les enfants et les bébés, et qui m’a paru essentielle. En tant que féministe, en tant qu’aidante, en tant que personne qui veut remettre à l’endroit, nous devons avoir une vigilance et une remise en cause de nos pratiques de tous les instants, pour essayer d’être toujours (ou aussi souvent que nous y parvenons), au plus juste : ainsi, lorsqu’un enfant, disait-elle, exprime que ça ne va pas, s’il s’estime n’être rien et ne rien faire de bien, alors qu’à l’évidence la personne en face ne pense pas cela, il ne suffit pas de lui dire : « ça va aller », l’effet risque d’être sidérant : il s’évertue à vous dire que ça ne va pas et vous voudriez lui dire ça va aller sans rien changer, d’autant plus qu’il vit ou a vécu des choses intolérables. Mais il ne suffit pas non plus seulement de dire : « mais non, tu n’es pas rien ou nul ». Car le ressenti qu’il ou elle exprime est bien tel, et il ne peut que ne pas comprendre pourquoi on lui dit le contraire. En revanche, l’aidant professionnel peut alors essayer de demander à l’enfant d’expliquer pourquoi il ressent cela, de creuser l’origine du ressenti, c’est-à-dire vraiment écouter la personne qui est en face de lui à ce moment là.

Pour moi, il y a dans cette simple démarche, de quelques professionnels engagés au quotidien et sur le terrain aux côtés des victimes, même si parfois elles n’ont pas le « discours féministe » le plus orthodoxe, toutes les raisons de l’espoir, toutes les graines de la force pour lutter contre l’obscurantisme et la morosité. Elles et ils (etPatagonie2013 je pourrais prendre d’autres exemples dans plein d’autres organisations, au sein du féminisme ou ailleurs)  sont les justes d’aujourd’hui, et font la même chose que celles et ceux qui pendant les guerres ont risqué leur vie, la risquent encore ou risquent bien-être ou carrière pour sauver un enfant, une femme, un être humain. Leur action vaut tous les discours et est un guide, en espérant que les graines de justice qu’elles plantent puissent, à un moment donné, grandir et se développer, servir de référence pour redonner au monde sa cohérence. Il faut aussi qu’elles et ils se protègent, trouvent des moments de répit, et reçoivent reconnaissance et soutien. En 2014, je ne sais pas à quelle fréquence je vais écrire sur ce blog, mais je sais que j’aurai envie de parler des personnes qui oeuvrent dans tant de domaines (violences faites aux femmes et aux enfants, aide aux personnes en difficulté et âgées, …), parce que ce sont elles qui nous permettent, au quotidien, de lutter contre la morosité, et de porter l’espoir.Sandrine GOLDSCHMIDT

PS : Pour finir, je mets en lien les voeux d’Ariane Mnouchkine, qui nous offre l’espoir d’ouvrir un grand chantier, de lutte contre la morosité..

Merci à L. pour la photo des nuages

Changer de regard sur Alzheimer avec une femme remarquable

Capture d’écran 2013-09-18 à 08.05.03Vendredi c’est la journée mondiale de la maladie d’Alzheimer. Un mot, une maladie qui font peur, mais qui ne devraient pas toujours…
Aussi,j’ai envie de vous faire partager mon enthousiasme pour une association qui propose aux personnes qui ont une maladie de type Alzheimer des activités artistiques. Et pour sa directrice, Cindy Barotte, qui a un discours qui rompt avec cette peur qui nous empêche d’avancer et est habituellement entretenue par les médias.

Pour avoir assisté à un atelier musique, j’ai pu oberver comment il était, comme elle le dit, essentiel de changer de regard sur la maladie. Et comment cela peut changer nos vies, pas seulement celle des personnes malades !

Alzheimer : construire une nouvelle relation à l’autre

A faire connaître (et si l’article vous plaît, n’hésitez pas à mettre des commentaires dessous) !

 

Et cet article ici : L’art au service de la mémoire

Et puisque c’est le moment de mon autopromo, ma dernière revue hebdo où je mentionne un livre qui vient de sortir et que je vais lire pour pouvoir en parler vraiment : « La fée, la sorcière et l’homme nouveau », où comment, en prenant les ultra-minoritaires dans les statistiques (ce que la sociologie a tout à fait le droit de faire), on arrive à trouver et mettre en avant l’arrivée de l’égalité dans le ménage…